Ginko – Analyse des visuels de la Nouvelle Agence d’Architecture

Les écoquartiers ne protègent pas de la pluie

par Raphaële Bertho

Au cours de mes recherches sur les images projectives, je me suis trouvée confrontée à cette représentation pour le moins incongrue. Sous une pluie battante, on est loin ici de l’univers idyllique des nouvelles constructions, fait de jardin verdoyant et d’immeubles étincelants sous un soleil perpétuel.

La Nouvelle Agence, Ecoquartier Ginko, ilot Canopée

Cette image est présentée sur le site d’une agence d’architecte bordelaise, La Nouvelle Agence, laquelle a été sollicitée pour la conception d’un immeuble au sein du nouvel écoquartier Ginko, réalisé par Bouygues et faisant partie intégrante de la politique urbaine Bordeaux 20301. Anomalie isolée dans l’opération de communication, elle contraste clairement avec les autres représentations du même projet présentées tant par les concepteurs que le promoteur….

Lire la suite sur le blog Territoire des images

  1. Sur le même sujet voir le billet Il était une fois demain… []

Arago – « Déco » autour des éléments d’information

On constate une volonté d’aménagement autour des panneaux d’informations installés au coeur du quartier Arago….

Avril 2012

Affichage réglementaire d'annonce des travaux publics - avril 2012 (RB)
Affichage réglementaire d'annonce des travaux publics - Par RB avril 2012

Mai 2012

Quartier Arago - par Ana Brazão, mai 2015
Affichage réglementaire d'annonce des travaux publics - Par Ana Brazao mai 2012

 

Colloque international « Faire la Cité » Rennes 2

Jeudi 26 et vendredi 27 avril 2012

Colloque organisé par l’équipe d’accueil Arts : pratiques et poétiques, Rennes 2, et coordonné par Marion Hohlfeldt sur le thème « Faire la Cité. Création et gouvernance des imaginaires urbains ».

Ce colloque est organisé en partenariat avec la Maison des sciences de l’homme de Bretagne (MSHB) et l’École nationale supérieur d’architecture de Bretagne (ENSAB).

Présentation

Voir le site de Rennes 2

Depuis l’avènement de la ville, la cité a été un facteur majeur de la constitution de la vie collective, incarnant le carrefour entre organisation publique et initiative privée, entre dessein durable et intervention spontanée. Toile tissée de trames physiques, sociales, économiques et idéologiques, elle a engendré des imaginaires divergents et contradictoires. Ceux-ci ne sont pas aléatoires, mais leur construction est difficile à cerner en raison de la polysémie du concept d’imaginaire, tantôt lié à la subjectivité de chacun, tantôt traduisant une représentation du monde partagé par une association d’images signifiantes.

Organisé en demi-journées, ce colloque analysera les approches émanant de spécialités connexes afin de réfléchir ensemble sur le futur de nos cités. Urbanistes, architectes, artistes, historiens, sociologues et philosophes proposeront un regard croisé sur la création et la gouvernance de cet espace profondément social, prenant en compte la complexification des réseaux qui s’y dessinent. La participation exceptionnelle de l’artiste international Jochen Gerz permettra d’approfondir la compréhension d’un travail dans l’espace public et des conditions actuelles d’une cooptation, délaissant la notion de l’artiste en faveur de celle d’une autorité partagée. Comment la création des imaginaires contribue-t-elle à faire la Cité, conçue comme un ensemble de liens sociaux et de responsabilités croisées qui œuvrent à un vivre ensemble plus ou moins réussi ?

Programme

Plaquette de présentation

Jeudi 26 avril 2012

9H00 > 9H45 : Accueil des participants et ouverture du colloque
Jean Émile Gombert, président de l’université Rennes 2
René Jouquand, adjoint au maire délégué à la culture, ville de Rennes
Marion Hohlfeldt, responsable scientifique du colloque, université Rennes 2

Matinée : Faire la Cité
Présidence : Marie Minier, directrice de l’École nationale supérieure d’architecture de Bretagne
9h45 > 10h15 : André Sauvage (sciences humaines et sociales, chercheur à l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de Rennes, IAUR), « Vers la reconnaissance de l’imaginaire urbain. Cité, espaces publics, imaginaires »
10h15 > 10h45 : Joëlle Zask (philosophe, université de Provence), « De l’appréciation esthétique à la formation du public de la cité moderne »
11h00 > 11h30 : Frédéric Sotinel (architecte, ENSAB, doctorant en arts plastiques, université Rennes 2), « Telle qu’en elle-même enfin la vie la change »
11h30 > 12h00 : Éric van Essche (directeur général f.f. de l’ISELP, Bruxelles), « Imaginaire etmultitude dans la Cité : le cas Francis Alÿs »

Après-midi : Création de places publiques
Présidence : Philippe Hardy, directeur de l’École Européenne Supérieure d’Art de Bretagne
14h00 > 14h30 : Jonathan Vickery (Center for Cultural Policy Studies, University of Warwick, U.K.), « Public Authorship and the Politics of Place »
14h30 > 15h00 : Jochen Gerz (artiste, Irlande), 2-3 Rues
15h30 > 16h00 : Mari Linnman (médiatrice pour la Fondation de France, programme
Nouveaux Commanditaires, Paris, membre du réseau européen Creativ Clash – TilltEurope, Suède), « La médiation comme moyen de production »
16h00 > 16h30 : Ophélie Naessens (doctorante en arts plastiques, université Rennes 2),
« Parcours de paroles. Frédéric Moser & Philippe Schwinger/ France, détours »
16h45 > 17h15 : Olga Schmedling (histoire de l’art, Oslo National Academy of the Arts,
Norvège), » Monument et modernité. Lire l’intersection entre la représentation de l’urbaniste et celle de l’artiste »
17h15 > 17h45 : Roselyne Quéméner (productrice, chargée d’enseignements de cinéma,
université Rennes 2 et université Paris 3), « Filmer sur commande (la ville), tu imagines ? »

Vendredi 27 avril 2012

9H00 : Accueil et ouverture de la seconde journée du colloque
Raymonde Séchet, 1ère Vice-présidente chargée de la recherche de l’université Rennes 2

Matinée : Gouvernance des imaginaires
Présidence : Pascal Dupont, Institut National des Sciences Appliquées, Rennes
9h15 > 9h45 : Hélène Bailleul (géographie et aménagement, université Rennes 2), « Petite
et grande fabrique d’images de la ville. Co-production des valeurs dans les projets urbains et gouvernance démocratique des imaginaires urbains »
9h45 > 10h15 : Franck Cormerais (science de l’information et de communication, université Bordeaux 3 Montaigne), « Hyperville et émergence d’un imaginaire spécifique : Nantes, du quartier de la création à la mémoire d’une ville » [Absent]
10h15 > 10h45 : Catherine Guy (aménagement, présidente de l’IAUR, Rennes), « Gare et quartier de gare : la collision des imaginaires »
11h00 > 11h30 : Christophe Pittet (doctorant en sociologie, université de Strasbourg et
professeur à la Haute École Fribourgoise de travail social, Suisse), « L’art comme nouveau
paradigme du lien social ou instrument de la pensée libérale ? »
11h30 > 12h00 : Leonor Graser (doctorante en sociologie, Centre de Recherches sur les
Liens Sociaux, université Sorbonne nouvelle – Paris 3), « Sur les « romans de banlieue ». La cité comme moteur du processus créatif »

Après-midi : Intervenir dans la ville
Présidence : Didier Favreau, coordinateur de l’UED Attitudes urbaines, université Rennes 2
14h00 > 14h30 : Françoise Vincent-Feria (arts plastiques, université Rennes 2), « REpenser la ville, la nature : quelles relations humaines, sociales, économiques, politiques REconstruire ? »
14h30 > 15h00 : Marion Hohlfeldt (histoire de l’art, université Rennes 2), « Différences
indifférences »

15h30 > 17h00 : Table ronde avec :
Romain Louvel (artiste), Nicolas Combes (L’âge de la tortue), Mathieu Tremblin & David
Renault (Les frères Ripoulain), Dominique Jézéquellou (ENSAB), Isabelle Lassignardie
(université de Picardie Jules Verne)

-> Pendant le colloque

Voir le fil tweeter #Fairelacité

 

ARAGO – Communication sur le projet de rénovation urbaine in situ – avril 2012 (visuels)

Arago Change de décor, comunication visuelle installée à l'entrée des bureaux de DomoFrance
"Arago plante son nouveau décor", communication visuelle installée à l'entrée des bureaux de DomoFrance
Image projective illustrant "Arago change de décor"
Image projective illustrant "Arago plante son nouveau décor"
Image projective illustrant "Arago plante son nouveau décor"
Image projective illustrant "Arago plante son nouveau décor"
Image projective illustrant "Arago plante son nouveau décor"
Image projective illustrant "Arago plante son nouveau décor"
Image projective illustrant "Arago plante son nouveau décor"
Image projective illustrant "Arago plante son nouveau décor"
Affichage réglementaire d'annonce des travaux publics
Affichage réglementaire d'annonce des travaux publics

Darwin, visite du 13/04/2012

Première visite sur le site du projet Darwin-écosysteme
Par Raphaële Bertho (visuels) et Aurélie Carimentrand

Au abords: friches vs réhabilitation

Pour arriver sur le site il faut longer la Garonne. Le contraste entre les deux côtés de la route est alors saisissant: à gauche les berges récemment réhabilitées, où les arbres s’alignent proprement. A droite la friche encore un peu sauvage. L’éco-quartier devrait faire disparaître ces ilôts de verdures non contrôlé.

Berges de la Garonne

Arrivée sur le site, l’identité affirmée


La friche industrielle et le hangar, Notes


Belcier, Bordeaux / Terres-Neuves, Bègles, le 10-04-2012

Ilot Terres Neuves

Ecoquatier Terres Neuves, Bègles (mars 2012).
Ecoquatier Terres Neuves, Bègles (mars 2012).
Ecoquatier Terres Neuves, Bègles (mars 2012).
Ecoquatier Terres Neuves,Bègles (mars 2012).

Ilot Armagnac

Ecoquartier Ilot Armagnac, Belcier, Bordeaux (mars 2012).
Ecoquartier Ilot Armagnac, Belcier, Bordeaux (mars 2012).

Evento 2012, Il était une fois demain…

Par Raphaële Bertho

Ce billet tente de proposer une mise en perspective de l’exposition présentée cet automne lors de la biennale d’art contemporain de Bordeaux Evento: Il était une fois demain. Le thème était cette année « L’art pour une ré-évolution urbaine ». L’esprit de l’évènement était de faire de la ville un « territoire d’expérimentations artistiques » pendant une dizaine de jours afin de « favoriser les rencontres avec le public et de proposer une vision renouvelée de la cité »1. Sans devenir la ville-spectacle qu’est l’exposition universelle, ainsi que le décrit très bien Marie-Madeleine Ozdoba, la ville devient néanmoins le théâtre de sa propre représentation, de sa propre mise en fiction. C’est dans ce cadre que prend place cette exposition au titre prometteur, dont la conception complexe a pour ambition d’articuler textes, images, références économiques et architecturales et projets contemporains autour de cette question de l’utopie urbaine.

© Rodolphe Escher

Ce qui est particulièrement intéressant ici semble-t-il, c’est le fait que ces fictions projectives portant sur le devenir de la cité bordelaise ont pour objet de susciter une attente en prenant appuie sur des actions en cours de développement. S’adressant au grand public, l’exposition est partie prenante d’une volonté de créer un désir autour des projets urbains actuels, d’en faire la promotion tout en se démarquant des images photo-réalistes qui les accompagnent généralement. L’exposition, réunissant des travaux de très belle facture, est séduisante, tant par l’image que le discours qui l’accompagne. Une séduction qui donne envie de tenter d’en démonter le dispositif pour mieux en saisir les enjeux, autant politiques que visuels.

Lire la suite sur le blog Territoire des images

  1. Motivée par ce vœu pieu, la manifestation n’a pourtant pas été l’occasion de l’enthousiasme populaire annoncé, du fait notamment d’une communication certes conséquente mais finalement peu effective. Les marqueurs visuels de l’évènement envahissent la ville, une signalétique jaune omniprésente, mais difficile par exemple d’arriver à comprendre où et quand se déroulent les manifestations sur l’interface du blog dédié. []