Appel à contributions : « La participation habitante dans les écoquartiers : discours, effets, expérimentations et retours critiques »

Dossier de la revue Développement Durable et Territoires coordonné par :

Aurélie Carimentrand (MCF Économie), Pascal Tozzi (MCF HDR Science politique), Abdourahmane Ndiaye (Chercheur Économie ANR PAGODE)

Université Bordeaux III – UMR CNRS ADESS 5185

Mots-clés : écoquartier, participation habitante, dynamique d’acteur, comportement écocitoyen, habitat coopératif, jardin collectif, mixité

Compte tenu des nombreuses publications relatives à la question des écoquartiers, en France et ailleurs, ouvrir un nouvel espace de discussion scientifique sur le sujet nécessite le choix d’un angle, sinon nouveau, tout au moins susceptible d’apports complémentaires. À ce titre, les relations entre processus participatifs et opérations de quartiers durables, bien qu’ayant été interrogées par les chercheur(e)s, sont loin d’avoir livrées toute leur substance heuristique. Si les démarches participatives sont désormais un levier incontournable pour chaque acteur impliqué dans la gouvernance du projet urbain durable, les (re)mises en ordres ou en désordres qu’elles suscitent restent des processus centraux et complexes (Leresche et Audétat, 20061 ; Emelianoff 20082 ; ; Mathieu et Guermond 20113.)

Dans ces démarches participatives et pour les parties prenantes à la fabrique de la ville durable, la qualité du processus d’élaboration va de pair avec la capacité d’y associer les habitants-citoyens et autres acteurs de la société civile. Elle devient un argument dans la valorisation des opérations écoquartiers et un critère convoqué pour les différencier des quartiers « classiques ». Grâce aux différentes modalités participatives, l’injonction vise pêle-mêle à éviter l’exclusion et la disqualification sociale de certaines populations ; à obtenir un gain qualitatif dans la définition et l’appropriation des projets ; à réintégrer des références aux valeurs, à la citoyenneté et à de nouvelles solidarités urbaines, sociales et environnementales (Schaeffer, Ruegg et Litzistorf-Spina, 201044.) retisser des liens, des sociabilités, de développer durablement le tissu social et les identités locales. Pourtant, une fois cela posé en principe et en discours, le problème reste le passage de l’injonction de durabilité urbaine à la réalité d’une dynamique sociétale qui favoriserait la prise en charge collective, participative et pérenne, du cadre de vie (Bonard et Matthey, 20105.) C’est ce discours participatif, ses effets et les expériences qu’il suscite (de même que ses dissonances) que nous envisageons d’approcher, à travers de ce dossier thématique. Le choix est de privilégier une approche par objets concrets permettant un éclairage multifocal et critique de la participation, de ses « angles morts ». Il s’agira, pour les contributeurs(trices)de mettre en évidence, autour d’opérations d’écoquartiers, certaines expérimentations urbaines et sociales porteuses de modalités participatives à l’échelon local, avec leurs innovations mais aussi leurs difficultés et leur limites. Trois axes de réflexions sont proposés :

1) Questionner la capacité intégrative des dispositifs participatifs autour de « zones à risques ». À titre d’exemple sont attendues des contributions portant sur : l’articulation complexe des niveaux et des dispositifs de la participation ; la confrontation des processus aux conflits ou à des freins identitaires à l’échelle de l’écoquartier ; les difficultés dans l’intégration de certaines populations confrontées à l’alternative « assimilation/déviance », notamment en matière de conformation aux nouvelles normes comportementales dites« écocitoyennes » promues dans les opérations de quartiers durables ; les effets réels d’exclusion ou de non appropriation des projets par les populations vieillissantes, marginales, en difficulté sociales, ou en situation de handicap, etc.

2) Mettre en lumière les recompositions et les dynamiques actorielles participatives porteuses d’innovation et d’adaptation sociales, mais aussi de difficultés que révèle l’aménagement des écoquartiers (cadrage de l’action publique, résistance au changement, etc.) et de leurs espaces collectifs. Une attention particulière sera accordée aux stratégies des acteurs dans la gouvernance participative (repositionnement, coalitions, partenariats, etc.) et à leurs effets parfois ambigus quant aux effets induits, ou aux prescriptions sociétales portées par la durabilité urbaine. Autour de cet axe, place sera faite auxinvestigations dans le champ de l’économie sociale et solidaire au sens large, à ses acteurs  qui se saisissent diversement de l’opportunité participative autour des processus associatifs et coopératifs notamment.

3) Analyser l’ambiguïté du positionnement des acteurs politico-institutionnels qui, autour des aménagements de quartiers durables, jouent dans certains cas de la participation comme d’une occasion de travailler à la mise en ordre politique – voire « publique » – de l’espace urbain. Mise en ordre qui pourra être, notamment, analysée à l’aune d’une conformation, parfois « contreproductive » aux préoccupations planificatrices persistantes, des stratégies d’acceptabilité sociale des opérations, de « recyclage » (avec sa part des traduction/trahison) des initiatives habitantes-citoyennes, mais aussi des processus de « décharge » stratégique au profit d’une gestion de proximité moins coûteuse (politiquement, financièrement, etc.).

Échéancier :

1. Envoi d’une proposition sous forme de résumé d’une page pour le 15 février 2014 à: pagode.ddt@gmail.com

2. Réponse des coordinateurs du dossier à cette proposition pour le 1er mars 2014

3. Demande du texte complet pour le 31 mai 2014 – les normes éditoriales sont précisées sur le site de la revue http://developpementdurable.revues.org/document1269.html (Nous vous prions de bien suivre les recommandations !).

4. Envoi des rapports d’évaluation à l’automne 2014.

5. Publication du dossier au premier semestre 2015.

  1.  Leresche J.-P., Audétat M. (dir.), 2006. « Participation et développement urbain durable », Urbia, n°3 []
  2.  Emelianoff C., 2008, « Enjeux et figures d’un tournant urbanistique en Europe, Responsabilité et environnement », Annales des Mines, n° 2, octobre, p. 15-20. []
  3.  Mathieu N., Guermond N., 2011, La ville durable, du politique au scientifique, Paris, Quae. []
  4.  Schaeffer V., Ruegg J., Litzistorf-Spina N., 2010, « Quartiers durables en Europe : enjeux sociaux et processuels », Urbanisme, n°371, pp. 27-32. []
  5.  Bonard Y., Matthey L., 2010. « Les éco-quartiers : laboratoires de la ville durable ? », Cybergéo : European Journal of Geography [en ligne], Débats, Quartier durable ou éco-quartier ? mis en ligne le 9 juillet 2010. []

Proposition d’approche juridique de la question de la participation dans les écoquartiers

Par Pierre Cabrol

Je souhaite approfondir la question du rapport à la propriété qui existe dans les écoquartiers, en étudiant le lien que celui-ci possède avec la participation, dans le sens de l’existence d’influences réciproques. Sous un autre angle, la question est de savoir si la participation dans les écoquartiers induit un changement dans les rapports à la propriété. Plus précisément, je ne souhaite pas me limiter aux éventuels changements effectifs, c’est-à-dire perceptibles dans l’évolution de la législation et des pratiques juridiques. Je désire également étudier la perception de la propriété qu’ont les habitants de ces quartiers, compte tenu du fait que celle-ci est susceptible, à moyen et long terme, de faire évoluer la législation et les pratiques juridiques. L’étude excède le champ juridique à proprement parler. Je propose en conséquence à tous les collègues intéressés d’y participer.

Ce travail implique la réalisation d’entretiens ou d’enquêtes de terrain, si possible, pour réduire la difficulté de mise en œuvre de ces dernières, par l’ajout de quelques questions à des enquêtes déjà prévues. Il ne s’agit pas d’évaluer une évolution dont l’existence serait établie, mais de se demander, préliminaire nécessaire à toute quantification, si des signes d’une telle évolution peuvent être détectés. Cela exclut toute recherche d’exhaustivité et pose la question du choix des situations à étudier. En réponse à une sollicitation de Nicolas d’Andréa, j’ai déterminé une liste de dix expressions susceptibles d’être utilisée pour interroger la base de donnée réalisée à partir du corpus utilisé par l’équipe : espace privé ; espace public ; espace privatif ; espace collectif ; propriété ; propriété individuelle ; propriété collective ; propriété partagée ; propriétaire(s) privé(s) ; propriétaire(s) institutionnel(s). Il est possible que l’exploitation de ces entrées, ainsi que leur croisement, s’avère insuffisamment discriminante.

Il m’est, en conséquence, apparu pertinent d’établir une grille d’analyse rapide des projets, susceptible d’être utilisée par tous les collègues travaillant sur des projets particuliers, ce qui n’est pas actuellement mon cas. Je souhaite que tous s’en emparent et veuillent bien me signaler la présence éventuelle, dans les projets dont ils ont plus particulièrement connaissance, d’un certain nombre d’éléments, à commencer par la partition entre :

Un ou des espace(s) privé(s)

Un ou des espace(s) public(s)

Un espace privé est un espace dont l’accès est réservé à certaines personnes, qu’il s’agisse des habitants du quartier et de leurs invités, ou non ; un espace public  est un espace ouvert au public, c’est-à-dire à toutes personnes, y compris des personnes n’habitant pas le quartier ou n’ayant pas été invitée par des habitants du quartier. Par exemple, une résidence sécurisée (espace clos) est un espace privé, y compris pour ses routes, places et équipements, une personne ne pouvant y pénétrer que si elle y habite ou y travaille, ou si elle y a été conviée par un habitant ou une personne habilitée à le faire.

Dans un schéma urbain traditionnel, les rues et places sont des espaces publics, tandis que les unités d’habitation sont des espaces privés. Ce qui m’intéresse plus particulièrement et que je veux signaler à l’attention des collègues est ce qui sort de cette norme, car c’est là que d’éventuels signes d’évolution pourraient être plus facilement isolés. Il pourrait, par exemple, s’agir d’une unité d’habitation qui se présente comme un espace public, ou tout au moins partiellement public, parce qu’elle est en partie ouverte au public en raison du fait qu’elle abrite un espace ouvert au public ne disposant pas d’une entrée indépendante, telle qu’une salle de réunion uniquement accessible par les parties communes. Il pourrait également s’agir, toujours par exemple, d’une place ou d’une rue, espaces ordinairement publics, qui seraient, en l’espèce, un espace privé, du fait que l’accès en serait réservé aux seuls riverains ou habitants du quartier, ainsi qu’à leurs invités.

Je suis également particulièrement intéressé par les équipements, en raison du fait que ceux-ci peuvent être, dans un schéma urbain traditionnel, soit des espaces privés, soit des espaces publics, soit des espaces pour partie privés et pour partie publics : une salle de concert est a priori un espace public ; un local poubelles est généralement un espace privé ; une maison de retraite fait ordinairement coexister un espace public (hall d’accueil) et des espaces privées accessibles à des catégories distinctes de personnes (lieux de rencontre avec les pensionnaires, chambres, etc.). Pour tout équipement, j’attache de l’intérêt au fait de savoir si celui-ci est, en tout ou partie, ouvert au public.

J’attache une attention toute particulière aux jardins collectifs sur lesquels travaillent plusieurs membres de l’équipe. En l’espèce, ce n’est pas tant le fait de savoir s’il s’agit d’espaces publics ou d’espaces privés qui retient mon attention, mais le fait de savoir, d’une part si les espaces publics ont des propriétaires privés ou des propriétaires institutionnels, d’autre part si les espaces privés sont des espaces privatifs, ce qui renvoie à un accès individuel ou familial, ou des espaces collectifs, ce qui renvoie à un accès ouvert à un groupe de personnes autre que les membres d’une même famille ou qu’une personne et ses invités.

Pascal Tozzi m’a d’ores et déjà signalé l’existence d’un jardin alliant un espace collectif (partie commune du jardin) et des espaces privatifs (parcelles individuelles), dans lequel l’attribution de l’un des espaces privatifs est subordonnée à un engagement préalable dans la gestion de l’espace collectif. Des interactions de ce type font partie des phénomènes qui m’intéressent tout particulièrement.

Je suis, enfin, intéressé par certains structures juridiques ordinairement associées à des fonctionnements de type participatif, telles que les sociétés coopératives, les régies de quartier, voire les autres associations lorsque celles-ci sont utilisées pour gérer un équipement.

Ginko – Analyse des visuels de la Nouvelle Agence d’Architecture

Les écoquartiers ne protègent pas de la pluie

par Raphaële Bertho

Au cours de mes recherches sur les images projectives, je me suis trouvée confrontée à cette représentation pour le moins incongrue. Sous une pluie battante, on est loin ici de l’univers idyllique des nouvelles constructions, fait de jardin verdoyant et d’immeubles étincelants sous un soleil perpétuel.

La Nouvelle Agence, Ecoquartier Ginko, ilot Canopée

Cette image est présentée sur le site d’une agence d’architecte bordelaise, La Nouvelle Agence, laquelle a été sollicitée pour la conception d’un immeuble au sein du nouvel écoquartier Ginko, réalisé par Bouygues et faisant partie intégrante de la politique urbaine Bordeaux 20301. Anomalie isolée dans l’opération de communication, elle contraste clairement avec les autres représentations du même projet présentées tant par les concepteurs que le promoteur….

Lire la suite sur le blog Territoire des images

  1. Sur le même sujet voir le billet Il était une fois demain… []

Webographie potagère (à compléter)

Présentation du blog:

« Les mauvaises herbes est un projet d’entreprise en économie sociale et solidaire dont la vocation est le développement de potagers productifs et participatifs en ville. En utilisant les espaces libres au sol et sur les toits, notre service se concentre sur deux aspects: l’expertise technique, c’est-à-dire la mise en place des potagers sur des surfaces urbaines (et, a fortiori, atypiques), ainsi que la production selon des techniques agro-écologiques (à hauts rendements). Ensuite sur une expertise “humaine”, c’est-à-dire la capacité que nous avons à impliquer les personnes occupant un lieu donné (hôpital, entreprise, habitat, etc.) autour du potager, afin de pouvoir les faire bénéficier de l’impact social positif du jardinage. Evidemment, ce projet a également une forte composante environnementale/écologique.

La production maraîchère en ville a un impact social large sur une population donnée. En dehors du service de mise en place de potager et de gestion de la production et de l’humain, nous mettons en place des ateliers, animations et évènements autour du jardin sur des question diverses.

Les potagers sont dotés, en plus de la production maraîchère, de systèmes de récupération des eaux de pluies, de ruches et de poulailler, lorsque cela est possible, et de composteurs (avec ou sans lombrics). Par ailleurs, les variétés cultivées au jardin sont avant tout des variétés de terroir, locales, issues de l’Ile-de-France lorsque cela est possible. Nous nous inspirons également des désirs des bénéficiaires, s’il y en a, pour faire pousser des variétés issues d’autres régions et d’autres pays, parfois difficilement trouvables en France ».

Présentation du blog:

« Je suis Agro-économiste de formation et passionné par à peu près tout (Philosophie, Art, Histoire, Economie, Sciences, etc). Mon angle principal de réflexion est autour de l’écologie politique. Ce blog qui vient accompagner mes recherches personnelles sur la relation de tous ces sujets avec l’écologie, même si par déformation professionnelle l’agriculture y dispose d’une place privilégiée.

Dans ma vie, j’ai eu la chance de voyager en Europe, en Asie, en Amérique du Nord et du Sud où j’ai pu énormément m’absorber des différences et des ressemblances entre différentes cultures humaines. Cela m’a amené à prendre conscience de la part homogène des aspirations humaines et de la beauté des paysages et des formes de vies sur toute la planète.

Le titre de ce blog provient d’une interview de Cornelius castoriadis ou il exprime avec justesse comment nous devrions agir en fonction de la planete Terre et non pas essayer de la soumettre pour en “devenir comme maitre et possesseur”. L’objectif final étant de mener une réflexion pour un monde meilleur, où les Hommes pourraient vivre sur un pied d’égalité tout en respectant leur matrice, la planète Terre.

La guerre contre le Nature touche bientôt a sa fin, il faut donc commencer a replanter, ce blog se propose de semer deja quelques graines.

Bonne lecture à tous

Karmai »

Présentation du blog

« Nous sommes des gens passionnés œuvrant ensemble pour un monde où tous partagent la responsabilité pour le bien-être de notre planète et de nous-même. Nous nous sommes engagés à vivre et partager l’expérience des incroyables comestibles de Todmorden.

Notre motivation est de fournir l’accès à une bonne nourriture locale pour tous par le biais de :
– travailler ensemble en mutualisant nos actions au sein de coopérations multiples et variées ;
– soutenir les apprentissages et le savoir-faire par la pédagogie, de la culture à la salle de classe, et de la salle de classe à la cuisine ;
– dynamiser l’économie locale et la créativité de notre territoire.

Vous pouvez également nous soutenir et vous appuyez sur nous !

Nous vous souhaitons une bonne visite sur les pages du site « Incredible Edible Fréland », nos incroyables comestibles. »

 

 

Evento 2012, Il était une fois demain…

Par Raphaële Bertho

Ce billet tente de proposer une mise en perspective de l’exposition présentée cet automne lors de la biennale d’art contemporain de Bordeaux Evento: Il était une fois demain. Le thème était cette année « L’art pour une ré-évolution urbaine ». L’esprit de l’évènement était de faire de la ville un « territoire d’expérimentations artistiques » pendant une dizaine de jours afin de « favoriser les rencontres avec le public et de proposer une vision renouvelée de la cité »1. Sans devenir la ville-spectacle qu’est l’exposition universelle, ainsi que le décrit très bien Marie-Madeleine Ozdoba, la ville devient néanmoins le théâtre de sa propre représentation, de sa propre mise en fiction. C’est dans ce cadre que prend place cette exposition au titre prometteur, dont la conception complexe a pour ambition d’articuler textes, images, références économiques et architecturales et projets contemporains autour de cette question de l’utopie urbaine.

© Rodolphe Escher

Ce qui est particulièrement intéressant ici semble-t-il, c’est le fait que ces fictions projectives portant sur le devenir de la cité bordelaise ont pour objet de susciter une attente en prenant appuie sur des actions en cours de développement. S’adressant au grand public, l’exposition est partie prenante d’une volonté de créer un désir autour des projets urbains actuels, d’en faire la promotion tout en se démarquant des images photo-réalistes qui les accompagnent généralement. L’exposition, réunissant des travaux de très belle facture, est séduisante, tant par l’image que le discours qui l’accompagne. Une séduction qui donne envie de tenter d’en démonter le dispositif pour mieux en saisir les enjeux, autant politiques que visuels.

Lire la suite sur le blog Territoire des images

  1. Motivée par ce vœu pieu, la manifestation n’a pourtant pas été l’occasion de l’enthousiasme populaire annoncé, du fait notamment d’une communication certes conséquente mais finalement peu effective. Les marqueurs visuels de l’évènement envahissent la ville, une signalétique jaune omniprésente, mais difficile par exemple d’arriver à comprendre où et quand se déroulent les manifestations sur l’interface du blog dédié. []