Colloque Villes et quartiers durables – Programme

La participation habitante dans la mise en durabilité urbaine : 

Discours, effets, expérimentations et mises à l’épreuve

Colloque international 27 et 28 novembre 2014

Maison des Suds – Pessac / Entrée libre

Jeudi 27 novembre

8h45-9h15 Accueil des participants
9h15-9h30 Le mot du directeur de l’UMR CNRS ADESS

Denis Retaillé  ̶  Université Bordeaux Montaigne

9h30-10h00 Introduction

Pascal Tozzi  ̶  Université Bordeaux Montaigne

10h00-10h45 Conférence plénière : « La ville insoutenable »

Augustin Berque  ̶  École des Hautes Études en Sciences sociales

10h45-11h00 Pause

11h00-11h45 Conférence plénière : « Étudier la ville »

Paul Claval  ̶  Université Paris Sorbonne

11h45-12h30 Questions-Réponses

12h30-14h00 Déjeuner

14h00-14h45 Conférence plénière : « La ville durable »

Cyria Emelianoff  ̶  Université du Maine

14h45-15h15 Questions-Réponses

15h15-15h30 Mise en place des ateliers

15h30-17h30 Tenue des ateliers 1 et 2

18h00-19h30 Projections/débat

20h00 Dîner

Vendredi 28 novembre

8h30-9h00 Accueil des participants

9h00-9h30 Conférence plénière : « Les représentations sociales des écoquartiers » Guy Di Méo et Karen Foussette  ̶  Université Bordeaux Montaigne

9h30-10h00 Conférence plénière : « Gouvernance participative et mobilisation des habitants »Maurice Blanc   ̶  Université de Strasbourg

10h00-10h30 Questions-Réponses

10h30-10h45 Pause et mise en place des ateliers

10h45-12h30 Tenue des ateliers 3 et 4

12h30-14h00 Déjeuner

14h-16h00 Table ronde : « Habitants, quartiers et villes durables »

Cécile Rasselet  ̶  A’Urba de Bordeaux

Gilles Pinson  ̶  Institut d’études politiques de Bordeaux

Jodelle Zetlaoui-Léger  ̶  École Nationale Supérieure d’Architecture Paris la Villette

Marie-Line Felonneau – Université de Bordeaux

16h-16h30 Questions-Réponses

16h30-17h00 Conclusion générale

Daniel Le Couedic  ̶  Université de Bretagne Occidentale

Jean-Pierre Augustin  ̶  Université Bordeaux Montaigne

Sandrine Vaucelle  ̶  Université Bordeaux Montaigne

  • Détail des ateliers

 Jeudi 27 novembre de 15h30 à 17h30

Atelier 1 : Mobilisation des habitants et acquisition des modes de vie durables (1)

Président/discutant : Guillaume Faburel  ̶  Université Lumière Lyon 2

Communicant(e)s : Abdourahmane NDIAYE – UMR CNRS Adess ; Édith Hallauer – Institut d’Urbanisme de l’Université Paris-Est ; Élisabeth Lehec – Université Paris 1 ; Francis Roy, Guy Mercier, et Étienne Berthold – Université de Laval au Québec ; Ridha ABDMOULEH – Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Sfax/Tunisie.  

Atelier 2 : Eco-technologies et nouvelles technologies : appropriation, usages habitants

Présidente/discutante : Anne Latendresse – Université du Québec à Montréal 

Communicant(e)s : Guillaume Christen et Philippe Hamman – Université de Strasbourg ; Marie Mangold – Université de Strasbourg ; Patrick FAUCHER, Margot POUSSEUR, Grégoire LE CAMPION et  Anthony MORIN – Direction du développement durable de la ville de Bordeaux ; Tewfik HAMMOUDI  ̶  École Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes.

Atelier 3 : Espaces collectifs et habitat, espaces-enjeux de la participation

Présidente/discutante : Cyria Emelianoff  ̶  Université du Maine

Communicant(e)s : Abdourahmane Ndiaye – UMR CNRS Adess, Aurélie Carimentrand – Université Bordeaux Montaigne et Marie-Reine Gallard – ex-CETE SO ; Nicolas D’Andréa et Florence Zérillo – Université Bordeaux Montaigne ; Pierre Cabrol – Université Bordeaux Montaigne et Joseane Silva – Université Toulouse 1 ; Sabrina BRESSON – Université François-Rabelais de Tours.   

Vendredi 28 novembre de 10h45 à 12h30

Atelier 1 : Mobilisation des habitants et acquisition des modes de vie durables (2)

Présidente/discutante : Marie-Line Félonneau – Université de Bordeaux

Communicant(e)s : Benoît Granier – Université Lumière Lyon 2 ; Didier Laugaa – Université Bordeaux Montaigne et Grégoire Le Campion – UMR CNRS Adess ; Georges-Henry LAFFONT – École d’Architecture de Nantes et Matthieu ADAM – Université de Tours.

Atelier 2 : Expertise(s) « habitante(s) » et gouvernance participative

Présidente/discutante : Jodelle Zetlaoui-Léger – École Nationale Supérieure d’Architecture Paris la Villette

Communicant(e)s : Nicolas d’ANDREA et Luc GREFFIER – Université Bordeaux Montaigne ; Élisa GOUDIN-STEINMANN – Université Paris Sorbonne Nouvelle ; Hassina Imerzoukene-Driad – Universités de Strasbourg / Freiburg ; Françoise  LAFAYE – École Nationale des Travaux Publics de l’État .  

Atelier 3 : Mobilisations habitantes, légitimations et gouvernement de la participation

Présidente/discutante : Florence Rudolf  ̶  Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg

Communicant(e)s : Sarah Montero – Université Bordeaux Montaigne ; Anne Latendresse, Nicolas Lozier et Richard Morin – Université du Québec à Montréal ; Raphaële Bertho – Université Bordeaux Montaigne ; Annick Monseigne – Université Bordeaux Montaigne.

  • Participants/communicants

Abdourahmane NDIAYE  ̶  UMR CNRS ADESS 5185 ; Anne LATENDRESSE   ̶  Université du Québec à Montréal ; Annick Monseigne  ̶  Université Bordeaux Montaigne ; Anthony Morin  ̶ Direction du Développement Durable de la Mairie de Bordeaux ; Augustin Berque  ̶  École des Hautes Études en Sciences sociales ; Aurélie CARIMENTRAND  ̶  Université Bordeaux Montaigne ; Benoit Granier  ̶  Université Lumière Lyon 2 ; Cécile Rasselet ̶ A’Urba de Bordeaux ; Cyria EMELIANOFF ̶ Université du Maine ; Daniel LE COUEDIC  ̶ Université de Bretagne Occidentale ; Denis RETAILLE   ̶  Université Bordeaux Montaigne ; Didier Laugaa  ̶  Université Bordeaux Montaigne ; Édith Hallauer  ̶  Institut d’Urbanisme de l’Université Paris-Est ; Elisa Goudin-Steinmann  ̶  Université Paris Sorbonne Nouvelle ; Elisabeth Lehec ̶ Université Paris 1 ; Florence RUDOLF  ̶  INSA de Strasbourg ; Florence ZERILLO  ̶  Université Bordeaux Montaigne ; Francis ROY  ̶  Université de Laval au Québec ; Françoise LAFAYE  ̶   École Nationale des Travaux Publics de l’Etat ; Georges-Henry Laffont  ̶  École d’Architecture de Nantes ; Gilles Pinson  ̶  Institut d’études politiques de Bordeaux ; Grégoire Le Campion ̶ UMR CNRS ADESS ; Guillaume Christen  ̶  Université de Strasbourg ; Guillaume Faburel  ̶  Université Lumière Lyon 2 ; Guy Di Méo  ̶ Université Bordeaux Montaigne ; Hassina Imerzoukene-Driad ̶ Universités de Strasbourg et Freiburg ; Jean-Pierre AUGUSTIN ̶ Université de Bordeaux Montaigne ; Jodelle ZETLAOUI-LEGER  ̶  l’École Nationale Supérieure d’Architecture Paris la Villette ; Joseane Silva  ̶  Université Toulouse 1 ; Karen Foussette  ̶  UMR CNRS ADESS ; Luc GREFFIER ̶ Université Bordeaux Montaigne ; Margot Pousseur  ̶  Direction du Développement Durable de la Mairie de Bordeaux ; Marie Mangold  ̶  Université de Strasbourg ; Marie-Line FELONNEAU  ̶  Université de Bordeaux ; Marie-Reine GALLARD   ̶  ex. Centre d’Etudes Techniques de l’Equipement SO ; Matthieu Adam  ̶  Université de Tours ; Maurice Goze  ̶  Institut d’Aménagement de tourisme et d’Urbanisme de Bordeaux ; Nicolas D’ANDREA  ̶  Université Bordeaux Montaigne ; Nicolas Lozier  ̶  Université du Québec à Montréal ; Pascal TOZZI ̶ Université Bordeaux Montaigne ; Patrick Faucher  ̶  Direction du Développement Durable de la Mairie de Bordeaux ; Paul Claval  ̶  Université Paris Sorbonne ; Philippe Hamman ̶  Institut d’urbanisme et d’aménagement régional de Strasbourg ; Pierre CABROL ̶ Université Bordeaux Montaigne ; Raphaële Bertho  ̶ Université Bordeaux Montaigne ; Richard Morin  ̶ Université du Québec à Montréal ; Ridha ABDMOULEH ̶  Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Sfax/Tunisie ; Sabrina BRESSON ̶ Université François Rabelais de Tours ; Sandrine Vaucelle ̶ Université Bordeaux Montaigne ; Sarah Montero ̶ Université Bordeaux Montaigne ; Tewfik Hammoudi  ̶  Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes ;

  • Comité scientifique

Abdourahmane NDIAYE  ̶  UMR CNRS ADESS 5185 ; Anne LATENDRESSE   ̶  Université du Québec à Montréal ; Aurélie CARIMENTRAND ̶ Université Bordeaux Montaigne ; Cyria EMELIANOFF ̶  Université du Maine ; Daniel LE COUEDIC  ̶  Université de Bretagne Occidentale ; Didier LAUGAA  ̶  Université Bordeaux Montaigne ; Florence ZERILLO  ̶  Université Bordeaux Montaigne ; Françoise LAFAYE  ̶  École Nationale des Travaux Publics de l’Etat ; Guy Di Méo  ̶  Université Bordeaux Montaigne ; Guy MERCIER  ̶  Université de Laval au Québec ; Jean-Pierre AUGUSTIN  ̶  Université Bordeaux Montaigne ; Jodelle ZETLAOUI-LEGER  ̶  l’École Nationale Supérieure d’Architecture Paris la Villette ; Luc GREFFIER  ̶  Université Bordeaux Montaigne ; Marie-Line FELONNEAU  ̶  Université de Bordeaux ; Marie-Reine GALLARD  ̶  ex. Centre d’Études Techniques de l’Equipement SO ; Nicolas D’ANDREA  ̶  Université de Bordeaux Montaigne ; Nicolas LOZIER  ̶  Université du Québec à Montréal ; Pascal BAIN  ̶  Agence Nationale de la Recherche ; Pascal TOZZI (resp.)  ̶ Université Bordeaux Montaigne ; Pierre CABROL  ̶  Université Bordeaux Montaigne ; Raphaële BERTHO ̶ Université Bordeaux Montaigne ; Richard MORIN  ̶  Université du Québec à Montréal (Québec) ; Thierry PAQUOT  ̶  Université de Paris Val-de-Marne.

  • Comité d’organisation

Abdourahmane NDIAYE  ̶  UMR CNRS ADESS 5185 ; Carlos JENART  ̶  UMR CNRS ADESS 5185 ; Caroline ABELA  ̶  UMR CNRS ADESS 5185 ; Christophe BERNARD  ̶  UMR CNRS ADESS 5185 ; Equipe de recherche du programme ANR PAGODE ; Jean-Pierre AUGUSTIN ̶ Université Bordeaux Montaigne ; Luc GREFFIER ̶ Université Bordeaux Montaigne ; Marie-Bernadette DARIGNAC  ̶  UMR CNRS ADESS 5185 ; Marie-Louise PENIN  ̶ UMR CNRS ADESS 5185 ; Pascal TOZZI (resp.)  ̶ Université Bordeaux Montaigne ; Pierre-Yves SAILLANT  ̶  UMR CNRS ADESS 5185 ; Sylvie VIGNOLLES  ̶  UMR CNRS ADESS 5185.

  • Contact / Renseignements

Courriel : pascal[point]tozzi[at]cnrs[point]fr

Téléphone : 05 56 84 82 25

Appel à contributions : « La participation habitante dans les écoquartiers : discours, effets, expérimentations et retours critiques »

Dossier de la revue Développement Durable et Territoires coordonné par :

Aurélie Carimentrand (MCF Économie), Pascal Tozzi (MCF HDR Science politique), Abdourahmane Ndiaye (Chercheur Économie ANR PAGODE)

Université Bordeaux III – UMR CNRS ADESS 5185

Mots-clés : écoquartier, participation habitante, dynamique d’acteur, comportement écocitoyen, habitat coopératif, jardin collectif, mixité

Compte tenu des nombreuses publications relatives à la question des écoquartiers, en France et ailleurs, ouvrir un nouvel espace de discussion scientifique sur le sujet nécessite le choix d’un angle, sinon nouveau, tout au moins susceptible d’apports complémentaires. À ce titre, les relations entre processus participatifs et opérations de quartiers durables, bien qu’ayant été interrogées par les chercheur(e)s, sont loin d’avoir livrées toute leur substance heuristique. Si les démarches participatives sont désormais un levier incontournable pour chaque acteur impliqué dans la gouvernance du projet urbain durable, les (re)mises en ordres ou en désordres qu’elles suscitent restent des processus centraux et complexes (Leresche et Audétat, 20061 ; Emelianoff 20082 ; ; Mathieu et Guermond 20113.)

Dans ces démarches participatives et pour les parties prenantes à la fabrique de la ville durable, la qualité du processus d’élaboration va de pair avec la capacité d’y associer les habitants-citoyens et autres acteurs de la société civile. Elle devient un argument dans la valorisation des opérations écoquartiers et un critère convoqué pour les différencier des quartiers « classiques ». Grâce aux différentes modalités participatives, l’injonction vise pêle-mêle à éviter l’exclusion et la disqualification sociale de certaines populations ; à obtenir un gain qualitatif dans la définition et l’appropriation des projets ; à réintégrer des références aux valeurs, à la citoyenneté et à de nouvelles solidarités urbaines, sociales et environnementales (Schaeffer, Ruegg et Litzistorf-Spina, 201044.) retisser des liens, des sociabilités, de développer durablement le tissu social et les identités locales. Pourtant, une fois cela posé en principe et en discours, le problème reste le passage de l’injonction de durabilité urbaine à la réalité d’une dynamique sociétale qui favoriserait la prise en charge collective, participative et pérenne, du cadre de vie (Bonard et Matthey, 20105.) C’est ce discours participatif, ses effets et les expériences qu’il suscite (de même que ses dissonances) que nous envisageons d’approcher, à travers de ce dossier thématique. Le choix est de privilégier une approche par objets concrets permettant un éclairage multifocal et critique de la participation, de ses « angles morts ». Il s’agira, pour les contributeurs(trices)de mettre en évidence, autour d’opérations d’écoquartiers, certaines expérimentations urbaines et sociales porteuses de modalités participatives à l’échelon local, avec leurs innovations mais aussi leurs difficultés et leur limites. Trois axes de réflexions sont proposés :

1) Questionner la capacité intégrative des dispositifs participatifs autour de « zones à risques ». À titre d’exemple sont attendues des contributions portant sur : l’articulation complexe des niveaux et des dispositifs de la participation ; la confrontation des processus aux conflits ou à des freins identitaires à l’échelle de l’écoquartier ; les difficultés dans l’intégration de certaines populations confrontées à l’alternative « assimilation/déviance », notamment en matière de conformation aux nouvelles normes comportementales dites« écocitoyennes » promues dans les opérations de quartiers durables ; les effets réels d’exclusion ou de non appropriation des projets par les populations vieillissantes, marginales, en difficulté sociales, ou en situation de handicap, etc.

2) Mettre en lumière les recompositions et les dynamiques actorielles participatives porteuses d’innovation et d’adaptation sociales, mais aussi de difficultés que révèle l’aménagement des écoquartiers (cadrage de l’action publique, résistance au changement, etc.) et de leurs espaces collectifs. Une attention particulière sera accordée aux stratégies des acteurs dans la gouvernance participative (repositionnement, coalitions, partenariats, etc.) et à leurs effets parfois ambigus quant aux effets induits, ou aux prescriptions sociétales portées par la durabilité urbaine. Autour de cet axe, place sera faite auxinvestigations dans le champ de l’économie sociale et solidaire au sens large, à ses acteurs  qui se saisissent diversement de l’opportunité participative autour des processus associatifs et coopératifs notamment.

3) Analyser l’ambiguïté du positionnement des acteurs politico-institutionnels qui, autour des aménagements de quartiers durables, jouent dans certains cas de la participation comme d’une occasion de travailler à la mise en ordre politique – voire « publique » – de l’espace urbain. Mise en ordre qui pourra être, notamment, analysée à l’aune d’une conformation, parfois « contreproductive » aux préoccupations planificatrices persistantes, des stratégies d’acceptabilité sociale des opérations, de « recyclage » (avec sa part des traduction/trahison) des initiatives habitantes-citoyennes, mais aussi des processus de « décharge » stratégique au profit d’une gestion de proximité moins coûteuse (politiquement, financièrement, etc.).

Échéancier :

1. Envoi d’une proposition sous forme de résumé d’une page pour le 15 février 2014 à: pagode.ddt@gmail.com

2. Réponse des coordinateurs du dossier à cette proposition pour le 1er mars 2014

3. Demande du texte complet pour le 31 mai 2014 – les normes éditoriales sont précisées sur le site de la revue http://developpementdurable.revues.org/document1269.html (Nous vous prions de bien suivre les recommandations !).

4. Envoi des rapports d’évaluation à l’automne 2014.

5. Publication du dossier au premier semestre 2015.

  1.  Leresche J.-P., Audétat M. (dir.), 2006. « Participation et développement urbain durable », Urbia, n°3 []
  2.  Emelianoff C., 2008, « Enjeux et figures d’un tournant urbanistique en Europe, Responsabilité et environnement », Annales des Mines, n° 2, octobre, p. 15-20. []
  3.  Mathieu N., Guermond N., 2011, La ville durable, du politique au scientifique, Paris, Quae. []
  4.  Schaeffer V., Ruegg J., Litzistorf-Spina N., 2010, « Quartiers durables en Europe : enjeux sociaux et processuels », Urbanisme, n°371, pp. 27-32. []
  5.  Bonard Y., Matthey L., 2010. « Les éco-quartiers : laboratoires de la ville durable ? », Cybergéo : European Journal of Geography [en ligne], Débats, Quartier durable ou éco-quartier ? mis en ligne le 9 juillet 2010. []

Appel à contribution – Colloque de l’ISIAT Bordeaux janvier 2013

 Bordeaux les 28 et 29 janvier 2013

« L’animation socioculturelle, quelle place dans le projet urbain ? »

Le Pôle Carrières sociales ISIAT-IUT Michel de Montaigne et l’UMR ADES/CNRS, Université de Bordeaux 3 en partenariat avec l’IEPSA Université de Saragosse, l’UQAM Université du Québec à Montréal, l’École Polytechnique de Lisbonne et le CRAJEP Aquitaine organisent les lundi 28 et mardi 29 janvier 2013 un colloque sur le thème : « L’animation socioculturelle, quelle place dans le projet urbain ? ». Dans la continuité des colloques annuels précédemment organisés et à partir de recherches d’enseignants-chercheurs, de travaux de doctorants, d’expériences de terrain de praticiens-chercheurs, de recherches-actions et d’expériences d’animateurs socioculturels, ces deux journées permettront de questionner les interactions entre l’animation socioculturelle et la fabrique de la ville.

Le projet urbain se déploie, dans sa multi-dimensionnalité (politique, économique, urbanistico-architecturale, socioculturelle), en véritable « processus social » (Roncayolo 2000) par lequel les habitants, les groupes et les responsables interagissent, entre contraintes spatiales et « fabrication du destin social ». Au coeur de cette dynamique sociétale, les pratiques et prescriptions de l’aménagement urbain contemporain – désormais liées à la notion de développement durable (« quartiers durables », « écoquartiers », etc.) – semblent évoluer vers des approches plus ouvertes aux transformations, aux débats, à la concertation et aux négociations entre acteurs sociaux multiples (Ingallina 2003). Le projet deviendrait à ce titre plus « collectif » et plus participatif. De fait, la participation est désormais convoquée comme la condition de toute action se voulant véritablement efficace sur un espace donné, sur l’amélioration du cadre de la vie, ou lorsqu’il faut régler certains dysfonctionnements sociaux, urbains et économiques. Grâce aux différentes modalités participatives, il s’agit notamment d’éviter l’exclusion et la disqualification sociale de certaines populations ; d’obtenir un gain qualitatif dans la définition et l’appropriation des projets ; de réintégrer l’éthique dans l’intervention urbaine de même que des références aux valeurs, à la citoyenneté et à de nouvelles solidarités sociales. L’objectif est aussi de retisser des liens, des sociabilités, de développer durablement le tissu social et les identités locales (Maghnous Dris 2008). En ce sens, on ne peut dissocier un projet urbain d’un projet social, culturel et socioculturel, puisque l’intervention urbaine revient à travailler sur le « vivre ensemble » et sur les ressources des habitants eux-mêmes, autant que sur le sens démocratique qu’il s’agit de donner à l’action aménageuse.

Ces formes nouvelles du projet urbain paraissent propices à accueillir celles de l’animation socioculturelle définie comme mode d’intervention sociale et « système d’action jouant sur le triple registre de la régulation, de la promotion et de la contestation sociales dans des situations où les enjeux sont à la fois culturels, sociaux, économiques et politiques » (Lafortune et al. 2009). Travaillant à la mobilisation des individus, des groupes et des collectivités en vue d’une réappropriation politique et socioculturelle de leur cadre de vie par les citoyens-habitants, l’animation et ses acteurs revendiquent une contribution historique et militante à l’invention – ou à la réinvention – de la cité par elle-même. Porteuse d’une ambition de production d’un « bien vivre-ensemble » dans les territoires, l’animation pense une « ville socioculturelle » (Richelle 2012) visant à reposer la question du sens et de la « Haute qualité existentielle » (Paquot 2007) que les acteurs de la ville veulent donner à la société. Grâce à l’encouragement des dynamiques participatives, c’est une fabrique interactive et « co-productive » de l’urbain qui est posée et qu’est censé porter le concept de « projet ».

Mais face à cette séduisante homologie structurale entre « projet urbain » et « projet socioculturel », des zones de moindre évidence apparaissent. En effet, contre une lecture idéalisée du projet urbain, certains relèvent une logique « purement attestataire », finalement dénuée de toute préoccupation d’innovation spatiale et sociale. Dans cette logique, l’utopie, l’optimisme et la contestation auraient notamment fait place à un nouvel « esprit gestionnaire », c’est-à-dire conservatoire des ordres établis, et à une idéologie managériale qui assimile la ville à une entreprise, avec ses critères d’actions dominants : le rendement économique et le profit notamment (Levy 2006). D’autres voix s’élèvent contre des projets urbains qui ne feraient que prendre acte des effets-pervers d’une « mutation post-industrielle » de la société (Lyotard 1979) : montée de l’individualisme, des attentes de sécurité et de propriété, de la précarisation et autres ségrégations socio-spatiales, d’une marchandisation croissante des services et de la priorité donnée aux injonctions dites « néo-libérales », etc. Ce type de glissement alimente aussi le débat dans le champ de l’animation socioculturelle qui, en même temps qu’elle se professionnalise et qu’elle est intégrée aux dispositifs des politiques publiques, se pose la question de son intégrité, de son héritage militant et de la manière d’appréhender ses propres transformations.

Entre risques, contraintes et opportunités, quelle est la place de l’animation dans la conception, la mise en oeuvre et la pérennisation du projet urbain ? Quels sont les impacts, les adaptations stratégiques et les zones d’actions pour les acteurs socioculturels, situés au carrefour de l’aménagement physique et d’un aménagement social/culturel de la ville ? Quelle est la place – existante ou à conquérir – des acteurs de l’animation dans les différents partenariats, au cours des négociations et des phases du projet (diagnostic, concertation, animation de la gestion et de la vie d’un quartier, etc.) ? Pour trouver des pistes de réflexion et apporter des éléments de réponse à ces questions, trois axes sont proposés aux contributeurs :

Axe 1 : Dispositifs de politiques urbaines et projets d’animation socioculturelle

Autour de cet axe, il s’agira d’aborder la politique de la ville. Celle-ci sera envisagée comme l’ensemble des dispositifs d’interventions publiques sur des territoires qualifiés de prioritaires en raison des difficultés que rencontrent leurs habitants (habitat dégradé, chômage, échec scolaire, délinquance, enclavement …). Sur la base de diagnostics réalisés, il s’agit d’intervenir sur un territoire et d’actionner les leviers de l’urbanisme et de l’aménagement, de l’action sociale et culturelle, de la prévention de la délinquance, etc. En ce sens, la politique de la ville contribue à l’apparition de nouvelles interventions associées à des pratiques d’animation et à l’irruption de nouveaux acteurs (Bouquet et al. 2007 ; Pinson 2009). Il en résulte une lecture plus complexe pour les populations soumises à des injonctions de responsabilisation relevant à la fois d’une « politique du sujet » et d’une « promotion du vivre ensemble » que les animateurs ont pour mission d’accompagner. Il s’agit d’interroger la place de l’animation socioculturelle dans ces processus transversaux, globaux et territorialisés, quelquefois en lien avec certains phénomènes de « métropolisation ». A travers des études de cas et la présentation de travaux de recherche, plusieurs pistes de réflexion sont possibles : quels sont les impacts des zonages « politique de la ville » (CUCS, ANRU, etc.) sur l’action socioculturelle ? Comment envisager leur dépassement ? Quelle contribution de l’animation à la cohésion sociale, objectif affiché par les politiques de la ville ? Les différents types d’opérations (reconquête de friches, réhabilitation / reconstruction, revalorisation, etc.) et les phases de production urbaine (conception, réalisation, gestion-utilisation, etc.) entraînent-ils une spécification des actions socioculturelles et dans quelle mesure ?

Un deuxième type de questionnement concernera la place de l’animation et de ses acteurs dans les processus de participation/concertation qui sont mis en avant par l’aménagement et le projet urbains durables : quelles sont les zones de conflits, d’instrumentalisations réciproques, de relais ou de coopérations possibles entre les acteurs de l’animation socioculturelle et les décideurs politiques (objectifs, priorités, dispositifs, etc.)? Peut-on parler de reconnaissance politique d’une expertise du secteur socioculturel en matière d’organisation de la participation habitante/citoyenne ? Entre autres contributions, des retours et analyses d’expériences autour des projets d’aménagement urbain sont attendus pour éclairer ces aspects. 

Axe 2 : Animation socioculturelle et « fabrique » de l’habitant-citoyen

Outre son ouverture à de multiples acteurs et disciplines, la notion de projet urbain laisse une grande place à la communication et à ses technologies (TIC par exemple). L’objectif étant de sensibiliser les citoyens et les partenaires aux objectifs du projet, d’ouvrir le débat dans des proportions variables, mais aussi de produire de la participation en tant que telle, de même que des citoyens « responsables » c’est-à-dire impliqués durablement dans leur cadre de vie. En ce sens, de nombreuses communes s’appuient sur des partenariats avec les acteurs de proximité pour développer des actions d’information, de sensibilisation et d’éducation en lien avec les problématiques urbaines (liées, entre autres, aux questions environnementales). L’animation socioculturelle est, alors, chargée de trouver, au travers de cette délégation, sa place dans de nouvelles formes de gouvernance urbaine.

Dans cette perspective, quels sont les partenariats envisageables entre acteurs politiques et/ou institutionnels et acteurs de proximité ? Quelle est la nature (plus ou moins innovante) des supports médiatiques mobilisés dans le cadre de ces actions ? Dans quelles mesures l’opérateur socioculturel, couplé aux actions de communication conduites, peut-il transformer les difficultés ou les spécificités contextuelles (sociales, urbaines, historiques…) en ressources d’une mobilisation des populations partie-prenantes, en levier de changement ? Quelle place donner à une scénographie des identités (de quartier par exemple) sans pour autant risquer l’enfermement ou le seul « entre-soi » ? Derrière les actions de sensibilisation, de communication, d’éducation et autres, c’est aussi de la diffusion de certaines normes et « bons » comportements dont il s’agit (implication dans la vie de quartier, acquisition de gestes éco-citoyens, solidarité, sociabilité, participation, économie locale sociale et solidaire, etc.) : comment l’animation socioculturelle pense-t-elle sa place dans ce qui a trait autant à l’engagement qu’à une « mise en ordres » portée par tout projet urbain ? Pour traiter ces problématiques, les contributions de professionnels, opérateurs et praticiens urbains, sont particulièrement attendues, de même que des apports scientifiques autour des concepts de gouvernance, de représentation sociale, d’attitudes, de normes, de comportements, etc.

Axe 3 : Espaces publics/collectifs, espaces d’animation socioculturelle

Les espaces publics et collectifs sont un enjeu majeur de l’aménagement et des projets de villes. Ils sont les supports de prescriptions multiples : socialisation, animation urbaine, mixités diverses (sociale, intergénérationnelle,…), participation, etc. Mais dans le projet urbain, ils relèvent aussi du contrôle politico-social et de toutes les préoccupations d’ordre public (sécurité, salubrité, tranquillité, moralité, etc.). Plusieurs « objets » cristallisent les commandes politiques autant que des demandes sociales : jardins divers (publics, partagés, etc.), équipements ludico-sportifs ou culturels, résidences intergénérationnelles, maisons des associations et autres, formes d’appropriations temporaires plus ou moins « normalisées » (carnavals, graphs, etc.), physiques (présence d’acteurs) ou virtuelles (réalité augmentée, travail numérique sur l’espace urbain). A la croisées des diverses attentes sociétales, l’animation professionnelle peut être sollicitée pour neutraliser les expressions turbulentes et garantir une paix sociale, comme elle peut être envisagée en activateur d’une action collective susceptible de susciter une saisie démocratique de l’espace public.

Comment se positionne alors l’animation socioculturelle, entre adaptation/régulation sociales valant neutralisation d’une « urbanité de confrontation », et émancipation sociale visant à l’autonomisation critique des citoyens (Richelle 2012) ? Comment l’animation se situe-t-elle par rapport aux espaces publics et collectifs du projet urbain, entre vocation « normative » et « créative » ? Au-delà des quotas de logements sociaux de la loi LRU, comment les acteurs socioculturels appréhendent-ils la mixité, sous ses diverses formes, dans les espaces publics qu’ils ont vocation à animer de façon durable ? Quelles stratégies d’adaptation – donc de modification de l’action – l’animateur déploie-t-il dans des espaces publics de plus en plus normés et sécurisés ? A l’inverse d’une occupation routinière des espaces publics qui sont la principale modalité d’action, comment l’animation peut-elle occuper les interstices (temporels et physiques) laissés par le projet urbain, pour générer de l’ « imprévu créateur » ? Outre l’apport des acteurs de terrains et des chercheurs quant aux modalités « classiques » d’une animation des espaces publics dans le projet urbain, sont aussi attendus des retours d’expériences plus alternatives, questionnant des spatialités transgressives de l’animation socioculturelle en tant que projet urbain « complémentaire » ou « alternatif », au sens de « contre-pouvoir » politico-urbanistique (squats culturo-artistiques, occupations de friches, etc.)

Sources bibliographiques citées

Ingallina Patrizia, 2003, Le Projet urbain, PUF, coll. Que sais-je?

Bouquet Brigitte et al. (coord.), 2007, Territoires et action sociale, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales ».

Lafortune Jean-Marie et al., 2010, « Vers un système d’animation socioculturelle : défis actuels et synergies internationales », Animation, territoires et pratiques socioculturelles, n°1, pp. 1-12, novembre.

Levy Albert, 2006, « Quel urbanisme face aux mutations de la société post-industrielle ? », Esprit, dossier « Entre local et global : espaces inédits, frontières incertaines », n°329, pp. 61-75.

Lyotard Jean-François, La condition post-moderne, Paris, Minuit, 1979.

Paquot Thierry, 2007, « En route vers l’éco-urbanisme ? », Constructif, n°16, février, http://www.constructif.fr/Article_32_55_390/En_route_vers_l_eco_urbanisme.html

Pinson Gilles, 2009, Gouverner la ville par projet : urbanisme et gouvernance des villes européennes, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, coll. Gouvernances.

Richelle Jean-Luc, 2012, Une ville socioculturelle ? Animation médiatrice et politique jeunesse à Bordeaux, 1963 – 2008, Carrières-Sociales Editions, 293 p.

Roncayolo Marcel, 2000, « Mémoires, représentations, pratiques-réflexions autour du projet urbain », in Hayot Alain et Sauvage André (dir.), 2000, Le projet urbain. Enjeux, expérimentations et professions, Actes du colloque Les sciences humaines et sociales face au projet urbain organisé par l’INAMA et SHS-TEST, Marseille, 31 janvier et 1er février 1997, p.25-31 6

Pilotage

Responsable : Pascal Tozzi (Bordeaux III – UMR CNRS ADES)

Comité scientifique et d’organisation : Bertho Raphaële (Bordeaux III – UMR CNRS ADES), Carimentrand Aurélie (Bordeaux III – UMR CNRS ADES), Curto Fernando (IEPSA Université de Saragosse), de Montgolfier Clotilde (Bordeaux III), D’Andréa Nicolas (Bordeaux III – UMR CNRS ADES), Greffier Luc (Bordeaux III – UMR CNRS ADES), Lafortune Jean-Marie (UQA Montréal), Laugaa Didier (Bordeaux III – UMR CNRS ADES), Ndiaye Abdourahmane (UMR CNRS ADES), Retaillé Denis (Bordeaux III – UMR CNRS ADES), Rousseli Claudette (Crajep Aquitaine), Tozzi Pascal (Bordeaux III – UMR CNRS ADES), Volgemuth Laurence (Ecole supérieure d’éducation de Lisbonne)

Échéancier

Envoi des propositions de communications : jusqu’au 15 octobre 2012 à l’adresse suivante : carrières-sociales-isiat[at]iut.u-bordeaux3.fr.

Elles seront adressées au format Word, avec un titre, l’axe de réflexion privilégié, un exposé synthétique en une page mentionnant la problématique générale, les données ou le terrain mobilisés. Les coordonnées du communicant, statut, organisme, seront indiqués.

Retour des avis du Comité scientifique : début novembre 2012

Edition du programme : fin novembre 2012

Réception des textes complets et définitifs : 5 janvier 2013

Colloque : lundi 28 et mardi 29 janvier 2013, IUT Michel de Montaigne, Bordeaux.

Colloque international « Faire la Cité » Rennes 2

Jeudi 26 et vendredi 27 avril 2012

Colloque organisé par l’équipe d’accueil Arts : pratiques et poétiques, Rennes 2, et coordonné par Marion Hohlfeldt sur le thème « Faire la Cité. Création et gouvernance des imaginaires urbains ».

Ce colloque est organisé en partenariat avec la Maison des sciences de l’homme de Bretagne (MSHB) et l’École nationale supérieur d’architecture de Bretagne (ENSAB).

Présentation

Voir le site de Rennes 2

Depuis l’avènement de la ville, la cité a été un facteur majeur de la constitution de la vie collective, incarnant le carrefour entre organisation publique et initiative privée, entre dessein durable et intervention spontanée. Toile tissée de trames physiques, sociales, économiques et idéologiques, elle a engendré des imaginaires divergents et contradictoires. Ceux-ci ne sont pas aléatoires, mais leur construction est difficile à cerner en raison de la polysémie du concept d’imaginaire, tantôt lié à la subjectivité de chacun, tantôt traduisant une représentation du monde partagé par une association d’images signifiantes.

Organisé en demi-journées, ce colloque analysera les approches émanant de spécialités connexes afin de réfléchir ensemble sur le futur de nos cités. Urbanistes, architectes, artistes, historiens, sociologues et philosophes proposeront un regard croisé sur la création et la gouvernance de cet espace profondément social, prenant en compte la complexification des réseaux qui s’y dessinent. La participation exceptionnelle de l’artiste international Jochen Gerz permettra d’approfondir la compréhension d’un travail dans l’espace public et des conditions actuelles d’une cooptation, délaissant la notion de l’artiste en faveur de celle d’une autorité partagée. Comment la création des imaginaires contribue-t-elle à faire la Cité, conçue comme un ensemble de liens sociaux et de responsabilités croisées qui œuvrent à un vivre ensemble plus ou moins réussi ?

Programme

Plaquette de présentation

Jeudi 26 avril 2012

9H00 > 9H45 : Accueil des participants et ouverture du colloque
Jean Émile Gombert, président de l’université Rennes 2
René Jouquand, adjoint au maire délégué à la culture, ville de Rennes
Marion Hohlfeldt, responsable scientifique du colloque, université Rennes 2

Matinée : Faire la Cité
Présidence : Marie Minier, directrice de l’École nationale supérieure d’architecture de Bretagne
9h45 > 10h15 : André Sauvage (sciences humaines et sociales, chercheur à l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de Rennes, IAUR), « Vers la reconnaissance de l’imaginaire urbain. Cité, espaces publics, imaginaires »
10h15 > 10h45 : Joëlle Zask (philosophe, université de Provence), « De l’appréciation esthétique à la formation du public de la cité moderne »
11h00 > 11h30 : Frédéric Sotinel (architecte, ENSAB, doctorant en arts plastiques, université Rennes 2), « Telle qu’en elle-même enfin la vie la change »
11h30 > 12h00 : Éric van Essche (directeur général f.f. de l’ISELP, Bruxelles), « Imaginaire etmultitude dans la Cité : le cas Francis Alÿs »

Après-midi : Création de places publiques
Présidence : Philippe Hardy, directeur de l’École Européenne Supérieure d’Art de Bretagne
14h00 > 14h30 : Jonathan Vickery (Center for Cultural Policy Studies, University of Warwick, U.K.), « Public Authorship and the Politics of Place »
14h30 > 15h00 : Jochen Gerz (artiste, Irlande), 2-3 Rues
15h30 > 16h00 : Mari Linnman (médiatrice pour la Fondation de France, programme
Nouveaux Commanditaires, Paris, membre du réseau européen Creativ Clash – TilltEurope, Suède), « La médiation comme moyen de production »
16h00 > 16h30 : Ophélie Naessens (doctorante en arts plastiques, université Rennes 2),
« Parcours de paroles. Frédéric Moser & Philippe Schwinger/ France, détours »
16h45 > 17h15 : Olga Schmedling (histoire de l’art, Oslo National Academy of the Arts,
Norvège), » Monument et modernité. Lire l’intersection entre la représentation de l’urbaniste et celle de l’artiste »
17h15 > 17h45 : Roselyne Quéméner (productrice, chargée d’enseignements de cinéma,
université Rennes 2 et université Paris 3), « Filmer sur commande (la ville), tu imagines ? »

Vendredi 27 avril 2012

9H00 : Accueil et ouverture de la seconde journée du colloque
Raymonde Séchet, 1ère Vice-présidente chargée de la recherche de l’université Rennes 2

Matinée : Gouvernance des imaginaires
Présidence : Pascal Dupont, Institut National des Sciences Appliquées, Rennes
9h15 > 9h45 : Hélène Bailleul (géographie et aménagement, université Rennes 2), « Petite
et grande fabrique d’images de la ville. Co-production des valeurs dans les projets urbains et gouvernance démocratique des imaginaires urbains »
9h45 > 10h15 : Franck Cormerais (science de l’information et de communication, université Bordeaux 3 Montaigne), « Hyperville et émergence d’un imaginaire spécifique : Nantes, du quartier de la création à la mémoire d’une ville » [Absent]
10h15 > 10h45 : Catherine Guy (aménagement, présidente de l’IAUR, Rennes), « Gare et quartier de gare : la collision des imaginaires »
11h00 > 11h30 : Christophe Pittet (doctorant en sociologie, université de Strasbourg et
professeur à la Haute École Fribourgoise de travail social, Suisse), « L’art comme nouveau
paradigme du lien social ou instrument de la pensée libérale ? »
11h30 > 12h00 : Leonor Graser (doctorante en sociologie, Centre de Recherches sur les
Liens Sociaux, université Sorbonne nouvelle – Paris 3), « Sur les « romans de banlieue ». La cité comme moteur du processus créatif »

Après-midi : Intervenir dans la ville
Présidence : Didier Favreau, coordinateur de l’UED Attitudes urbaines, université Rennes 2
14h00 > 14h30 : Françoise Vincent-Feria (arts plastiques, université Rennes 2), « REpenser la ville, la nature : quelles relations humaines, sociales, économiques, politiques REconstruire ? »
14h30 > 15h00 : Marion Hohlfeldt (histoire de l’art, université Rennes 2), « Différences
indifférences »

15h30 > 17h00 : Table ronde avec :
Romain Louvel (artiste), Nicolas Combes (L’âge de la tortue), Mathieu Tremblin & David
Renault (Les frères Ripoulain), Dominique Jézéquellou (ENSAB), Isabelle Lassignardie
(université de Picardie Jules Verne)

-> Pendant le colloque

Voir le fil tweeter #Fairelacité