Appel à contribution – Colloque de l’ISIAT Bordeaux janvier 2013

 Bordeaux les 28 et 29 janvier 2013

« L’animation socioculturelle, quelle place dans le projet urbain ? »

Le Pôle Carrières sociales ISIAT-IUT Michel de Montaigne et l’UMR ADES/CNRS, Université de Bordeaux 3 en partenariat avec l’IEPSA Université de Saragosse, l’UQAM Université du Québec à Montréal, l’École Polytechnique de Lisbonne et le CRAJEP Aquitaine organisent les lundi 28 et mardi 29 janvier 2013 un colloque sur le thème : « L’animation socioculturelle, quelle place dans le projet urbain ? ». Dans la continuité des colloques annuels précédemment organisés et à partir de recherches d’enseignants-chercheurs, de travaux de doctorants, d’expériences de terrain de praticiens-chercheurs, de recherches-actions et d’expériences d’animateurs socioculturels, ces deux journées permettront de questionner les interactions entre l’animation socioculturelle et la fabrique de la ville.

Le projet urbain se déploie, dans sa multi-dimensionnalité (politique, économique, urbanistico-architecturale, socioculturelle), en véritable « processus social » (Roncayolo 2000) par lequel les habitants, les groupes et les responsables interagissent, entre contraintes spatiales et « fabrication du destin social ». Au coeur de cette dynamique sociétale, les pratiques et prescriptions de l’aménagement urbain contemporain – désormais liées à la notion de développement durable (« quartiers durables », « écoquartiers », etc.) – semblent évoluer vers des approches plus ouvertes aux transformations, aux débats, à la concertation et aux négociations entre acteurs sociaux multiples (Ingallina 2003). Le projet deviendrait à ce titre plus « collectif » et plus participatif. De fait, la participation est désormais convoquée comme la condition de toute action se voulant véritablement efficace sur un espace donné, sur l’amélioration du cadre de la vie, ou lorsqu’il faut régler certains dysfonctionnements sociaux, urbains et économiques. Grâce aux différentes modalités participatives, il s’agit notamment d’éviter l’exclusion et la disqualification sociale de certaines populations ; d’obtenir un gain qualitatif dans la définition et l’appropriation des projets ; de réintégrer l’éthique dans l’intervention urbaine de même que des références aux valeurs, à la citoyenneté et à de nouvelles solidarités sociales. L’objectif est aussi de retisser des liens, des sociabilités, de développer durablement le tissu social et les identités locales (Maghnous Dris 2008). En ce sens, on ne peut dissocier un projet urbain d’un projet social, culturel et socioculturel, puisque l’intervention urbaine revient à travailler sur le « vivre ensemble » et sur les ressources des habitants eux-mêmes, autant que sur le sens démocratique qu’il s’agit de donner à l’action aménageuse.

Ces formes nouvelles du projet urbain paraissent propices à accueillir celles de l’animation socioculturelle définie comme mode d’intervention sociale et « système d’action jouant sur le triple registre de la régulation, de la promotion et de la contestation sociales dans des situations où les enjeux sont à la fois culturels, sociaux, économiques et politiques » (Lafortune et al. 2009). Travaillant à la mobilisation des individus, des groupes et des collectivités en vue d’une réappropriation politique et socioculturelle de leur cadre de vie par les citoyens-habitants, l’animation et ses acteurs revendiquent une contribution historique et militante à l’invention – ou à la réinvention – de la cité par elle-même. Porteuse d’une ambition de production d’un « bien vivre-ensemble » dans les territoires, l’animation pense une « ville socioculturelle » (Richelle 2012) visant à reposer la question du sens et de la « Haute qualité existentielle » (Paquot 2007) que les acteurs de la ville veulent donner à la société. Grâce à l’encouragement des dynamiques participatives, c’est une fabrique interactive et « co-productive » de l’urbain qui est posée et qu’est censé porter le concept de « projet ».

Mais face à cette séduisante homologie structurale entre « projet urbain » et « projet socioculturel », des zones de moindre évidence apparaissent. En effet, contre une lecture idéalisée du projet urbain, certains relèvent une logique « purement attestataire », finalement dénuée de toute préoccupation d’innovation spatiale et sociale. Dans cette logique, l’utopie, l’optimisme et la contestation auraient notamment fait place à un nouvel « esprit gestionnaire », c’est-à-dire conservatoire des ordres établis, et à une idéologie managériale qui assimile la ville à une entreprise, avec ses critères d’actions dominants : le rendement économique et le profit notamment (Levy 2006). D’autres voix s’élèvent contre des projets urbains qui ne feraient que prendre acte des effets-pervers d’une « mutation post-industrielle » de la société (Lyotard 1979) : montée de l’individualisme, des attentes de sécurité et de propriété, de la précarisation et autres ségrégations socio-spatiales, d’une marchandisation croissante des services et de la priorité donnée aux injonctions dites « néo-libérales », etc. Ce type de glissement alimente aussi le débat dans le champ de l’animation socioculturelle qui, en même temps qu’elle se professionnalise et qu’elle est intégrée aux dispositifs des politiques publiques, se pose la question de son intégrité, de son héritage militant et de la manière d’appréhender ses propres transformations.

Entre risques, contraintes et opportunités, quelle est la place de l’animation dans la conception, la mise en oeuvre et la pérennisation du projet urbain ? Quels sont les impacts, les adaptations stratégiques et les zones d’actions pour les acteurs socioculturels, situés au carrefour de l’aménagement physique et d’un aménagement social/culturel de la ville ? Quelle est la place – existante ou à conquérir – des acteurs de l’animation dans les différents partenariats, au cours des négociations et des phases du projet (diagnostic, concertation, animation de la gestion et de la vie d’un quartier, etc.) ? Pour trouver des pistes de réflexion et apporter des éléments de réponse à ces questions, trois axes sont proposés aux contributeurs :

Axe 1 : Dispositifs de politiques urbaines et projets d’animation socioculturelle

Autour de cet axe, il s’agira d’aborder la politique de la ville. Celle-ci sera envisagée comme l’ensemble des dispositifs d’interventions publiques sur des territoires qualifiés de prioritaires en raison des difficultés que rencontrent leurs habitants (habitat dégradé, chômage, échec scolaire, délinquance, enclavement …). Sur la base de diagnostics réalisés, il s’agit d’intervenir sur un territoire et d’actionner les leviers de l’urbanisme et de l’aménagement, de l’action sociale et culturelle, de la prévention de la délinquance, etc. En ce sens, la politique de la ville contribue à l’apparition de nouvelles interventions associées à des pratiques d’animation et à l’irruption de nouveaux acteurs (Bouquet et al. 2007 ; Pinson 2009). Il en résulte une lecture plus complexe pour les populations soumises à des injonctions de responsabilisation relevant à la fois d’une « politique du sujet » et d’une « promotion du vivre ensemble » que les animateurs ont pour mission d’accompagner. Il s’agit d’interroger la place de l’animation socioculturelle dans ces processus transversaux, globaux et territorialisés, quelquefois en lien avec certains phénomènes de « métropolisation ». A travers des études de cas et la présentation de travaux de recherche, plusieurs pistes de réflexion sont possibles : quels sont les impacts des zonages « politique de la ville » (CUCS, ANRU, etc.) sur l’action socioculturelle ? Comment envisager leur dépassement ? Quelle contribution de l’animation à la cohésion sociale, objectif affiché par les politiques de la ville ? Les différents types d’opérations (reconquête de friches, réhabilitation / reconstruction, revalorisation, etc.) et les phases de production urbaine (conception, réalisation, gestion-utilisation, etc.) entraînent-ils une spécification des actions socioculturelles et dans quelle mesure ?

Un deuxième type de questionnement concernera la place de l’animation et de ses acteurs dans les processus de participation/concertation qui sont mis en avant par l’aménagement et le projet urbains durables : quelles sont les zones de conflits, d’instrumentalisations réciproques, de relais ou de coopérations possibles entre les acteurs de l’animation socioculturelle et les décideurs politiques (objectifs, priorités, dispositifs, etc.)? Peut-on parler de reconnaissance politique d’une expertise du secteur socioculturel en matière d’organisation de la participation habitante/citoyenne ? Entre autres contributions, des retours et analyses d’expériences autour des projets d’aménagement urbain sont attendus pour éclairer ces aspects. 

Axe 2 : Animation socioculturelle et « fabrique » de l’habitant-citoyen

Outre son ouverture à de multiples acteurs et disciplines, la notion de projet urbain laisse une grande place à la communication et à ses technologies (TIC par exemple). L’objectif étant de sensibiliser les citoyens et les partenaires aux objectifs du projet, d’ouvrir le débat dans des proportions variables, mais aussi de produire de la participation en tant que telle, de même que des citoyens « responsables » c’est-à-dire impliqués durablement dans leur cadre de vie. En ce sens, de nombreuses communes s’appuient sur des partenariats avec les acteurs de proximité pour développer des actions d’information, de sensibilisation et d’éducation en lien avec les problématiques urbaines (liées, entre autres, aux questions environnementales). L’animation socioculturelle est, alors, chargée de trouver, au travers de cette délégation, sa place dans de nouvelles formes de gouvernance urbaine.

Dans cette perspective, quels sont les partenariats envisageables entre acteurs politiques et/ou institutionnels et acteurs de proximité ? Quelle est la nature (plus ou moins innovante) des supports médiatiques mobilisés dans le cadre de ces actions ? Dans quelles mesures l’opérateur socioculturel, couplé aux actions de communication conduites, peut-il transformer les difficultés ou les spécificités contextuelles (sociales, urbaines, historiques…) en ressources d’une mobilisation des populations partie-prenantes, en levier de changement ? Quelle place donner à une scénographie des identités (de quartier par exemple) sans pour autant risquer l’enfermement ou le seul « entre-soi » ? Derrière les actions de sensibilisation, de communication, d’éducation et autres, c’est aussi de la diffusion de certaines normes et « bons » comportements dont il s’agit (implication dans la vie de quartier, acquisition de gestes éco-citoyens, solidarité, sociabilité, participation, économie locale sociale et solidaire, etc.) : comment l’animation socioculturelle pense-t-elle sa place dans ce qui a trait autant à l’engagement qu’à une « mise en ordres » portée par tout projet urbain ? Pour traiter ces problématiques, les contributions de professionnels, opérateurs et praticiens urbains, sont particulièrement attendues, de même que des apports scientifiques autour des concepts de gouvernance, de représentation sociale, d’attitudes, de normes, de comportements, etc.

Axe 3 : Espaces publics/collectifs, espaces d’animation socioculturelle

Les espaces publics et collectifs sont un enjeu majeur de l’aménagement et des projets de villes. Ils sont les supports de prescriptions multiples : socialisation, animation urbaine, mixités diverses (sociale, intergénérationnelle,…), participation, etc. Mais dans le projet urbain, ils relèvent aussi du contrôle politico-social et de toutes les préoccupations d’ordre public (sécurité, salubrité, tranquillité, moralité, etc.). Plusieurs « objets » cristallisent les commandes politiques autant que des demandes sociales : jardins divers (publics, partagés, etc.), équipements ludico-sportifs ou culturels, résidences intergénérationnelles, maisons des associations et autres, formes d’appropriations temporaires plus ou moins « normalisées » (carnavals, graphs, etc.), physiques (présence d’acteurs) ou virtuelles (réalité augmentée, travail numérique sur l’espace urbain). A la croisées des diverses attentes sociétales, l’animation professionnelle peut être sollicitée pour neutraliser les expressions turbulentes et garantir une paix sociale, comme elle peut être envisagée en activateur d’une action collective susceptible de susciter une saisie démocratique de l’espace public.

Comment se positionne alors l’animation socioculturelle, entre adaptation/régulation sociales valant neutralisation d’une « urbanité de confrontation », et émancipation sociale visant à l’autonomisation critique des citoyens (Richelle 2012) ? Comment l’animation se situe-t-elle par rapport aux espaces publics et collectifs du projet urbain, entre vocation « normative » et « créative » ? Au-delà des quotas de logements sociaux de la loi LRU, comment les acteurs socioculturels appréhendent-ils la mixité, sous ses diverses formes, dans les espaces publics qu’ils ont vocation à animer de façon durable ? Quelles stratégies d’adaptation – donc de modification de l’action – l’animateur déploie-t-il dans des espaces publics de plus en plus normés et sécurisés ? A l’inverse d’une occupation routinière des espaces publics qui sont la principale modalité d’action, comment l’animation peut-elle occuper les interstices (temporels et physiques) laissés par le projet urbain, pour générer de l’ « imprévu créateur » ? Outre l’apport des acteurs de terrains et des chercheurs quant aux modalités « classiques » d’une animation des espaces publics dans le projet urbain, sont aussi attendus des retours d’expériences plus alternatives, questionnant des spatialités transgressives de l’animation socioculturelle en tant que projet urbain « complémentaire » ou « alternatif », au sens de « contre-pouvoir » politico-urbanistique (squats culturo-artistiques, occupations de friches, etc.)

Sources bibliographiques citées

Ingallina Patrizia, 2003, Le Projet urbain, PUF, coll. Que sais-je?

Bouquet Brigitte et al. (coord.), 2007, Territoires et action sociale, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales ».

Lafortune Jean-Marie et al., 2010, « Vers un système d’animation socioculturelle : défis actuels et synergies internationales », Animation, territoires et pratiques socioculturelles, n°1, pp. 1-12, novembre.

Levy Albert, 2006, « Quel urbanisme face aux mutations de la société post-industrielle ? », Esprit, dossier « Entre local et global : espaces inédits, frontières incertaines », n°329, pp. 61-75.

Lyotard Jean-François, La condition post-moderne, Paris, Minuit, 1979.

Paquot Thierry, 2007, « En route vers l’éco-urbanisme ? », Constructif, n°16, février, http://www.constructif.fr/Article_32_55_390/En_route_vers_l_eco_urbanisme.html

Pinson Gilles, 2009, Gouverner la ville par projet : urbanisme et gouvernance des villes européennes, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, coll. Gouvernances.

Richelle Jean-Luc, 2012, Une ville socioculturelle ? Animation médiatrice et politique jeunesse à Bordeaux, 1963 – 2008, Carrières-Sociales Editions, 293 p.

Roncayolo Marcel, 2000, « Mémoires, représentations, pratiques-réflexions autour du projet urbain », in Hayot Alain et Sauvage André (dir.), 2000, Le projet urbain. Enjeux, expérimentations et professions, Actes du colloque Les sciences humaines et sociales face au projet urbain organisé par l’INAMA et SHS-TEST, Marseille, 31 janvier et 1er février 1997, p.25-31 6

Pilotage

Responsable : Pascal Tozzi (Bordeaux III – UMR CNRS ADES)

Comité scientifique et d’organisation : Bertho Raphaële (Bordeaux III – UMR CNRS ADES), Carimentrand Aurélie (Bordeaux III – UMR CNRS ADES), Curto Fernando (IEPSA Université de Saragosse), de Montgolfier Clotilde (Bordeaux III), D’Andréa Nicolas (Bordeaux III – UMR CNRS ADES), Greffier Luc (Bordeaux III – UMR CNRS ADES), Lafortune Jean-Marie (UQA Montréal), Laugaa Didier (Bordeaux III – UMR CNRS ADES), Ndiaye Abdourahmane (UMR CNRS ADES), Retaillé Denis (Bordeaux III – UMR CNRS ADES), Rousseli Claudette (Crajep Aquitaine), Tozzi Pascal (Bordeaux III – UMR CNRS ADES), Volgemuth Laurence (Ecole supérieure d’éducation de Lisbonne)

Échéancier

Envoi des propositions de communications : jusqu’au 15 octobre 2012 à l’adresse suivante : carrières-sociales-isiat[at]iut.u-bordeaux3.fr.

Elles seront adressées au format Word, avec un titre, l’axe de réflexion privilégié, un exposé synthétique en une page mentionnant la problématique générale, les données ou le terrain mobilisés. Les coordonnées du communicant, statut, organisme, seront indiqués.

Retour des avis du Comité scientifique : début novembre 2012

Edition du programme : fin novembre 2012

Réception des textes complets et définitifs : 5 janvier 2013

Colloque : lundi 28 et mardi 29 janvier 2013, IUT Michel de Montaigne, Bordeaux.

Territoires, Clusters et ÉcoQuartiers : un modèle de développement urbain innovant

par Abdourahmane NDIAYE

La ville durable est « une ville cohérente qui assure : la cohérence sociale (met en œuvre) une nouvelle gouvernance, le maintien de la culture et de l’identité, la cohésion entre les générations, une politique des transports intégrée (en site propre), l’accessibilité et la flexibilité des équipements et des services, le maintien d’un équilibre entre intérêt particulier et intérêt général ; les cohérences économiques à trouver entre l’intégration des villes et des régions à la mondialisation avec la recherche des « avantages comparatifs » et, en même temps, le maintien d’une diversité économique ; la cohérence environnementale : la gestion des ressources, la préservation de la santé, du patrimoine… ; la cohérence spatiale des différentes fonctions dans la ville et la relance de l’Art urbain et de la composition urbaine afin de corriger les dislocations entre les parties de la ville. […] Enfin, une ville n’est durable que si l’ensemble de ses quartiers l’est. Ainsi, les démarches de développement durable à l’échelle du quartier sont complémentaires des mises en œuvre aux autres échelles territoriales » (Charlot-Villedieu, Outrequin, 2011, p. 18-19). Les innovations technologiques et sociétales attendues de la production de la ville durable peuvent passer par l’implantation de pôles de compétitivité, dispositifs de concertation et de mise en cohérence. À l’image des districts Marshalliens et des systèmes productifs locaux, les projets de développement local ancrés dans le territoire visent à favoriser la coopération entre différents acteurs et l’optimisation de leur efficacité. En 1890, dans Principle of Economics, Alfred Marshall affirme l’existence de deux modalités d’organisation industrielle. « D’une part, l’organisation sous commandement unique de la division technique du travail intégré au sein d’une grande entreprise. D’autre part, la coordination, par le marché et par le face-à-face (la réciprocité) d’une division sociale du travail désintégrée entre des firmes plus petites spécialisées dans de grands segments du processus productif » (Benko, Dunford, Lipietz, 1996, p. 120). Dans le contexte de l’Angleterre de la révolution industrielle, Marshall suggère que les économies d’échelle peuvent également provenir d’« effets externes » produits par le contexte dans lequel s’insère le système productif (organisation sociale, gouvernance politique, culture, histoire, etc.) et dont les firmes ancrées dans le territoire peuvent naturellement bénéficier. Il analyse, de ce fait, les effets d’agglomération industrielle sous l’angle des économies externes. Selon lui, les économies externes expliquent à la fois la co-localisation des entreprises ainsi que l’efficacité globale du district qui génère des avantages à se retrouver à proximité[1]. L’opérateur fondamental de ces formes de coopération entre acteurs d’un territoire fait explicitement référence à la notion d’externalité d’Alfred Marshall. Ces externalités sont sécrétées par les districts industriels, en tant qu’environnement socioéconomique, politique et culturel.

L’objet de cet article est, par une approche proximiste, d’interroger la manière dont les ÉcoQuartiers (EQ) pourraient autoriser l’incubation et/ou l’éclosion d’espaces de coproduction de la ville durable qui se fonderaient sur la valorisation des ressources et des acteurs locaux. Les EQ, qui consacrent « la présence de ceux qui y vivent et qui sont partie intégrante de l’essence du produit […] des installations techniques par lesquelles les concepteurs tentent de maîtriser les effets de consommation et des pratiques des citadins : bassins de rétention d’eau de pluie, noues et étangs, pour le traitement des eaux usées, panneaux solaires, colonne pour la collecte pneumatique des déchets évitant la circulation des camions bennes, etc. » (Souami, 2011, p. 8), peuvent-ils être à l’origine d’un développement local durable ? Celui-ci peut-il provoquer ou accélérer l’incubation et l’éclosion d’espaces de coproduction de la ville durable ? Ces dynamiques peuvent-elles favoriser la valorisation des ressources et des acteurs locaux ? L’EQ est-il un opérateur pertinent pour la compréhension des dynamiques coopétitives ? Le territoire est accepté comme le périmètre adéquat pour développer des proximités géographiques, institutionnelles et organisationnelles, mais peut-on le délimiter ? Les hypothèses suivantes seront vérifiées : (i) l’ancrage territorial peut se traduire par la captation d’externalités positives au sens marshallien du terme, de plus-values sociales coproduites ; (ii) le cluster – ou ses déclinaisons – est un opérateur pertinent dans la compréhension des dynamiques coopétitives et les stratégies des acteurs ; (iii) Espace, Territoire et Acteurs offrent une nouvelle grille de lecture des dynamiques économiques du développement local.

Après avoir précisé les contours de la coopétitivité, nous montrons que les dynamiques coopératives n’excluent pas des divergences, rivalités et conflits, bien au contraire. Nous étudions le concept de territoire en tant que mode de régulation, tout en visant à le définir en tant que niveau mésoéconomique (intermédiaire, partiel, inachevé) de concertation, de coopération et de coordination d’acteurs en vue de trouver une solution inédite à un problème qui leur est collectivement posé (partie 1). Après avoir dressé une typologie succincte des systèmes productifs locaux, nous nous arrêtons sur le cluster comme image emblématique. On s’intéresse notamment à la manière dont il peut jouer un rôle moteur dans le cadre des écoquartiers (partie 2). Les résultats partiels présentés portent sur un panel de projets d’aménagement urbain tiré du corpus du premier concours national ÉcoQuartiers 2009. L’ÉcoQuartier, nouvelle icône de la matérialisation des enjeux du développement durable, sera ainsi au cœur de notre questionnement. Il permet d’étudier les relations entre les dynamiques coopétitives, les processus de mise en valeur des ressources territoriales et des acteurs locaux.

1. Dynamiques coopétitives et Territoires : une nouvelle régulation ?

1.1. Les dynamiques coopétitives, une nouvelle lecture des rapports de proximité

La compréhension des réseaux d’acteurs territoriaux et des effets d’agglomération passe par l’analyse des stratégies spatiales des entreprises (Carluer, 2006). Dans une économie mondialisée à concurrence intensifiée, où le contexte s’avère de plus en plus complexe et incertain, les alliances à court ou moyen terme peuvent constituer une solution à moindre coût dans l’atteinte d’objectifs stratégiques, tels que réaliser des économies d’échelles, atteindre une taille critique, opérer un positionnement stratégique sur un marché émergent ou mutualiser des briques technologiques dans le cadre d’un projet commun de Recherche & Développement. La coopération entre concurrents est une manœuvre d’affaiblissement d’autres concurrents. Dans la littérature, il est souvent fait référence aux bienfaits des externalités dans le cadre de la proximité géographique. Il n’est pas exclu que les externalités puissent générer des effets négatifs : divergences, rivalités et conflits. Ces effets pervers peuvent trouver des solutions dans la proximité organisée (Rallet, Torre, 2004). La proximité géographique peut être définie comme « la distance kilométrique entre deux entités (individus, organisations, villes…) pondérée par le coût temporel et monétaire de son franchissement » (Rallet, Torre, 2004, p. 26). Quant à la proximité organisée, elle est d’essence relationnelle et s’entend comme « la capacité qu’offre une organisation de faire interagir ses membres. L’organisation facilite les interactions en son sein, en tout cas, les rend a priori plus faciles qu’avec les unités situées à l’extérieur de l’organisation » (Rallet, Torre, 2004, p. 27). Comme la globalisation a tendance à accroitre les incertitudes, les interactions peuvent contribuer à les limiter en redonnant plus d’importance aux territoires, qu’ils soient physiques ou virtuels. Selon Rallet et Torre (2004), les logiques d’appartenance et de similitude peuvent y aider. Il nous semble nécessaire de rappeler que la proximité est d’abord géographique avant d’être organisationnelle ou institutionnelle. « En prolongeant les théories de la polarisation de Hirschman (1958) et de Perroux (1981), de la division spatiale du travail d’Aydalot (1976) et des réseaux d’entreprises de Bouvier-Patron (1996), de Heitz, Douard (2000), il est possible de recenser les différents facteurs à l’origine de la géographie des localisations des entreprises. Au premier rang desquels se trouvent le système technologique en transformation, les marchés et les relations de travail, les cultures managériales et les normes, les structures de marchés et les formes de concurrence et, enfin, les instances de régulation aux niveaux sectoriel, régional, national et international (Colletis, Pecqueur, 1999 ; Pecqueur, 2001) ». Carluer (2006, p. 195).

C’est dans ce contexte qu’il faut replacer l’analyse des dynamiques coopétitives. La coopétition, dont le but est de réduire l’incertitude, est un processus né de l’association des termes coopération et compétition. Il désigne une dynamique séquencée qui, dans un premier temps, met en scène une collaboration d’acteurs permettant la création de valeur ou de richesses (« making the pie »), et dans un second temps, ouvre sur une structuration et une intensification de la compétition (« dividing the pie »). L’effet final consiste à affaiblir ou à éliminer les concurrents. Ces alliances sont une coalition de concurrents dont le but officiel est de créer de nouveaux débouchés et le but tacite, d’éliminer une partie de la concurrence (notamment les concurrents particulièrement compétitifs en terme de coût sur le marché traditionnel). Mais cette stratégie peut également cacher une manœuvre consistant à réduire les sphères d’influence du partenaire pour le confiner à son marché historique et à ce nouveau débouché. De ce fait, à l’heure de la compétitivité globale, il ne suffit plus de réussir, il faut éliminer les concurrents en les faisant échouer.

La coopétition, c’est-à-dire la coopération compétitive, se justifie par l’étroitesse ou la faiblesse du cœur de compétence. Ainsi, aucune entreprise n’a intérêt à élaborer individuellement des produits et des procédés compétitifs. Elle peut également se justifier par la recherche de position dominante de l’émetteur d’informations stratégiques. Même si des entreprises concurrentes se partagent l’information pour gérer la complexité (coopération), ceci n’exclut pas des stratégies individuelles d’acteurs (compétitivité). Les processus de coopération/compétition sont des stratégies d’adaptation, de transformation et d’évolution permanentes de l’entreprise (Carluer, 2006). Elles procèdent de trois logiques distinctes ou combinées : une interaction réticulaire ; une dynamique d’apprentissage ; un ancrage territorial.

La logique d’interaction réticulaire sécrète des nœuds de relations engendrant des externalités spécifiques qui favorisent la réactivité de l’entreprise et ses complémentarités avec le milieu dans lequel elle est localisée. La dynamique d’apprentissage se traduit par la capacité des acteurs à innover et à s’adapter à la nouveauté (ouverture et adaptation). L’ancrage territorial se manifestant par une proximité spatiale, peut se traduire par un encastrement relationnel (Camagni, 1991 ; Grossetti, 2001 ; Huault, 2002). La coopétition peut donc déboucher sur l’émergence et la consolidation de réseaux d’entreprises à externalités positives et générer une capacité à réduire l’incertitude.

1.2. Le « tournant territorial »[2], ou l’émergence de nouvelles logiques de gouvernance

La libération et la mise en valeur des potentiels locaux d’initiatives sont désormais la signification première du paradigme de l’économie de la proximité (Talbot, Kirat, 2005 ; Ndiaye, 2010 ; Ndiaye, 2011). Des dynamiques émergentes de territoires construits peuvent constituer une solution à l’opposition local/global (Gumichian et al., 2003 ; Pecqueur, 2008). Ainsi, la géographie des coûts et des stocks de facteurs cède la place à celle des organisations, de la qualité des institutions et de la coordination des acteurs. Cette approche permet de mettre en lumière les dynamiques locales et infra politiques (Ndiaye, 2008). L’économie des  proximités comme mode de gouvernance des territoires, envisagée selon une double dimension géographique et relationnelle (Torre, Rallet, 2005), a ainsi retrouvé un nouvel élan (Talbot, Kirat, 2005). Les compromis institutionnels territoriaux peuvent être étudiés à la fois en termes de gouvernance et de régulation. Les deux notions, souvent amalgamées, méritent clarification (Demoustier, Richez-Battisti, 2010). La gouvernance est entendue ici comme « l’ensemble des modes de régulation entre le pur marché et la pure politique (de l’État nation), c’est-à-dire ce que Gramsci appelait ‘société civile’ » (Benko, Lipietz, 1995). « La gouvernance territoriale ou locale est un phénomène complexe porteur de stabilité (compromis et négociation) et d’instabilité (divergence et conflit) au sein duquel des acteurs hétérogènes doivent se mobiliser autour d’un objectif commun » (Coissard, Pecqueur, 2007). La régulation intègre « l’ensemble des règles du jeu et des procédures de résolution de conflits ». Selon Robert Boyer et Yves Saillard (1995), le mode de régulation est « la dynamique contradictoire de transformation et de permanence d’un mode de production (…) une série d’institutions, de règles du jeu et de conventions marchandes et non marchandes qui impliquent des rationalités situées ». Ce que Danièle Demoustier et Nadine Richez-Battesti, (2010, p. 8) résument ainsi « le cadre et les modalités institutionnelles de prise de décision sur le mode de développement territorial à travers les débats publics, l’action publique, et plus précisément la production des politiques publiques ; alors que la régulation renverrait plutôt au mode d’interaction et de coordination des activités, des emplois et des revenus, et des flux de capitaux, qui permettent d’assurer la régularité du système productif. »

La redécouverte de la notion de territoire par les économistes intervient à un moment où celle-ci se renouvelle chez les géographes et les politistes (Itçaïna, Palard, Ségas, 2007). Loin d’un « éreintement » de son sens, il y aurait plutôt une sublimation qui lui redonne signification et opérationnalité (Pecqueur, 2009). La perspective consiste donc à donner plus de résonance à l’impulsion « réciprocitaire » et aux partages de connaissances, de procédés et de marchés (Ndiaye, 2011). L’idée de promouvoir des processus socioéconomiques collectifs contextualisés, complexes et flexibles puise son essence dans l’accompagnement mais aussi et surtout dans l’anticipation des mutations sociales (Pecqueur, 2000). La valorisation de l’activité économique par les dynamiques territoriales implique ainsi en amont des inputs que Bernard Pecqueur nomme les « ressources territoriales » (Pecqueur, 2011 ; Pecqueur, 2008). Ces processus localisés ont comme cadre spatial le territoire considéré comme un objet problématique pluridimensionnel et complexe. Scott, Storper (2003) émettent l’hypothèse que le système productif localisé peut résulter d’une nouvelle géographie de l’accumulation flexible en réaction au mode d’accumulation fordiste, en reprenant l’idée d’un nouveau modèle fondé sur la flexibilité, tel que l’ont proposé Piore, Sabel (1984). Dans les développements récents de l’économie géographique, P. Krugman (1995) propose l’idée d’externalités locales.

Dans la perspective proximiste, le territoire n’est pas postulé, il est le résultat des interactions, conflits, négociations, coopérations, délibérations et coordinations des différents acteurs parties prenantes. Loin d’être seulement compris comme un espace géographico-administratif donné et prédéterminé sur lequel se déroulent des dynamiques spécifiques sous la houlette des autorités locales, il est aussi et surtout le résultat d’un processus de construction et de délimitation par les acteurs qui le vivent et le font vivre. Le territoire est conçu comme un dispositif d’innovations, un milieu innovateur (Aydalot, 1986). Il est interprété par l’approche de l’économie territoriale comme un « acteur économique » (Benko, 2007). Géographes, économistes et politistes s’accordent pour distinguer « local » et « territorial ». Si le local renvoie à une question d’échelle, le territorial renvoie à un mode d’organisation de la production et de la répartition des acteurs (Itçaïna, 2011) ou à une institution (Lung, 2007). S’interroger sur le territoire revient dès lors à s’éloigner de l’être a-spatial de la théorie économique classique, pour soulever des questionnements propres. Le courant des économistes proximistes et des économistes institutionnalistes précise cette interrogation sur la variable territoriale en s’interrogeant sur plusieurs dimensions, qui viennent contredire les approches orthodoxes classiques (Dupuy, Gilly, Lung, 2007 ; Itçaïna, 2011).

Georges Benko (2007, p. 105) avance que « la notion de territoire exprime trois idées fortes : le pouvoir, qui est lié à un espace ; une aire, dominée par le contrôle territorial ; les limites, les frontières, soit entre les espaces terrestres, soit entre les activités sociales ». Guy Di Méo (2011) propose le triptyque « territoire-territorialité-territorialisation » comme éléments indissociables d’un même concept. Comme Georges Benko, Guy Di Méo propose trois idées force : (i) l’espace politique, qui est aussi un espace de légitimation et du pouvoir fonctionnel. C’est l’espace de la gouvernance qui est circonscrit par le régime des frontières ; (ii) un espace articulaire des systèmes d’action permettant de produire et de reproduire une ressource spécifique. Ce qui nécessite un ancrage territorial fort. Cet espace articulaire donne l’opportunité d’accroître l’action et l’innovation, mais avec un risque de fractionnement et de fragmentation pour le partage du marché et de la valeur produite ; (iii) le territoire comme un espace vécu, c’est celui des habitants. Nous le voyons, le territoire ne peut être réduit au jeu interactif des trois dimensions techniques suivantes : les économies d’échelle, les coûts de transport et les économies d’agglomération. La ville s’appréhende de plus en plus sous l’angle relationnel (Courlet, 2008), tel un lieu qui met diverses fonctions urbaines en relation (Remy, Voyé, 1992). Le territoire est alors un système d’acteurs liés par des rapports sociaux, qui comme dans tout rapport social, évoluent dans le temps et en fonction des mutations des positions et positionnements des acteurs. Ainsi l’analyse des territoires suggère de convoquer la notion de complexité pour la compréhension des déterminants et modalités de leur fonctionnement (Courlet, 2008). Le territoire peut donc être compris comme une création humaine collective, qui se matérialise par des institutions sociales qui construisent des normes, des règles, tout en mettant en place des dispositifs de coopération, de négociation et d’arbitrage des conflits. Le territoire est conçu comme un ensemble de relations non seulement fonctionnelles (d’échanges et de production), mais hiérarchiques (de domination) et sociales (de cohésion, de confiance réciproque, de coopération, d’appartenance) (Camagni, 2004, p. 14). Le territoire n’est pas une échelle spatiale, c’est bien plus, c’est un mode de gouvernance. C’est cette conception du territoire qui permet de saisir le sens des dynamiques spatiales.

Les acteurs se rassemblent par groupes en fonction des problèmes productifs auxquels ils ont à apporter une solution à une échelle mésoéconomique qui n’est ni l’échelle microéconomique (l’individu ou l’entreprise) ni l’échelle macroéconomique (l’économie dans son ensemble) (Pecqueur, 2006 ; 2007). Au carrefour de la théorie régulationniste et de l’économie des proximités, l’échelle mésoéconomique constitue, en quelque sorte un paradigme augmenté de la dialectique firme et territoire (Dupuy, Gilly, Lung, 2007). Au lieu de concevoir ces relations uniquement sous l’angle d’une recherche de compétitivité et des politiques incitatives d’attractivité qui met les territoires en concurrence, cette approche plonge ses racines dans les dynamiques de construction d’une valorisation des territoires au travers des ressources territoriales. Ce paradigme tente de se démarquer d’un fordisme triomphant qui repose en grande partie sur des logiques a-spatiales, en réinterrogeant le dialogue entre le territoire et ses acteurs.

2. Les systèmes productifs locaux (SPL) : dispositif de dialogue entre firmes et territoires

2.1. Les SPL, des dispositifs socio-territoriaux

Le « SPL apparaît comme une organisation des forces productives d’un territoire qui se démarque bien clairement des entreprises mondialisées. Dans le cadre de la globalisation, la forme SPL est d’autant plus importante qu’elle met en évidence la réalité de l’ancrage territorial des activités productives. L’économie ne peut devenir un réseau virtuel de production sans liaison réelle avec les personnels qui produisent ni avec les contextes locaux de production » (encadré de Claude Courlet et Giacchino Garofoli, in Pecqueur, 2000, p. 75). Les SPL font appel au jeu combiné du marché, comme mécanisme de régulation de la demande et de l’offre de biens et de la réciprocité, système d’échange de services gratuits qui est l’expression de rapports sociaux ayant leur dynamique propre et allant au-delà de la transaction purement commerciale. La réciprocité s’enracine ainsi dans l’identité sociale des acteurs d’un territoire et d’une communauté.

Les SPL comportent à la fois une spécialité productive autour d’un produit fondamental pour l’économie ou le territoire ; la présence de plusieurs unités de production généralement de taille petite ou moyenne, l’absence d’entreprise leader, de ce fait, « la dynamique productive n’est donc pas induite par un phénomène de polarisation autour d’une grande entreprise » (Pecqueur, 2000, p. 81) ; une interdépendance très étroite entre petites et moyennes entreprises locales, une densité minimale d’activités ; une production suffisamment importante pour couvrir une part appréciable de la production et des exportations nationales (Pecqueur, 2000 ; Côté, 2003).

Le tableau 1 propose une typologie des SPL, en reprenant les éléments caractéristiques à chacun d’entre eux. Au travers de ces formes de SPL, se dégage un noyau dur marqué par une pluralité d’acteurs qui œuvrent ensemble pour faire vivre le district industriel, considérée comme une entité socio-spatiale (Beccatini, 1992). Le succès des uns dépendant de celui des autres, la coopération, la négociation, mais aussi la divergence et le conflit permettent aux acteurs une production typique (Garofoli, 1992). Ces systèmes peuvent se retrouver tout au long de la chaîne de valeur, de la conception à la distribution de procédés de production, c’est le cas du technopôle (Callon, 1991). Ils se situent en amont de la production, tout en influençant la tendance et les dynamiques. En tant qu’espace serviciel ou technopôle informationnel, le SPL est à haute performance cognitive en se spécialisant dans la production de connaissances à inscription territoriale. Le SPL peut se distingue par l’attrait des compétences les plus « pointues » et la captation de rente informationnelle, il s’agit de la région apprenante (Florida, 1995 ; Maillat, Kébir, 1999 ; Edquist, Rees, 2000). Il peut enfin favoriser l’apprentissage et l’innovation en tant que milieu innovateur (Maillat, Quévit, Senn, 1993).

Tableau 1 : Typologie des Systèmes Productifs Locaux

Source : A. Ndiaye, à partir de Carluer (2006)

Le cluster est une des formes des systèmes productifs locaux. D’apparition récente, il est aussi appelé « pôle de compétitivité ». Les définitions rencontrées dans la littérature insistent à la fois sur la nécessaire coopération des acteurs et leur proximité géographique. Ce qui en fait une figure emblématique des économies des territoires. Les projets d’aménagement urbain de type ÉcoQuartier initiés par le Grenelle de l’environnement peuvent offrir l’opportunité de développer des clusters, non seulement par l’exemple, en associant une entreprise à un territoire reconnu comme moteur dans son domaine, mais aussi par la possibilité pour les entreprises de bénéficier de « l’effet de place », au travers de leur participation à un projet exemplaire. Le cluster peut donc devenir un lieu de concertation, de valorisation de procédés innovants, de capitalisation d’expériences dans les domaines d’éco aménagement et d’éco construction et plus généralement dans les secteurs des technologies de pointe telles que les nanotechnologies. Ces échanges non marchands, voire non monétaires, constituent les inputs d’une efficacité économique des entreprises. La valorisation de l’activité économique par les dynamiques territoriales implique ainsi en amont des ressources territoriales comme inputs. Le cluster est une organisation de producteurs de biens et de services associés de par leurs caractéristiques et leur fonctionnement à un territoire spécifique, sécrétant des externalités positives. L’idée de cluster issue des systèmes productifs locaux, est définie par M. Porter (2000) comme étant « un groupe géographiquement proche d’entreprises et d’institutions associées dans un domaine particulier, liées par des points communs et des complémentarités. La portée géographique d’un cluster peut aller d’une ville ou un État à un pays ou même un groupe de pays voisins ». Ainsi, les clusters peuvent être compris comme des regroupements d’entreprises et d’institutions liées à la connaissance (universités, centres de recherches, collectivités locales, etc.), proches géographiquement, partageant un même domaine de compétences et travaillant en complémentarité. La proximité géographique et organisationnelle, incitant à des échanges hors marché, notamment de connaissances, de savoirs, de savoir-faire, etc., a une grande importance dans l’explication de l’efficacité économique. Parce que cette coopération est de nature à structurer et à développer la filière concernée, elle fait progresser tous les acteurs autour d’objectifs communs, renforce la compétitivité des entreprises, la recherche et les transferts de technologies par la mise en œuvre de solutions innovantes. La notion de cluster reste cependant à la fois floue et multiscalaire (s’appliquant à différentes échelles d’espace). Les clusters ouvrent néanmoins la possibilité de combiner deux types de coordination des acteurs : le marché et la réciprocité (Courlet, 2001).

Lorsque les territoires ont une production diversifiée, les biens et services produits peuvent se combiner pour créer une offre composite spécifique au territoire. On est alors en présence du modèle dit du « panier de biens » (Pecqueur, 2001). Ce panier est une combinaison complexe de divers facteurs qui révèlent l’existence d’« écosystèmes sociétaux » dans lesquels se coordonnent des acteurs de proximité géographique mais aussi organisationnelle et institutionnelle. Ces systèmes empruntent à la sphère de l’homme et à celle de la nature (Pecqueur, 2006). En étant convoqués dans le cadre de la fabrique de la ville durable, les clusters, peuvent être considérés comme un mode d’organisation pertinent de l’industrie libérant les capacités d’innovation des différents acteurs. On peut sans doute dire que la notion de cluster est la plus large, celle de District industriel est la plus stricte (dans les éléments censés le constituer), le SPL propose une configuration intermédiaire, les Systèmes agroalimentaires localisés sont des déclinaisons des SPL et le « milieu innovateur » insiste sur une donnée fondamentale sur laquelle nous reviendrons dans le paragraphe suivant sur le territoire comme dispositif d’innovation.

2.2. Clusters, ÉcoQuartiers et Territoires, vers un nouveau modèle d’innovations ?

L’objet « ÉcoQuartier » est considéré comme étant un système ouvert, au sein duquel se jouent plusieurs types d’interactions : d’une part, celles entre les acteurs économiques, sociaux et politiques ; d’autre part, celles entre les acteurs, le temps et l’espace dans lesquels ils évoluent. Dans la gestion de proximité promue par l’urbanisme durable, les variables temps et espace s’avèrent donc indissociables des dynamiques humaines et sociales : cet ensemble d’interactions complexes sous-tend la plupart des dispositifs proposés dans le cadre du Concours national ÉcoQuartiers de 2009. Ainsi, les initiatives et expériences recensées, complémentaires les unes des autres, offrent des pistes de réflexions mais aussi de compréhension quant à la manière dont les processus de coopération et de délibération (Hollard, 2004) des acteurs économiques et politiques se déploient dans les sphères sociales, spatiales et temporelles, autour des opérations ÉcoQuartiers. L’approche de l’ÉcoQuartier est ici conceptuelle, elle vise à élaborer des variables définitoires. Nous n’ignorons pas la conflictualité, la concurrence et les incertitudes que génèrent les dimensions du développement durable (économique, environnementale et sociale) et qui peuvent façonner la définition et l’opérationnalité d’une durabilité urbaine déclinée à l’échelle du quartier. Généralement, l’ÉQ se décline en termes de circulation douce, de sobriété énergétique, d’éco-construction, d’écocitoyenneté et de participation des habitants à la gouvernance. La ville durable doit assurer un système de cohérences sociale, économique, environnementale et spatiale (Charlot-Valdieu, Outrequin, 2011).

Même si elles ne sont pas identifiées comme les cibles privilégiées du phénomène de gouvernance territoriale dans le cadre de la fabrique de la ville durable (au même titre par exemple que les collectivités territoriales et l’État), les entreprises apparaissent néanmoins inévitablement concernées par la gouvernance des ÉcoQuartiers. La gouvernance désigne l’ensemble des rapports de pouvoir, des processus de mobilisation et de coordination d’acteurs – groupes sociaux et institutions – visant la réalisation de projets collectivement négociés (bien public, bien commun, intérêt général). Elle trouve sa justification dans un projet d’aménagement et de développement durables des territoires urbains. La gouvernance est souvent présentée comme initiatrice de nouvelles procédures de participation des citoyens, redonnant sa place au débat public sur des questions qui engagent les conditions de vie présentes et futures des habitants. Les innovations technologiques et sociétales attendues de la fabrique de la ville durable sont d’ailleurs souvent présentées comme indissociables d’une implantation territoriale de clusters ou pôles de compétitivité au sein desquels coopèrent plusieurs catégories d’acteurs, à la faveur d’une proximité géographique et relationnelle au profit du projet. Or la gouvernance renvoie effectivement, dans sa dimension spatiale, à la coordination et la participation d’acteurs y compris économiques, au travers de partenariats multiples (public-privé, entreprises-clients-usagers, etc.) voire de nouvelles règles de marché. Ces objectifs consacrent un consensus du partenariat public/privé, à défaut de trouver l’investisseur privé miracle (Gateau-Leblanc, Paris, 2005). Au bénéfice de l’opération ÉcoQuartiers, l’idée est aussi de transformer l’utilisation, voire l’offre de matériaux de construction, afin d’aboutir à un impact positif tant sur l’environnement que sur l’économie locale. L’ÉcoQuartier avec ses synergies économiques et sociales locales place la question de l’innovation au cœur du projet urbain.

« L’innovation est un construit social reposant sur des processus et des interrelations sociales et territoriales qui interviennent à divers niveaux. » Massard, Torre (2004) montrent que l’innovation territoriale résulte d’un double effet de concentration et de proximité. Ces deux effets, fonction des contextes locaux, se combinent de manière différenciée. Ainsi, les capacités locales d’absorption des externalités, la taille des firmes, les relations intra ou interbranches, le mode de gouvernance institutionnelle, sont autant de variables qui permettent à des degrés divers le jeu des proximités et des concentrations. En termes de production, notamment, certains processus productifs ne tirent pas leur originalité du type de produit, qui pourrait être développé partout de façon identique, mais plutôt de l’organisation sociale de la production qui confère sa spécificité à l’ensemble du processus. Ainsi, l’entreprise ne tire pas son originalité du type de bien qu’elle produit, mais d’une organisation productive et de l’ancrage territorial de son système productif, tous deux soumis aux pressions du marché (Itçaïna, 2011). De ce point de vue, les stratégies ainsi déployées peuvent s’insérer dans une nouvelle approche de l’économie territoriale, répondant aux nouvelles valeurs et aspirations écologiques, en termes de qualité de vie, de participation, de gouvernance des nouveaux espaces urbains.

2.2.1. Échantillon et méthodologie du modèle

Nous proposons ici un modèle d’innovation et de développement urbain qui repose sur le triptyque Territoire – Clusters – ÉcoQuartier (TCE). L’échantillon tiré du corpus ÉcoQuartiers n’a pas pour vocation d’être exhaustif. Il cherche à illustrer le propos selon lequel les territoires disposant en amont des projets d’aménagement urbain de dispositifs de type Clusters sont plus à même d’introduire des innovations dans les technologies de l’éco construction. Il existe dans ces territoires une volonté politique historique d’attirer et d’accompagner les SPL. Ces territoires sont souvent d’ailleurs ceux qui ont cherché à amortir le choc de la désindustrialisation. En fonction de leur volonté de valorisation de leurs ressources territoriales, ils ont facilité l’existence d’un tissu dense d’unités de production, de centres de formation, de recherches et d’universités, une main d’œuvre abondante et disposant d’un fort capital humain. À partir des fiches synoptiques des unités formant le cluster, une caractérisation a été effectuée. Elle a été faite en s’appuyant sur les indicateurs suivants : la densité du tissu productif local et sa contribution à l’économie locale ; la volonté des pouvoirs publics locaux à encourager et à accompagner les initiatives de proximités qui favorisent une insertion de la main d’œuvre ; les territoires où des dispositifs de gouvernance existent en amont du Grenelle de l’environnement. C’est cette spécification croisée à la typologie des Systèmes productifs locaux qui aboutit à la typologie des clusters, non pas seulement en fonction de leur localisation géographique mais aussi de leurs attributs, des objectifs qu’ils s’assignent, de leur proximité avec les pouvoirs publics avec lesquels ils partagent certaines préoccupations du développement du territoire pour en faire « une région qui gagne ». 6 clusters ont été retenus dans l’échantillon, en fonction de leur proximité géographique et de leurs domaines de spécialisation. Ils sont présentés ci-dessous.

  1. Le « Cluster Green and Connected Cities », basé à Grenoble, est initié par l’Association Communication et Information pour le Développement Durable et Grenoble École de Management. Son objectif est de répondre de manière opérationnelle aux grands défis sociétaux et environnementaux des villes écologiques et numériques du futur. Le cluster, organisé sous la forme d’un centre de ressources, proche de l’espace serviciel, se spécialise dans la production de connaissances. Ses objectifs sont : d’imaginer et de développer avec les TIC de nouvelles boucles économiques locales (activités, services, économies circulaires relocalisées) innovantes et sobres en carbone ; de créer des lieux d’accueil et d’activités innovants connectés et en réseau (co-working et développement de la télé présence) ; de travailler sur la mobilité libre et durable, en posant la question des transports pendulaires. Ce qui passe par : (i) Mutualiser les moyens, les expertises et les résultats entre les différentes parties prenantes et l’animation des communautés regroupant acteurs publics territoriaux, acteurs économiques, responsables associatifs, enseignants, chercheurs, artistes ; (ii) Informer les usagers de la ville, encourager à la participation aux démarches de développement durable ; (iii) Former à la ville verte et connectée ; (iv) Éduquer et former au développement durable et à l’économie nouvelle en évitant la création de nouvelles fractures sociales, culturelles, économiques et numériques ; (v) Contribuer et coordonner des programmes pour le déploiement de bâtiments intelligents et durables (technologies, usages et comportements).
  2. Lyon Urban Truck and Bus est un des rares pôles de compétitivité en Europe centré sur les transports collectifs de personnes et de marchandises en milieu urbain. Son ambition est de répondre aux défis soulevés par la croissance des besoins de mobilité, des personnes et des marchandises en ville. Lyon Urban Truck & Bus mobilise la forte concentration des compétences de l’agglomération lyonnaise sur ce champ et a labellisé depuis sa création, 105 projets Recherche & Développement collaboratifs développés par les acteurs régionaux de l’industrie (groupes et PME), et de la recherche publique et privée. Ces projets sont axés sur les solutions de transport depuis le composant véhicule à l’intégration optimisée des flux de marchandises et de personnes au service du développement économique et durable de nos métropoles. Son objectif est à la fois de renforcer le leadership de l’agglomération sur le champ du véhicule industriel et des solutions transport sécurisées et intégrées et d’apporter des réponses sociétales, économiques et industrielles équilibrées et innovantes, démontrées et évaluées sur un terrain d’expérimentation réel.
  3. L’association « Énergies Rhônes-Alpes » existe depuis 1978. Elle est spécialisée dans le conseil aux collectivités territoriales et les entreprises du tertiaire en matière d’économie d’énergie, de promotion des énergies renouvelables, de protection de l’environnement et de mise en pratique du développement durable. Ses trois missions principales sont : l’animation d’un centre de ressources et d’échanges ; le Conseil et l’accompagnement des collectivités territoriales et les bailleurs sociaux dans le montage et le suivi d’opérations ; l’accompagnement et la mise en œuvre de programmes ou d’actions collectives sur un territoire. Rhônes-Alpes Énergie-Environnement est un lieu privilégié de réflexion et d’échanges entre les différents partenaires institutionnels, économiques et associatifs de Rhône-Alpes concernés par les questions d’énergie et d’environnement.
  4. Naguère sous le label pôle régional des éco industries, le cluster Éco Habitat travaille depuis plusieurs années à la constitution d’une chaîne de production locale. Le partenariat engagé avec la collectivité garantit une optimisation des modes de construction au regard de leur durabilité. Par ailleurs, le mode de recrutement des constructeurs permet de tirer le tissu des acteurs locaux au maximum sans le faire rompre. Des objectifs trop ambitieux dès le départ pourraient aboutir à une désaffection de la zone par les constructeurs. Les mettre en concurrence permet une émulation en les emmenant progressivement, mais le plus rapidement possible, vers des niveaux de performance compatibles avec les objectifs de long terme du développement durable et notamment du Grenelle de l’environnement. En partenariat avec la région Poitou Charente, le cluster Éco Habitat promeut les constructions économes en énergie, bâties avec des matériaux durables à coût modéré. Son expertise permet aux acteurs de la construction, publics et privés, d’améliorer leurs performances. Le cluster a mis en place une assistance pour le suivi des projets à chaque étape et pour accompagner les acteurs vers les objectifs définis par la collectivité. Il a aussi pour mission de développer la production et l’utilisation de produits locaux afin d’améliorer le bilan carbone global des constructions.
  5. Le pôle de compétitivité Advancity est au service des villes et des mobilités durables. Créée en 1983 sur les communes de Champs-sur-Marne et de Noisy-le-Grand, la cité Descartes s’est agrandie et enrichie de nouveaux établissements d’enseignement supérieur et de recherche, d’entreprises, dont un grand nombre à caractère innovant au fil des ans. Les projets phares dédiés à la ville durable sont venus s’adosser à ce pôle d’excellence. La cité Descartes est aussi un lieu de vie, avec des commerces, des logements étudiants et des complexes sportifs au cœur d’un environnement remarquable (36 ha d’espaces « naturels » – 1/3 de la surface totale). C’est aussi un pôle de la ville durable et des écotechnologies urbaines. En quelques chiffres, le pôle scientifique c’est : 18 établissements d’enseignement supérieur ; 57 laboratoires dont près de 30 dans 3 domaines phares du cluster ville durable : Ville, Transports et Territoires/Sciences, Ingénierie et Environnement/Mathématiques et STIC ; 1 400 doctorants et 150 thèses soutenues par an ; 1 600 chercheurs et enseignants chercheurs ; 15 000 étudiants de Bac + 2 à bac + 8 et 200 formations. Au cœur du cluster Advancity, un pôle économique s’est structuré. Le périmètre de la cité Descartes est un lieu d’excellence dans les domaines de la conception, de la réalisation et de la gestion de la ville durable. Sur le plan économique, elle regroupe aujourd’hui : 300 entreprises et 6 000 salariés, dont 500 ingénieurs et techniciens ; 100 000 m2 d’activités tertiaires réalisés ; des centres d’affaires, une pépinière d’entreprises innovantes et un incubateur.
  6. Douaisis Technopôle Environnement, est conçu comme catalyseur d’innovations pour l’EQ Le Raquet. Suite à l’attribution de nouvelles compétences de la Communauté d’Agglomération du Douaisis (CAD), la politique de développement économique du territoire s’est étoffée en se diversifiant autour de deux principales actions : le développement de l’activité tertiaire et le développement d’un cluster d’éco-entreprises. Ces deux orientations complètent l’action de labellisation systématique (PALME) conduite sur l’ensemble des parcs d’activités. L’objectif étant de diversifier les secteurs économiques afin de renforcer l’attractivité du territoire. Ce pôle d’excellence régional bois est donc devenu un cluster d’éco-entreprises, filière environnement, mené par Douaisis Technopôle Environnement (DTE). Il a pour but de développer le dynamisme, l’attractivité et la compétitivité économique du territoire. Le positionnement sur la thématique des éco-entreprises est lié à l’histoire et au contexte du Douaisis : siège régional de l’ADEME, de l’agence de l’eau, ancien siège de la DRIRE… ainsi qu’un grand nombre d’entreprises et de laboratoires travaillant sur la thématique de l’environnement. Il rassemble, sur la base du volontariat, les professionnels de l’aménagement et de la construction (architectes, urbanistes, bureaux d’études, constructeurs, promoteurs, entreprises de BTP, bailleurs sociaux…) et vise à s’ouvrir tel un « club » aux représentants du monde associatif concernés mais aussi aux universitaires, aux chercheurs, aux étudiants et à toute autre personne représentative, désireuse de participer au développement et au rayonnement de ce territoire à travers les projets d’EQ.

Graphique 1 : Typologie des Clusters

 

Source : A. Ndiaye

Les clusters ainsi spécifiés vont être recontextualisés au sein de leurs territoires pour constituer les variables explicatives du modèle d’innovation et de développement urbain TCE.

Graphique 2 : Le modèle Territoires – Clusters – ÉcoQuartiers

 

Source : A. Ndiaye

Parmi les 160 dossiers ÉcoQuartiers présentés lors du concours national de 2009, l’ÉcoQuartier de la ZAC de Bonne de Grenoble  a été le lauréat en obtenant le grand prix national. Le modèle TCE montre que Grenoble est le territoire idéal-typique où les entreprises peuvent concevoir, incuber et développer des projets à haute intensité technologique. Grenoble est proche de la région apprenante et bordée d’un côté par le milieu innovateur et de l’autre par l’espace serviciel. Trois autres projets de la ville sont présentés au concours, ce qui favorise une logique d’interaction tout en engendrant des externalités spécifiques et des complémentarités. Les projets bénéficient d’un portage politique fort et d’une gouvernance optimale. Enfin, les clusters sur lesquels s’adossent les ÉQ constituent les formes les plus achevées de SPL. Lyon semble bénéficier des externalités positives générées par la région apprenante voisine. Elle cherche à développer un pôle de compétitivité, de notoriété européenne voire mondiale, dont le cœur de compétence est centré sur les transports collectifs de personnes et de marchandises en milieu urbain. Aussi bien Grenoble que Lyon profitent des externalités positives de l’association « Énergies Rhônes-Alpes », qui existe depuis 1978. Elle est spécialisée dans le conseil aux collectivités territoriales et les entreprises du tertiaire en matière d’économie d’énergie, de promotion des énergies renouvelables, de protection de l’environnement et de mise en pratique du développement durable. Douais a su capter les externalités institutionnelles (création d’une communauté d’agglomération) et de l’implantation de différentes directions d’agences techniques ou transversales de dimension nationale (ADEME, DRIRE) et d’un tissu industriel relativement étoffé. Partant d’un avantage construit autour du bois, la communauté d’agglomération a accompagné l’émergence d’un « club » qui regroupe des professionnels de l’aménagement et de la construction (architectes, urbanistes, bureaux d’études, constructeurs, promoteurs, entreprises de BTP, bailleurs sociaux…) des représentants du monde associatif, des universitaires, des chercheurs, des étudiants et toute autre personne représentative, désireuse de participer au développement et au rayonnement de ce territoire. Les résultats du Concours national ÉcoQuartiers de 2009 ont montré une corrélation positive entre la volonté de développer des logiques d’interactions réticulaires, de favoriser l’apprentissage et de faciliter voire même d’inciter à un ancrage territorial des unités de production de biens et services et de connaissances et celles d’une meilleure gouvernance territoriale.

Ces études de cas montrent qu’il existe différentes manières d’aborder les Clusters au profit des EQ. On peut en retenir les enseignements suivants. Les projets d’EQ du corpus Concours national ÉcoQuartiers de 2009 ayant mobilisé des Clusters pour harmoniser et optimiser les connaissances et les pratiques sont peu nombreux. La filière bois semble être une des portes principales d’entrée des porteurs de projets d’éco-construction. C’est le cas par exemple du Cluster Éco Habitat de Poitiers. Ceux qui s’intéressent à une vision plus large d’écohabitat, comme Ginko de la Berge du Lac à Bordeaux, explorent des solutions multi énergies utilisant aussi le bois comme énergie. D’autres s’intéressent à des industries petites et moyennes comme Advancity développées dans le périmètre des villes nouvelles de l’est parisien. Aucune collectivité territoriale n’a pour le moment créé explicitement de cluster dans le but de faire face aux problématiques d’éco-durabilité. Ce qui est observé est plutôt un recyclage de dispositifs anciens mais adaptables. Cette piste féconde pourrait inspirer les collectivités qui n’ont pas mis en place de tels dispositifs. L’intérêt de ces dispositifs est inestimable en termes de mise en cohérence, de mutualisation des moyens et des procédures et de développement des territoires. Rappelons enfin qu’ils peuvent garantir des emplois « indélocalisables », puisqu’opérant sur le territoire pour des besoins sociaux locaux identifiés.

L’examen des territoires et l’analyse des proximités qui y sont à l’œuvre suggèrent que les territoires où les pouvoirs publics locaux ont misé sur les logiques économiques de proximités, les dispositifs de gouvernance ont été les plus vigoureux et ont accompagné le processus de construction des morceaux de villes que sont les ÉcoQuartiers. C’est donc dans la construction des territoires (par les acteurs) mais aussi dans leurs évolutions (facteurs exogènes) que se situe le cœur de l’explication des dynamiques des territoires (Laperche, Uzunidis, 2011).

Conclusion

L’ouverture et la concurrence internationales génèrent une compétition qui aboutit à la sélection des territoires les plus dynamiques et les groupes sociaux les plus productifs, concentrant les richesses et les pouvoirs. Cette sélection contraint les territoires à innover, dans les réponses qu’ils peuvent apporter pour scruter l’avenir sous de meilleurs auspices. Ce faisant, ils mobilisent un maximum de ressources et d’acteurs pour affirmer leurs potentialités et leur originalité en réponse aux exigences de l’impératif de compétitivité. Cette exigence de la compétition mondiale semble passer dorénavant, davantage par les exigences de développement durable. Depuis la fin des années 1990, les collectivités territoriales françaises se sont lancées dans la fabrique de la ville durable. Pour cet ambitieux objectif, elles n’ont pas manqué de saisir le cadre innovant que pouvait proposer le cluster en tant que ressources et institutions partageant un même domaine de compétences, proches géographiquement et ayant la volonté de travailler en complémentarité. Le modèle TCE montre qu’il existe une volonté politique locale à créer ou à s’impliquer dans l’animation d’espaces de convergence, d’échange sur des retours d’expériences, de coopération et de capitalisation des bonnes pratiques en termes d’éco-urbanisation, en somme de porter l’ambition d’un tournant territorial du développement durable.

La modélisation proposée dans cet article, analyse de manière dynamique les relations entre les ÉcoQuartiers, les Clusters et les Territoires de manière à évaluer le ferment des « régions qui gagnent ». L’échantillon n’est pas exhaustif, il n’a pas vocation à la représentativité mais plutôt à la significativité. Il a permis de vérifier l’hypothèse selon laquelle, l’ÉcoQuartier et le Cluster peuvent contribuer par leurs synergies à l’émergence du territoire, entendu comme un ensemble d’interactions complexes créant une chaîne de valeurs. De ce fait, l’ÉcoQuartier constitue un levier de mise en œuvre de la ville durable. Il conduit les acteurs à des dynamiques coopétitives au travers des espaces de régulation et de gouvernance construits. Les dispositifs productifs de type Clusters qui investissent l’éco construction organisent des interactions réticulaires et sécrètent des dynamiques d’apprentissage. Les territoires qui ont mobilisé des Clusters en amont ont mieux réussi que les autres.

Références bibliographiques

Aydalot P. (1986), Milieux innovateurs en Europe, Paris, GREMI.

Aydalot P. (1976), Dynamique spatiale et développement inégal, Economica, Paris.

Becattini G. (1992), « Le district marshallien : une notion socio-économique », in Benko G., Lipietz A. (dir.) Les régions qui gagnent, districts et réseaux, PUF, Paris.

Benko G. (2007), Territoires et sciences sociales, in Itçaïna I., Palard J., Ségas S. (dir.), Régimes territoriaux et développement économique. Presses universitaires de Rennes, 105-112

Benko G., Dunford M., Lipietz A., (1996), « Les districts industriels revisités », in Pecqueur B. (ed.), Dynamiques territoriales et mutations économiques, L’Harmattan.

Benko G., Lipietz A. (1995), « De la régulation des espaces aux espaces de régulation », in Boyer R., Saillard Y. (dir.), Théorie de la régulation. L’état des savoirs, Coll. Recherches, La Découverte.

Bouvier-Patron P. (1996), « Un concept de réseau pour analyser l’organisation industrielle », in Ravix J.L. (dir.), Coopération entre les entreprises et organisation industrielle, CNRS Editions.

Boyer R., Saillard Y. (1995), Théorie de la régulation. L’état des savoirs, Coll. Recherches, La Découverte.

Callon M. (1991), « Réseaux techno-économiques et irréversibilité », in R. Boyer et al., Figures de l’irréversibilité en économie, Éditions EHESS, Paris.

Camagni R. (2004), « Préface », Matteaccioli A., « Philippe Aydalot, pionnier de l’économie territoriale », L’Harmattan, collection « Théorie sociale contemporaine », p. 14.

Camagni R. (1991), « From the Local « Milieu » to Innovation through Cooperation Networks », in Camagni R. (dir.) Innovation Networks : Spatial Perspectives, Belhaven Press, London.

Carluer F. (2006), « Réseaux d’entreprises et dynamiques territoriales : une analyse stratégique », Géographie, économie, société, 2006/2 Vol. 8, 193-214.

Charlot-Valdieu C., Outrequin P. (2011), « Une tentative de définition », in Souami T. (dir.) « Écoquartiers et urbanisme durable » Problèmes politiques et sociaux, n° 981, La Documentation Française, 18-21.

Colletis G., Pecqueur B. (1999), Firmes et territoires, entre nomadisme et ancrage, Syros, Paris.

Coissard S., Pecqueur B. (2007), « Les dynamiques territoriales : débats et enjeux des différentes approches Disciplinaires », XVIIIè colloque de l’ASRDLF, Grenoble, Chambéry, 11-13/7/2007.

Côté S. (2003), « Développement local : sur fond de proximité relationnelle, l’apport indsipensable de l’extra-local », Revue Interventions économiques [En ligne], 30 | 2003, mis en ligne le 01 mai 2003. URL : http://interventionseconomiques.revues.org/1002.

Courlet C. (2008), L’économie territoriale, Presses Universitaires de Grenoble.

Courlet C. (2001), Territoires et régions, les grands oubliés du développement économique, L’Harmattan.

Demoustier D., Richez-Battisti N. (2010), « Introduction. Les organisations de l’Économie sociale et solidaire : gouvernance, régulation et territoire », Géographie, économie, société, 2010/1 Vol. 12, 5-14.

Di Méo G. (2011), « Le territoire et les territorialités : une tension entre l’imaginaire et l’action », communication présentée au séminaire « Territoires et Participation » PAGODE-UMR ADES CNRS, 20/10/2011, Bordeaux.

Dupuy Y., Gilly J.-P., Lung Y. (2007), « De l’analyse sectorielle à l’analyse territoriale : pour une approche méso-économique », in Itçaïna I., Palard J., Ségas S. (dir.), Régimes territoriaux et développement économique. Presses universitaires de Rennes, 113-129.

Edquist C., Rees G. (2000), Learning Regions and Cities : Learning in Regional Innovation Systems – a Conceptual Framework, Linköping University, Linköping.

Florida R. (1995), « Toward the Learning Region », Futures, 27, 5, 527-536.

Garofoli G. (1992), « Les systèmes de petites entreprises : un cas paradigmatique de développement endogène », in Benko G., Lipietz A. (dir.) Les régions qui gagnent, districts et réseaux, PUF, Paris.

Gateau-Leblanc N. Paris R. (2005), « Économie du renouvellement urbain », in Les annales de la Recherche Urbaine, n° 97, PUCA, p. 17-22.

Gilly J.-P., Torre A. (dir.) (2000), Dynamiques de proximités, L’Harmattan, collection « Emploi, industrie et territoire ».

Grossetti M. (2001), « Les effets de proximité spatiale dans les relations entre les organisations : une question d’encastrements », Espaces et Sociétés, 101-102, 203-219.

Gumuchian H. et alii. (2003), Les acteurs, ces oubliés du développement territorial, éditions Economica et Anthropos.

Heitz M., Douard J.P. (2000), « Les coopérations inter-entreprises : une grille de lecture des différentes formes et des évolutions », Revue Finance Contrôle Stratégie, 3, 4.

Hirschman A.O. (1958), The Strategy of Economic Development, Yale University Presss, New Haven.

Hollard G. (2004), « La délibération dans la théorie économique », Cahiers d’économie Politique / Papers in Political Economy, 2004/2 n° 47, 173-190.

Huault I. (2002), La construction sociale de l’entreprise, EMS, Caen.

Itçaïna X. (2011), « Les dynamiques territoriales de l’économie sociale et solidaire : pistes de recherche en sociologie politique », in Ndiaye A. (dir.), Économie sociale et solidaire : Animation et dynamiques des territoires, L’Harmattan, collection « Animation et Territoires », 61-81.

Itçaïna I., Palard J. (2007), « Culture, territoire, systèmes productifs », in Itçaïna I., Palard J., Ségas S. (dir.) Régimes territoriaux et développement économique. Presses universitaires de Rennes, 11-24.

Krugman P. (1995), Development, Geography and Economic Theory, MIT Press, Cambridge.

Laperche B., Uzunidis D. (2011), « Crise, Innovation et renouveau des territoires : dépendance de sentier et trajectoires d’évolution », in Innovations 2011/2 – n° 35, 159-182.

Lung Y. (2007), Vers une méso-économie politique du territoire ? in Itçaïna I., Palard J., Ségas S. (dir.) Régimes territoriaux et développement économique. Presses universitaires de Rennes, 313-318.

Maillat D. (1995), « Milieux innovateurs et dynamique territoriale », in Rallet A., Torre A. (dir.) Economie industrielle et économie spatiale, ASRDLF, Economica, Paris.

Maillat D., Kébir L. (1999), « Learning region et systèmes territoriaux de production », Revue d’Economie Régionale et Urbaine, 3, 429-448.

Maillat D., Quévit M., Senn L. (1993), Réseaux d’innovation et milieux innovateurs: un pari pour le développement régional, GREMI, EDES, Neuchâtel.

Marshall A. (1890), Principes d’économie politique, livres IV, traduction française Sauvaire–Jourdan F., (1906).

Massard N., Torre A. (2004), « Proximité géographique et innovation », in Pecqueur B., Zimmermann J.B. (dir.) Économie de proximités, Hermes-Lavoisier.

Ndiaye A. (2011), Économie sociale et solidaire : animation et dynamiques des territoires, in Ndiaye A. (dir.), Économie sociale et solidaire : Animation et dynamiques des territoires, L’Harmattan, collection « Animation et Territoires », 15-29.

Ndiaye A. (2010), « Économie solidaire et démocratie participative locale », Marché et Organisations, Cahiers d’Économie et de Gestion de la Côte d’Opale « Économie solidaire, nouvelles trajectoires d’innovation sociale », coordonné par Boutillier S., Allemand S. (dir.), 11, 73-92.

Ndiaye A. (2008), « Institutions des territoires et mondialisation. L’étude de cas du PLIE des Graves », in Christen Jakob M., Reichmuth J. (Eds). Community development : local and global challenges, Lucerne University of Applied Sciences and Arts, 201-208.

Pecqueur B. (2011), « La ressource territoriale : construit social et gouvernance spécifique », communication présentée au séminaire « Territoires et Participation » PAGODE-UMR ADES CNRS, 20/10/2011, Bordeaux.

Pecqueur B. (2009), « De l’exténuation à la sublimation : la notion de territoire est-elle encore utile ? », Géographie Économie Société, 2009/1, Volume 11, 55-62.

Pecqueur B. (2008), « Fondements théoriques et conceptuels du développement local et de la gouvernance territoriale », in Diop A. (éd.) Développement local, gouvernance territoriale. Enjeux et perspectives, 11-22.

Pecqueur B. (2007), « L’économie territoriale : une autre analyse de la globalisation », L’Économie politique, 2007/1, 33, 41-52.

Pecqueur B. (2006), « Le tournant territorial de l’économie globale », Espaces et sociétés, 2006/2-3, 124-125, 17-32.

Pecqueur B. (2001), Qualité et développement territorial : l’hypothèse du panier de biens et de services territorialisés, Économie rurale, 261, 37-49.

Pecqueur B. (2000), Le développement local. Pour une économie des territoires, Alternatives Économiques & Syros, 2° édition revue et augmentée.

Perroux F. (1981), « Commerce entre grandes firmes ou commerce entre ‘nations’ », Economie Appliquée, 4,. 567-591.

Piore M., Sabel C. (1984), The Second Industrial Divide, Possibilities for Prosperity, Basic Books, New York.

Porter M. (2000), « Location clusters company strategy », in Clark G.L., Feldman M.P., Gertler M.S. (dir.), The Oxford Handbook of Economic Geography, 253-274.

Rallet A., Torre A. (2004), « Proximité et localisation », in Économie rurale 280, 25-41.

Remy J., Voyé L. (1992), La ville : vers une nouvelle définition ?, L’Harmattan.

Scott A.J., Storper M. (2003), “Region, Globalization, Development”, Regional Studies, vol. 37, 6&7, 579-593.

Souami T. (2011), « Avant-propos », in Souami T. (dir.), « Écoquartiers et urbanisme durable » Problèmes politiques et sociaux, 981, La Documentation Française, 5-9.

Talbot D., Kirat T. (2005), « Proximité et institutions : nouveaux éclairages », Économie & Institutions, 6 et 7, 9-15.

Torre A., Rallet A. (2005), « Proximity and localization » Regional studies, vol. 39, 1, 47-60.

 


[1]     À la suite de Rallet, Torre (2004), nous pensons que les besoins de proximité géographique permettant de réaliser une coopération ne supposent pas nécessairement que les agents soient localisés les uns près des autres.

[2]             Le terme est emprunté à Bernard Pecqueur (2006).

De la « consommation responsable » à la « consommation alternative »

Abdourahmane Ndiaye et Aurélie Carimentrand

Communication présentée à la session « L’animation d’aujourd’hui dans un monde en mutation : les expériences et la recherche/5° Colloque du Réseau International de l’Animation organisé par l’IEPSA, Saragosse, 26-28 octobre 2011 (Version provisoire)

Introduction

L’objet de cette communication est de montrer que le concept de « consommation responsable » reste un concept flou et ambigu qui mérite d’être mieux exploré compte tenu des enjeux en termes de construction de systèmes alternatifs de production, de distribution et de consommation.

La montée en puissance des considérations écologiques et sociales, constitue un des faits marquants de ces deux dernières décennies dans la sphère économique en général et plus particulièrement dans le domaine de la consommation. Dans ce contexte, la consommation responsable progresse et les guides pratiques du « consomm’acteur » se multiplient1 (Laville et Balmain, 2006 ; Corre, 2008). Les études sur les nouvelles pratiques de consommation s’amplifient (CRÉDOC, Ethicity2).

Alors que l’engouement pour la « consommation responsable » est manifeste, comment préciser les contours de ce concept ? Comment définir la « consommation responsable » ? Diffère-t-elle de la « consommation durable » ? De la « consommation engagée » ? Est-elle le double de la « consommation citoyenne » ou constituent-elles des catégories différentes ? Pour répondre à ce questionnement, notre analyse s’appuie sur une revue de la littérature existante. Elle montre qu’historiquement la consommation responsable dans les secteurs de l’alimentaire et des produits de consommation courante a, depuis ses origines, eu tendance à se diviser en deux branches. Celles-ci sont aujourd’hui représentées par la branche de la consommation alternative, capable de transformer les systèmes de distribution et d’échange des produits, et celle de la consommation raisonnée, récupérée par les stratégies marketing des grandes surfaces de distribution3. Ce faisant, nous adoptons l’hypothèse selon laquelle les entrepreneurs ne transformeront leurs procédés de production et de distribution qu’avec une demande de changement plus pressante de la part des consommateurs. En ce sens, les consommateurs peuvent constituer une force massive mais éclatée qui demande à être cristallisée. Sans perdre de vue le fait que la responsabilité sociale des entreprises (RSE4) est de plus en plus mise sur le devant de la scène, dans cette réflexion, nous nous intéressons à la responsabilité du consommateur. La consommation n’est pas nécessairement le ressort exclusif du domaine privé, comme on tend souvent à la présenter. Le consommateur peut suivre le citoyen pour participer à un développement plus responsable à travers ses choix de consommation. Pour certains, « il est essentiel que puisse se développer une consommation « responsable », éloignée du consumérisme dominant et soucieuse de ses effets sociaux et écologiques » (Azam et al., 2007, p. 64). Toutefois, on peut noter l’existence d’un certain nombre de freins expliquant les décalages observés entre les discours des consommateurs, volontiers altruistes et responsables, et leurs pratiques réelles de consommation.

Dans la première partie de cette communication, nous étudions le concept de consommation responsable. Dans la seconde partie, nous retraçons l’historique de la consommation responsable. Enfin, dans la dernière partie, nous étudions sa dualité.

Le caractère diffus de la consommation responsable : un essai de clarification

L’enquête European Social Survey menée en 2002-2003 dans 21 pays européens montre que près d’un quart des Européens ont acheté des produits pour des raisons politiques, morales ou environnementales, et que 17,4 % en ont boycotté pour les mêmes motifs (Bozonnet, 2010). D’après l’enquête 2010 d’Ethicity5, 66 % des Français déclarent faire des achats responsables, dont 20 % régulièrement. Pour le Centre d’Analyse Stratégique, « évalué entre 18 % et 33 % de la population, le poids [des consomm’acteurs] est déjà quantitativement sensible dans certains secteurs, notamment les transports (aérien, automobile), l’industrie agroalimentaire (diminution de la consommation d’eau en bouteille, de produits transformés, suremballés, etc.) ou les loisirs » (CAS, 2011, p. 35). La consommation responsable serait-elle devenue un phénomène de masse ?

Mais qu’entend-on réellement par achat responsable, par consomm’action ? L’appellation « consommation responsable » recouvre généralement un ensemble diffus de pratiques dans différents secteurs : alimentaire et produits de consommation courante mais aussi énergie, habitat, transports, finance et produits en fin de vie (Annexe n° 1). Elle associe sous la même bannière des pratiques très différentes, par exemple le végétarisme, l’achat d’ampoules éco-efficaces ou encore le livret d’épargne « développement durable ». En ce qui concerne le secteur de l’alimentation, le succès des produits issus de l’agriculture biologique et du commerce équitable6, l’engouement en faveur des Associations pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne (AMAP), le développement des circuits courts et du « locavorisme7» constituent quelques uns des marqueurs de la progression de la consommation responsable qui manifestent une attention des consommateurs vis-à-vis des entreprises et des procédés de fabrication ainsi que de l’origine des biens et services qu’ils consomment (Delpal et Hatchuel, 2007).

Cette progression est sans doute le résultat de la combinaison de préoccupations écologiques d’une part et sanitaires d’autre part, au vu des scandales alimentaires récurrents tels que la vache folle, la grippe aviaire, l’épidémie bactérienne Escherichia coli8 … Ces nouvelles formes de consommation s’inscrivent aussi dans la recherche d’une plus grande traçabilité des produits de façon à éviter les épidémies du type de l’Escherichia coli (été 2011 en France et en Allemagne). Ces formes ne sont pas isolées, puisqu’elles s’inscrivent dans un mouvement plus vaste qui tend à introduire des valeurs éthiques, écologiques, équitables dans le calcul du producteur. À ces deux motifs (écologie et santé) s’ajoutent probablement d’autres : le refus de la tyrannie des marques proposées par des multinationales qui sous-traitent dans les sweatshops9 (Klein, 2001 ; Peretti, 2001), la solidarité avec les pays du sud, la contestation persistante de l’accélération de la vie, au travers du développement des mouvements de la simplicité volontaire (de Bouver, 2011), de la sobriété heureuse, de la simplicité heureuse (Rabhi, 2010), de la décroissance (Flipo, 2007) et de l’éco-socialisme (Löwy, 2008) ; la demande d’une prise en compte plus grande de l’économie de la proximité et le refus de la distance de plus en plus grande séparant le producteur du consommateur. Dans cette même perspective, Boutillier, Ndiaye, Ferreira (2012) proposent de sortir de l’accélération de la vie sociale et de donner une priorité au temps intérieur, à la quête de la lenteur, à l’éloge de la paresse comme une opportunité de convivialité10 (Illich, 1973). Cette quête de la lenteur et cet éloge de la paresse nous renvoient directement à l’idée de Paul Lafargue, le droit à la paresse (Lafargue, 1880). Ces motivations, qui ne sont pas uniformes mais peuvent varier selon le type de pratique de consommation responsable analysée, sont évidemment connectées à l’ampleur de la crise multidimensionnelle (sociale, politique, écologique, énergétique, économique) que traversent nos sociétés postfordistes. La crise place le comportement des citoyens en tant que producteurs, usagers et surtout consommateurs au centre des attentions pour permettre une évolution du système de production, de distribution et de consommation.

Les pratiques de consommation responsable sont parfois associées à de nouvelles catégories sociales, comme celle des « créatifs culturels ». Selon Ray, Anderson (2001), les « créatifs culturels » partagent un certain nombre de valeurs, à savoir le respect de l’écologie, du bio et des médecines douces ; la reconnaissance du rôle des femmes dans la société ; les valeurs de coopération (qu’ils estiment devoir supplanter celle de compétition) ; une distance par rapport au paraître (ce qui se traduit par la préférence de l’être sur l’avoir) ; un intérêt pour la connaissance de soi, le développement personnel, la vie intérieure, voire la spiritualité ; une implication sociale concrète ; une ouverture multiculturelle de la société11. Ray, Anderson (2001) exploitent les résultats d’une enquête menée en 2000 aux États-Unis. Une étude similaire a été faite en France en 2006, par l’association Biodiversité Culturelle. Alors qu’ils représentent 17 % de la population adulte en 2006 en France, ils sont 24 % aux États-Unis (Association Biodiversité Culturelle, 2007). Il faut cependant distinguer le créatif culturel de l’altercréatif. Selon Dhoquois (2007) l’altercréatif a les mêmes valeurs de base que le créatif culturel. Souvent en rupture avec sa formation initiale, il s’intéresse aux domaines du développement personnel et de la connaissance de soi, mais pas à la spiritualité. Et il ne s’implique pas dans les milieux associatifs. Il est prêt à s’engager en faveur de l’écologie, mais de façon individuelle. Il a une vision plus « séparatiste » de la vie, en ne faisant pas le lien entre l’écologie et la spiritualité, ni entre son évolution intérieure et celle de la société.

Comme le souligne Bozonnet (2010), l’hétérogénéité des motivations pose des questions sur la cohérence du concept sous-jacent et le choix d’une dénomination : consommation éthique, engagée, socialement consciente, concernée ou responsable… Afin d’aller au-delà du catalogue de pratiques de consommation responsable généralement servi au travers des enquêtes, nous adoptons ici la définition de la consommation responsable donnée par Ozçaglar-Toulouse (2005, p. 52) : « la consommation responsable est constituée par l’ensemble des actes volontaires, situés dans la sphère de la consommation, réalisés suite à la prise de conscience de conséquences jugées négatives de la consommation sur le monde extérieur à soi, ces conséquences ne relevant donc ni de la fonctionnalité des achats ni de l’intérêt personnel immédiat ». La consommation responsable constitue donc une action contestataire s’exprimant dans les actes d’achat. En ce sens, la consommation responsable se rapproche du concept de « consumérisme politique » tel que défini par Micheletti (2004), et s’éloigne de la consommation responsable au sens d’un catalogue de pratiques diffuses et volontaires. Par ses pratiques d’achat le consommateur sensible aux causes sociales et environnementales jouerait d’une certaine manière un rôle politique, illustré par la formule « acheter, c’est voter » (Waridel, 2005). La consommation responsable semble toutefois faire uniquement appel à la qualité de discernement du consommateur et du coup, certains ne la considèrent pas comme un phénomène de masse (Husson-Traoré, 2008). D’autres au contraire revendiquent l’idée selon laquelle cette expression individuelle participe d’une logique collective et relève en cela d’une « action collective individualisée » (Micheletti, 2003, 2004 ; Trautmann, 2004 ; Dubuisson-Quellier et Barrier, 2007). Pour Gendron et al. (2006), le recours systématique au consumérisme politique pour défendre une cause donnée engendrerait même « un déploiement inédit des nouveaux mouvements sociaux économiques ».

La consommation responsable peut en fait prendre une forme individuelle (boycott et buycott via les labels syndicaux, sociaux et environnementaux) ou collective (mouvements coopératifs et systèmes d’échanges alternatifs).

Elle s’inscrit, au côté de pratiques sociales élargies comme la simplicité volontaire ou les actions antipublicitaires, dans le champ plus large de la consommation engagée telle que décrite par Dubuisson-Quellier (2009) (n° 1).

La consommation responsable se distingue aussi de la « consommation durable », qui fait explicitement référence au concept de développement durable et notamment à sa dimension environnementale. D’après Cooper (2008), les premières approches de la consommation durable étaient principalement axées sur la fourniture d’informations aux consommateurs par le biais de labels écologiques, de façon à ce qu’ils choisissent les produits les moins préjudiciables pour l’environnement. Les biens durables sont censés à la fois répondre à des besoins sociaux et améliorer la qualité de la vie avec un coût environnemental minoré.

Du XIXe au XXIe siècle : naissance, déclin et renouveau de la consommation responsable

La consommation responsable prendrait racine dans l’expression de ce que Boltanski, Chiapello (1999) ont désigné comme la critique artiste, c’est-à-dire une contestation qui s’exprime dès le milieu du XIXe siècle pour dénoncer le capitalisme à la fois comme source d’oppression, de désenchantement et d’inauthenticité. Cette critique s’enracine dans une tradition d’activisme des consommateurs ayant pris des formes différentes selon les pays : le boycott dans les pays anglo-saxons et nordiques, les ligues sociales d’acheteuses ou encore le mouvement coopérativiste en France (Dubuisson-Quellier, 2009). Après la seconde guerre mondiale s’ouvre une ère moins contestataire. La paix sociale est « achetée » par la consommation. Le modèle fordiste s’appuie sur la production de masse et la consommation de masse, fournissant à chaque ouvrier les moyens salariaux d’acheter les produits sur lesquels le développement économique s’appuie. La crise du modèle économique d’après-guerre à partir des années 1970 marque incontestablement un tournant. Après un certain déclin, la consommation responsable renaît depuis les années 1970 en lien avec la crise économique, sociale et écologique que fait suite à la période de croissance rapide des Trente glorieuses. Elle entretient des liens avec le discours critique du tournant des années 1970 contre la société de consommation, notamment en réactivant la dénonciation d’une société du faux et du fabriqué. Cependant, elle n’en épouse pas totalement les contours puisqu’elle pointe aussi les capacités de récupération de la critique par la société marchande elle-même.

Les historiens ont montré les liens très étroits qu’entretenait l’activisme des consommateurs avec l’histoire de l’avènement de la société de consommation. Les mouvements précurseurs apparus en même temps que l’industrialisation proposaient déjà des modèles dans lesquels les individus ne sont pas seulement des « consommateurs » (dimension économique) mais également des citoyens (dimension politique) qui veulent influer sur la marche globale de la société. Les évolutions ultérieures du « consumérisme politique » (Micheletti, 2003, 2004) et de la « politisation des marchés » (Cochoy, 2008) constituent de ce fait un simple « réveil » du consommateur-citoyen et non son invention, comme le montre l’histoire souvent méconnue du label syndical ou des coopératives de consommation du 19e siècle. Toutefois, « Les Fils de la Liberté 12 ou les ligues sociales d’acheteurs auraient peine à reconnaître leurs descendants dans les buycotteurs ou boycotteurs d’aujourd’hui. Massivement diffusées en Europe du Nord et de l’Ouest, ces pratiques y constituent le répertoire familier des classes moyennes tertiaires et éduquées » (Bozonnet, 2010). Et si ces contestations sont aussi vieilles que la révolution industrielle, ce n’est que récemment que les consommateurs commencent à obtenir gain de cause (Beck, 2004 ; Jacquiau, 2000). Ce bref rappel histoire montre qu’il faut distinguer les pratiques individuelles puis collectives de la consommation responsable.

Du label syndical de la fin XIXe aux label sociaux et environnementaux contemporains

Le boycott et le buycott puisent leurs racines respectivement à la fin du XVIIIe et du XIXe siècle. Les pratiques de boycott ont été nombreuses à partir de la fin du XVIIIe siècle. Un des exemples les plus connus est certainement la « Tea Party » de 1773 aux États-Unis durant laquelle les colons américains jettent du thé importé d’Angleterre dans la baie de Boston. Les pratiques de boycott deviennent une arme de protestation aussi bien pour les syndicats que pour tous groupes de population manifestant leur mécontentement.

À côté des pratiques de boycott se sont développées également des tentatives d’incitation à l’achat sélectif, ou buycott. La pratique ne consiste plus seulement à ne pas consommer certains produits, elle vise surtout à réaliser un tri sélectif dans les produits consommés. Le concept de buycott permet de compléter la typologie des voies d’action face aux défaillances des entreprises et des institutions proposée par Hirschman (1972) : la voie de la défection (exit) et la voie de la prise de parole (voice). La voie de la défection correspond au boycott. La voie de la prise de parole, ou protestation, est caractérisée par le fait que les clients de la firme expriment leur mécontentement en s’adressant soit à la direction, soit à une autorité qui a prise sur la direction, soit encore à l’opinion publique. Quant au buycott, il correspond à un nouveau type de comportement, nommé entry ou voie de l’adhésion, par opposition à la voie de la défection (exit) (Micheletti, 2003). Un des cas les plus connus est probablement celui relatif à la lutte contre l’esclavagisme dans la première moitié du XIXe siècle. Les militants des « produits libres », c’est-à-dire non fabriqués par des esclaves incitaient non seulement les sympathisants à ne plus consommer de produits fabriqués par les esclaves, mais parallèlement créent leurs propres magasins revendant uniquement des « produits libres » (Glickman, 2005). La seconde moitié du XIXe siècle verra cette forme d’action reprise par les syndicats. Le premier label est créé dès 1875 par des cigariers de San Francisco. Ils sont alors confrontés à la concurrence de cigariers employant des ouvriers immigrants chinois, payés deux fois moins chers. Ils décident d’apposer sur leurs boîtes de cigares un timbre avec la mention « made by White Men » pour distinguer leurs produits de ceux fabriqués par les ouvriers chinois (Choppé, 1908 ; Le Crom, 2004).Une seconde expérience de cigariers, menée à Saint Louis cette fois, est constituée par la création d’une marque qui reconnaît que le travail a été payé au prix demandé par les ouvriers. Ces expériences aboutiront à l’adoption en 1880 d’une résolution de l’Union internationale des cigariers d’Amérique en faveur de l’usage de labels pour les produits réalisés par des ouvriers syndiqués. Le label représente donc à ses origines une action syndicale basée sur le soutien des consommateurs. Aux États-Unis, d’autres syndicats suivront la voie tracée par les cigariers (chaussure, vêtement, typographie, etc.) avec les labels « Union made ».

L’introduction en France du label syndical, ou marque syndicale, par les syndicats de travailleurs a eu beaucoup moins de succès que dans les pays anglo-saxons. L’initiative en revient dès 1895 au syndicat des typographes (Le Crom, 2004). Adopté par quelques syndicats seulement (boulangers et blanchisseurs des associations coopératifs, coiffeurs, métiers du livre), le boycott et la grève lui sont préférés comme « armes syndicales » par la Confédération Nationale du Travail (CGT). Le pragmatisme de la fédération du Livre, qui défend le label, s’oppose idéologiquement à la théorie de la grève générale défendue alors par les syndicalistes révolutionnaires (Le Crom, 2004).

Plus tard en 1960, le label renaîtra sous une forme bien différente avec le label rouge (aviculture) et les labels régionaux agricoles. L’appellation d’origine contrôlée (AOC), l’appellation d’origine protégée (AOP), l’indication géographique protégée (IGP), la spécialité traditionnelle garantie (STG) et l’agriculture biologique (AB) viennent compléter la liste des signes officiels de qualité gérés par le ministère de l’agriculture. Parallèlement, se développent les labels sociaux et environnementaux créés et gérés principalement par des ONG. Le développement de ce derniers type de labels (éco-labels, label « AB », label Max Havelaar, label FSC, label Cosmébio13, etc. dans les années 1990 marque un certain changement de nature dans les pratiques de consommation responsable. Des pratiques de boycott caractéristiques des décennies soixante à quatre-vingt, on évolue vers des pratiques de buycott. L’achat de produits issus du commerce équitable constitue ainsi une nouvelle forme de buycott. Il en constitue même pour Micheletti (2004) une forme de « consumérisme politique » très intéressante dans la mesure où « ce dispositif est bien connecté aux instituts politiques, aux agences d’aide internationale, aux organisations non gouvernementales, et aux instituts universitaires qui s’intéressent au commerce et à l’équilibre des pouvoirs entre les pays du Nord et le Tiers-Monde ».

Des coopératives de consommation aux AMAP

Les utopistes associationnistes du XIXe siècle et du début du XXe siècle (principalement les owenistes en Grande-Bretagne, les saint-simoniens, buchéziens, fouriéristes14 et disciples de l’école de Nîmes en France) ont loué les vertus d’associations d’ouvriers qui prendront la forme de coopératives de production et de coopératives de consommation (Gueslin, 1998). Ils ont ainsi initié l’idée de la consommation responsable sous sa forme collective dans une visée émancipatrice de la classe ouvrière. Pour Chanteau (2008), les sociétés coopératives de consommation constituent une forme historique de commerce équitable, le « commerce équitable associationniste », différent du commerce équitable interétatique et du commerce équitable sectoriel qui lui succèderont. Cependant, la coopération de consommation du XIXe siècle est marquée par un « dualisme d’inspiration » avec d’un côté le versant libéral et patronal et de l’autre le versant d’inspiration socialiste et solidariste (Gueslin, 1996).

Du côté de la coopération « patronale », celle-ci ne constitue qu’un moyen de paix sociale, et non un idéal (Gueslin, 1996). Les économats (par exemple l’Épargne de Longwy-Bas chez Huart frères ou encore la coopérative des mineurs d’Anzin) et les quasi-économats (par exemple la Fraternelle de Valentigney dans le Doubs) qui se développent dépendent du patronat et les crédits accordés sont souvent retenus directement sur les salaires.

À l’inverse, du côté solidariste et socialiste15, la coopération constitue une véritable utopie sociale. Ces coopératives de consommation (par exemple la « Ruche Nancéenne » ou encore l’« Union de Limoges » pour les coopératives solidaristes ; la « Paix » de Roubaix ou encore la « Revanche Prolétarienne » de Carmaux) fonctionnent globalement selon les principes fondateurs des Équitables pionniers de Rochdale initiés par Charles Howarth (owenistes) : principe de la ristourne, fonctionnement démocratique (un homme = une voix) et libre adhésion16. Charles Gide, grande figure de l’école de Nîmes, insistait sur la responsabilité sociale du consommateur (1904). Pour citer Gide (1889) « Qu’est-ce que le consommateur, disent-ils ? Rien ; que doit-il être ? Tout… ». Pour Gide et son utopie de République Coopérative, le consommateur devait se constituer en figure active et organisée collectivement à travers les sociétés coopératives de consommation (Gueslin, 1996 ; Guillaume, 2007). Pour Gide, les coopératives de consommation ne se résument pas à « une œuvre de salut individuel » qui servirait de « barrage contre le socialisme » ou de « paratonnerre contre la révolution » mais devaient constituer une véritable œuvre de transformation sociale (Gide, 1947). On peut aussi citer ici l’œuvre originale de Jean-Baptiste André Godin (1871), inspiré par Fourier et qui, à travers son familistère, se focalisait sur la responsabilité de l’entrepreneur via diverses institutions sociales dont des magasins de consommation (Ballet et al., 2011 ; Boutillier, Ndiaye, Ferreira, 2012 ; Lallement, 2009).

Si en 1922 la France comptait 3 840 coopératives de consommation et un total de plus de 2,3 millions de sociétaires (Gueslin, 2001), aujourd’hui les coopératives de consommateurs ont quasiment disparu de l’univers familier des Français. La Fédération Nationale des Coopératives de Consommateurs (FNCC) ne compte plus « plus aucun adhérent dans la capitale et fort peu en province » (Meusy, 2001, p. 7). Les coopératives de consommation, et notamment les magasins Coop, continuent de se développer jusque dans les années 1960 (Marenco, 1986 ; Zimmer, 2011). Par la suite, en France comme dans de nombreux pays européens (Brazda et Schediwy, 2003), elles ne résisteront pas à l’ascension de la grande distribution ainsi qu’à l’individualisation de la société qui se traduit par un désintéressement des sociétaires par rapport au projet initial. On peut noter ici que la concurrence viendra de structures relevant de l’économie sociale, avec le commerce associé tel que pratiqué par des coopératives de commerçants (Leclerc, Système U).

Les années 1980 sont aussi marquées par le développement de nouveaux types de structures de consommation alternative, à savoir les boutiques de commerce équitable de la fédération Artisans du Monde (statut associatif) et les coopératives de consommateurs de produits biologiques, qui se regroupent en 1986 au sein de la fédération Biocoop17 (Rimsky-Korsakoff, 2003).

Dans les années 2000 en France, les coopératives de consommation semblent renaître à travers les Associations pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne (AMAP) inspirées des Tekei japonais et des Community Supported Agriculture (CSA) nord-américains. D’après le mouvement interrégional des AMAP, en 2010, celles-ci seraient au nombre de 1 200 en France, la première AMAP ayant été créé en 2001 (Lamine, 2008). Les Systèmes d’Échanges Locaux (SEL) et les monnaies complémentaires locales (par exemple le SOL-violette de Toulouse ou l’abeille de Villeneuve-sur-Lot) participent probablement de ce renouveau.

Parallèlement, le thème de la consommation responsable est récupéré par les grandes surfaces de consommation, qui développent leurs propres « clubs » de consommateurs responsables, à l’image du « club consommation responsable » de l’enseigne E. Leclerc18.

 

Dualité de la consommation responsable d’hier à aujourd’hui : « consommation alternative » versus « consommation raisonnée »

Pour Rochefort (2007), on peut classer la consommation citoyenne selon trois niveaux d’exigence :

1)   la « consommation réfléchie » constitue la définition la plus large et la moins impliquante (cherche à protéger les emplois et les métiers traditionnels, résister à la mondialisation) (80 % de la population) ;

2)    la « consommation éthique », quant à elle, fait appel à des valeurs humanistes notamment la juste répartition des ressources ;

3)    enfin, l’ébauche d’une consommation alternative (souci de l’écologie et de la planète, « véritable procès de l’industrialisation excessive ») inclus l’ « alterconsommation » portée par une minorité (5 à 10 % de la population).

En partant de l’hypothèse que la consommation responsable est effectivement plurielle, nous proposons pour notre part de l’analyser selon deux axes : celui de la visée sociale, opposant la transformation sociale au maintien de l’ordre social ; celui de la dimension collective, opposant l’action collective à l’action collective individualisée.

Au fil de l’histoire, la consommation responsable a toujours été duale en ce qui concerne sa visée de transformation sociale (tableau n° 2). Comme nous l’avons vu pour le XIXe siècle, la coopération patronale (économats et quasi-économats) qui vise à « acheter » la paix sociale s’oppose à la coopération solidariste de Gide et à la coopération d’inspiration socialiste voire communiste. La première relève d’une simple consommation raisonnée alors que la seconde se fonde sur une véritable consommation alternative. Aujourd’hui, en ce qui concerne les formes collectives, la consommation alternative peut être représentée par les AMAP, les SEL et les magasins de produits biologiques et équitables relevant des structures de l’économie sociale et solidaire alors que la consommation raisonnée est symbolisée par le « club consommation responsable » de Edouard Leclerc qui propose aux adhérents des bons de réduction sur les produits bio et équitables. Pour Yann Fiévet (2010), président de l’association Action Consommation, « le concept de consommation responsable (…) est dévoyé au profit d’une consommation simplement ‘raisonnée’. Il existe pourtant une contradiction profonde entre ces deux modèles ».

En ce qui concerne l’action collective individualisée marquée par le buycott, nous optons ici pour le classement des labels syndicaux du XIXe ainsi que les labels sociaux et environnementaux dans la catégorie de la consommation raisonnée du fait de leur absence de contestation des circuits de distribution classiques. Le mouvement du commerce équitable labellisé Max Havelaar vendu en grandes surfaces de distribution est en effet très différent de celui représenté par les magasins du monde. De même pour les produits biologiques vendus avec un label en grande surface ou dans une coopérative bio.

Conclusion

Le caractère flou du concept de consommation responsable, qui regroupe à la fois des actes individuels (« achat de produits issus du commerce équitable », « installation de panneaux solaires »…) mais aussi collectifs (« adhésion à une coopérative de consommateurs ») peut influer sur le mouvement de manière paradoxale. En effet, d’une part, en étant un concept fourre-tout, il permet de rassembler plus largement, au-delà des marqueurs distinctifs. Mais d’un autre côté, il risque d’être dévoyé au profit d’autres mots d’ordre, notamment la « consommation raisonnée ».

Références bibliographiques

Association Biodiversité Culturelle. 2007. Les créatifs culturels en France, Yves Michel.

Azam G. et al. 2007. « Construire un monde écologique et solidaire », L’Économie politique, 2007/2 n° 34, p. 60-71.

Ballet J., de Bry F., Carimentrand A., Jolivet P. 2011. L’entreprise et l’éthique. Nouvelle édition augmentée. Paris, éditions du Seuil.

Beck U. 2004. Pouvoir et contre-pouvoir à l’heure de la mondialisation. Paris, Flammarion.

Boltanski L., Chiapello È. 1999. Le nouvel esprit du capitalisme, Gallimard.

Boutillier S., Ndiaye A., Ferreira N. 2012. « Le travail et l’utopie. Analyse du travail dans les théories de Sismondi, Fourier, Proudhon, Marx, Engels, Godin et Lafargue », Revue RECMA (accepté).

Bozonnet J.-P. 2010. « Boycott et « buycott » en Europe. Écocitoyenneté et culture libérale », Sociologies pratiques, 2010/1 n° 20, p. 37-50.

Brazda J., Schediwy R. 2003. « Esbozo histórico de las cooperativas de consumo », CIRIEC, n° 44, p. 105-136.

Carimentrand A., Requier-Desjardins D., 2009. « Certification et développement durable » Éthique et Économique, Volume-6-Numero-2, numéro spécial, http://ethique-economique.net/Volume-6-Numero-2.html

Centre d’analyse stratégique. 2011. Pour une consommation durable, Rapport de la mission présidée par Élisabeth Laville pour le centre d’analyse stratégique, 183 p.

Chanteau J.-P. 2008. « La diversité des « commerces équitables » face aux inégalités économiques. Une analyse institutionnaliste comparative ». Revue Tiers-Monde, n° 195, p 555-572.

Chessel M.-E. 2003. « Aux origines de la consommation engagée : la Ligue sociale d’acheteurs (1902-1914) », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2003/1 n° 77, p. 95-108.

Chessel M.-E. 2011. « Le genre de la consommation en 1900. Autour de la Ligue sociale d’acheteurs », L’Année sociologique, 2011/1 Vol. 61, p. 125-149.

Cochoy F. 2008. « Faut-il abandonner la politique aux marchés ? Réflexions autour de la consommation engagée », Revue Française de Socio-Économie, 2008/1 n° 1, p. 107-129.

Corre M.-F. 2008. La consommation responsable de A à Z. Village Mondial Pearson, 455 p.

Cooper T. 2008. « Produire ou ne pas produire ? Est-il justifié de croire en la souveraineté du consommateur ? » L’Économie politique, 2008/3 n° 39, p. 32-41.

de Bouver E. 2011. « La simplicité volontaire », in Pleyers G. (dir.) La consommation critique. Mouvements pour une alimentation responsable et solidaire. Paris, Desclée de Brouwer.

de Ferran F. 2006. Les déterminants à l’achat de produits issus du commerce équitable : une approche par les chaînages cognitifs. Thèse de Doctorat en Sciences de Gestion, Aix-Marseille.

Delpal F., Hatchuel G. 2007. « La consommation engagée s’affirme comme une tendance durable », Consommation et modes de vie n° 201, mars 2007, CRÉDOC.

Dubuisson-Quellier S. 2009. La consommation engagée, Éditions des Presses de Sciences Po, 143 p.

Dubuisson-Quellier S., Barrier J. 2007. « Protester contre le marché : du geste individuel à l’action collective. Le cas du mouvement anti-publicitaire », Revue française de science politique, Vol. 57, p. 209-237.

Flipo F. 2007. « Voyage dans la galaxie décroissante », Mouvements, n°50, p. 143-151.

Gendron C., Lapointe A., Champion E., Belem G., Turcotte M.-F. 2006. « Le consumérisme politique : une innovation régulatoire à l’ère de la mondialisation », Interventions économiques, n° 33, Université du Québec à Montréal, avril.

Gide C. 1889. La coopération. Des transformations que la coopération est appelée à réaliser dans l’ordre économique.

Gide C. 1904. Les sociétés coopératives de consommation.

Gide C. 1947. L’école de Nîmes, réédition du cours de 1925-1926.

Glickman L. 2005. « Acheter par amour de l’esclave : l’abolitionnisme et les origines du militantisme consumériste américain », in Chatriot A., Chessel M.-E., Hilton M. (dir.) Au nom du consommateur, consommation et politique en Europe et aux Etats-Unis au XXè siècle. Paris, La découverte.

Godin J.-B. A. 1871. Solutions sociales, Paris.

Granier C. 2008. « La publicité politisée : éloge de la transparence, ellipse de la responsabilité », Les Enjeux de l’information et de la communication, 2008/1 Vol. 2008, p. 10-19.

Gueslin A. 1996. « Usager-Consommateur et Économie Sociale au XIXe siècle », in Horellou-Lafarge C. (dir), Consommateur, Usager, Citoyen : quel modèle de socialisation ? Paris, L’Harmattan.

Gueslin A. 1998. L’invention de l’économie sociale. Idées, pratiques et imaginaires coopératifs et mutualistes dans la France du XIXème siècle. Paris, Economica.

Gueslin A. 2001. « La coopération : modèle original ou tentative d’adaptation ? », in Meusy J.-J. (dir.) La Bellevilloise -1877-1939), une page de l’histoire de la coopération et du mouvement ouvrier français. Paris, Creaphis.

Guillaume C. 2007. « Les coopératives de consommation », Cahiers Charles Fourier, n° 18. http://www.charlesfourier.fr/IMG/_article_PDF/charlesfourier_article_525.pdf

Husson-Traoré A.-C. 2008. « La consommation durable n’est pas un phénomène de masse », http://www.novethic.fr/planete/economie/consom_action/la_consommation_durable_n_est_pas_phenomene_masse/115220.jsp

Illich I. 1973. La Convivialité, Seuil, Paris.

Jacquiau C. 2000. Les coulisses de la grande distribution, Albin Michel.

Klein N. 2000. No Logo : Taking Aim at the Brand Name Bullies, Toronto, Vintage Canada.

Lafargue P. 2000. Le droit à la paresse, Editions mille et une nuits, édition originale 1880.

Lallement M. 2009. Le travail de l’utopie. Godin et le Familistère de Guise, Belles lettres.

Lamine C. 2008. Les AMAP : un nouveau pacte entre producteurs et consommateurs ? Éditions Yves Michel, coll. Société civile.

Laville É., Balmain M. 2006. Achetons responsable ! Mieux consommer dans le respect des hommes et de la nature. Paris, Le Seuil.

Le Crom J.-P. (2004). « Le label syndical », in Le Crom (dir.), Les acteurs de l’histoire du droit du travail. Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Löwy M. 2008. « Crise écologique, capitalisme et altermondialisme. Un point de vue écosocialiste », Actuel Marx, PUF, n ° 44.

Marenco C. 1986. « Conditions d’émergence et processus de développement des coopératives de consommation : deux cas, deux crises, France-Québec », Recma, n°19.

Meusy J.-J. 2001. « Introduction », in Meusy J.-J. (Dir.) La Bellevilloise -1877-1939), une page de l’histoire de la coopération et du mouvement ouvrier français. Paris, Creaphis.

Micheletti M. 2003. Political Virtue and Shopping: Individuals, Consumerism, and Collective Action, Palgrave, Macmillan.

Micheletti M., Follesdal A., Stolle D. (eds.) 2003. Politics, Products, and Markets, Transaction Publishers, New Brunswick.

Micheletti M. 2004. « Le consumérisme politique : une nouvelle forme de gouvernance transnationale ? », Sciences de la société, n° 62, mai, p. 119-142.

Novel A.-S.2010 Le guide du locavore pour mieux consommer local. Editions Eyrolles.

OCDE. 2002. Vers une consommation durable des ménages ? Synthèses (OCDE), septembre.

Olivier V., Coquart D. 2010. « Les AMAP : une alternative socio-économique pour des petits producteurs locaux ? », Economie rurale, n°318-319.

Peretti J. 2001. « My Nike media adventure », The Nation (www.thenation.com), 9 avril 2001.

Rabhi P. 2010. Vers la sobriété heureuse. Paris, Actes Sud.

Rémond A. 2009. « Responsabilité sociale des entreprises et capitalisme financier : pourquoi la régulation fait défaut », Revue Française de Socio-Économie, 2009/2 n° 4, p. 155-175.

Ripoll F. 2011. « Les AMAP : une diversité de pratiques et de significations », in G. Pleyers (dir.) La consommation critique. Mouvements pour une alimentation responsable et solidaire. Desclée de Brouwer, Paris, pp. 69-90.

Rochefort R. 2007. Le bon consommateur et le mauvais citoyen. Editions Odile Jacob, Paris.

Rumpala Y. 2009. « La « consommation durable » comme nouvelle phase d’une gouvernementalisation de la consommation », Revue française de science politique, 2009/5 Vol. 59, p. 967-996.

Sylvander B. (2000). « Les tendances de la consommation de produits biologiques en France et en Europe : conséquences sur les perspectives d’évolution du secteur », in Allard G., David C., Henning J. (eds). L’agriculture biologique face à son développement : les enjeux futurs. Paris, INRA-Editions.

Tagbata D., Siriex L. 2008. « Apports et limites de la double labellisation bio et équitable pour les consommateurs », Economies et sociétés, 42 (11-12), 2127-2148.

Trautmann F. 2004. « Pourquoi boycotter ? Logique collective et expressions individuelles : analyse de systèmes de représentations à partir du cas Danone », Le Mouvement Social, 2004/2 n° 207, p. 39-55.

Waridel L. 2005. Acheter, c’est voter, Écosociété, Montréal.

Zimmer M. 2011. « Les AMAP en France : entre consommation de produits fermiers et nouvel ordre de vie », in G. Pleyers (dir.) La consommation critique. Mouvements pour une alimentation responsable et solidaire. Desclée de Brouwer, Paris, p. 47-67.


  1. De nombreux sites internet ont vu le jour récemment, on peut visiter le site : « mes courses pour la planète » par exemple. []
  2. Le CRÉDOC (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie) est une association loi 1901 subventionnée par l’État. Ethicity est une agence indépendante spécialisée dans le conseil en stratégie de développement durable. []
  3. Cette réflexion sera complétée ultérieurement par des enquêtes de terrain menées auprès des « éco-habitants » de différents écoquartiers dans le cadre du projet ANR PAGODE. []
  4. À ce propos certains auteurs (Rémond, 2009 ; Azam et al., 2007) considèrent que la RSE est une solution marketing ou un trompe-l’œil. []
  5. L’enquête « Les Français et la consommation responsable » d’Ethicity a été menée par TNS Media intelligence auprès de 4373 individus âgés de 15 à 70 ans. Elle a été administrée par voie postale en février et mars 2010 en collaboration avec Aegis Media Expert et en partenariat avec l’ADEME à l’occasion de la Semaine du Développement Durable 2011. []
  6. En France, le chiffre d’affaires des produits biologiques a atteint 3 milliards d’euros en 2009 soit un quasi doublement par rapport à 2005 (source : Agence bio). Le chiffre d’affaires des produits labellisés Max Havelaar s’est pour sa part élevé à 303 millions d’euros en 2010 contre 120 millions en 2005 et 12 millions en 2001 (source : Max Havelaar France). []
  7. Pratique de consommation consistant à privilégier l’achat de produits locaux, c’est-à-dire élaborés dans un environnement géographique proche. []
  8. À la manière des effets « vaches folles » et « OGM » mis en avant par Sylvander (2000) dans son analyse sur les générations de consommateurs de produits biologiques. []
  9. Les sweatshops ou « ateliers de fabrication à sueur » sont des entreprises de la confection, notamment, mais pas exclusivement, implantées en Indonésie ou aux Philippines qui produisent une bonne partie de la production des firmes multinationales. Elles sont compétitives parce que ne respectant pas les normes sociales et environnementales. []
  10. La convivialité est définie par Ivan Illich comme étant l’inverse de la productivité, c’est-à-dire comme le processus qui permet de remettre l’outil ou la machine à sa place. Inverser le processus d’aliénation de l’homme et de l’outil sensé le libérer des travaux pénibles. []
  11. Cette définition montre que les « créatifs culturels » ne constituent pas un « groupe » à proprement parler mais d’un ensemble d’individus partageant partie ou totalité de ces valeurs et attributs. []
  12. En référence à la Boston Tea Party de 1773 que nous évoquons plus loin. []
  13. Cosmébio pour la cosmétique écologique et biologique, FSC pour Forest Stewardship Council & MSC pour Marine Stewardship Council. Concernant la certification et le développement durable, voir Carimentrand, Requier-Desjardins (2009) (dir.). []
  14. Du nom de leurs maîtres respectifs, à savoir Robert Owen (1771-1858), Saint-Simon (1760-1825), Philippe Buchez (1796-1865) et Charles Fourier (1772-1837). []
  15. Les coopératives solidaristes (ou « jaunes », d’inspiration gidienne, qui prônent la neutralité politique) se fédèrent en 1885, au sein de l’Union coopérative. Les coopératives socialistes (révolutionnaires, ou « rouges ») s’unissent en 1895, au sein de la Bourse des coopératives socialistes en 1900. Les coopératives solidaristes et socialistes s’unifient en 1912 sous l’impulsion de Charles Gide et de Jean Jaurès et donnent naissance à la Fédération Nationale des Coopératives de Consommateurs (FNCP), qui existe encore aujourd’hui. []
  16. Le modèle socialiste, à la différence du modèle solidariste, rejette généralement le principe de la libre entrée en exigeant l’adhésion à une organisation ouvrière. []
  17. Depuis 1993, la fédération Biocoop s’est ouverte aux structures de vente non coopératives. En 2006, seuls 40 % des 290 magasins Biocoop sont des structures de l’économie sociale. []
  18. http://www.club-consoresponsable-leclerc.com/consommation-responsable []

Animation et consumérisme politique dans la ville durable

Quelle place pour l’animation sociale et socioculturelle dans la promotion des pratiques de consommation dites responsables ?

Colloque de l’ISIAT « L’animation, quels rapports au politique », Université Bdx III/CNRS/IUT CS, 23 et 24 janvier 2012

Abdourahmane Ndiaye et Aurélie Carimentrand

Introduction

Dans un contexte de crise du catéchisme du marché universel (Zaoual, 2012) où les acteurs sont en quête d’un autre modèle de société, il est essentiel que puisse se développer une consommation responsable, éloignée du consumérisme dominant et soucieuse de ses effets sociaux et écologiques » (Azam et al., 2007). La consommation responsable progresse, les guides pratiques du « consomm’acteur » se multiplient[1] (Laville et Balmain, 2006 ; Corre, 2008), pendant que les études sur les nouvelles pratiques de consommation s’amplifient (CRÉDOC, Ethicity[2]).

Cette montée en puissance de la consommation responsable interroge le rapport du consommateur au politique. On peut en effet considérer que les pratiques de consommation responsable relèvent de nouvelles formes de participation politique, d’écocitoyenneté qualifiées de « consumérisme politique ». La consommation n’est pas nécessairement du ressort exclusif du domaine privé, comme on tend souvent à la présenter. Le consommateur peut suivre le citoyen et participer à un développement plus responsable à travers ses choix de consommation. Les consommateurs peuvent alors être perçus comme une force massive mais éclatée qui ne demande qu’à être cristallisée afin de faire évoluer les pratiques des entreprises en termes de responsabilité sociale et écologique. Elle permet aussi d’inventer des systèmes alternatifs de production, de distribution et de consommation, notamment des circuits courts, sources de cohésion sociale (Celavar et Inra, 2011).

Compte tenu de leurs enjeux en termes de construction de systèmes d’échanges alternatifs générateurs de lien social, les pratiques de consommation responsable interrogent l’animation sociale et socioculturelle. Quels rapports entretient l’animation sociale et socioculturelle avec les pratiques de consommation responsable ? Dans quelle mesure doit-elle et peut-elle sensibiliser aux enjeux politiques de la consommation en informant sur les alternatives possibles ? Au-delà, le consumérisme politique ne constitue-t-il pas une source d’emploi future à travers l’éducation à la consommation responsable mais aussi l’animation et la coordination des réseaux ?

Afin de répondre à ce questionnement, nous proposons dans une première partie de définir la consommation responsable à partir d’une revue de la littérature. Dans une seconde partie nous montrons qu’historiquement la consommation responsable dans les secteurs de l’alimentaire et des produits de consommation courante a, depuis ses origines, eu tendance à se diviser en deux branches. Celles-ci sont aujourd’hui représentées par la branche de la consommation alternative, qui vise à transformer les systèmes de distribution et d’échange des biens et services, et celle de la consommation raisonnée, récupérée par les stratégies marketing des grandes surfaces de distribution. Enfin, dans une troisième partie nous interrogeons le rapport de l’animation sociale et socioculturelle avec la consommation responsable.

 1.      Du caractère diffus de la consommation responsable à un essai de clarification

Alors que l’engouement pour la consommation responsable est manifeste, comment préciser les contours de ce concept ? Comment définir la consommation responsable ? Diffère-t-elle de la consommation durable ? De la consommation engagée ? Est-elle le double de la consommation citoyenne ou constituent-elles des catégories différentes ?

L’enquête European Social Survey menée en 2002-2003 dans 21 pays européens montre que près d’un quart des Européens ont acheté des produits pour des raisons politiques, morales ou environnementales, et que 17,4 % en ont boycotté pour les mêmes motifs (Bozonnet, 2010). D’après l’enquête 2010 d’Ethicity[3], 66 % des Français déclarent faire des achats responsables, dont 20 % régulièrement. Pour le Centre d’Analyse Stratégique, « évalué entre 18 % et 33 % de la population, le poids [des consomm’acteurs] est déjà quantitativement sensible dans certains secteurs, notamment les transports (aérien, automobile), l’industrie agroalimentaire (diminution de la consommation d’eau en bouteille, de produits transformés, sur emballés, etc.) ou les loisirs » (CAS, 2011, p. 35). La consommation responsable serait-elle devenue un phénomène de masse ?

Mais qu’entend-on réellement par achat responsable, par consomm’action ? L’appellation consommation responsable recouvre généralement un ensemble diffus de pratiques dans différents domaines : alimentaire et consommation courante mais aussi énergie, habitat, transports, finance et produits en fin de vie (Annexe n° 1). Elle associe sous la même bannière des pratiques très différentes, par exemple le végétarisme, l’achat d’ampoules éco-efficaces ou encore le livret d’épargne « développement durable ». En ce qui concerne le secteur de l’alimentation, le succès des produits issus de l’agriculture biologique et du commerce équitable[4], l’engouement en faveur des Associations pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne (AMAP), le développement des circuits courts et du « locavorisme[5] » constituent quelques uns des marqueurs de la progression de la consommation responsable qui manifestent une attention des consommateurs vis-à-vis des entreprises et des procédés de fabrication ainsi que de l’origine des biens et services qu’ils consomment (Delpal et Hatchuel, 2007).

Cette progression est sans doute le résultat de la combinaison de préoccupations écologiques d’une part et sanitaires de l’autre, au vu des scandales alimentaires récurrents tels que la vache folle, la grippe aviaire, l’épidémie bactérienne Escherichia coli…[6] Ces nouvelles formes de consommation s’inscrivent aussi dans la recherche d’une plus grande traçabilité des produits de façon à éviter les épidémies du type de l’Escherichia coli (été 2011 en France et en Allemagne). Ces formes ne sont pas isolées, puisqu’elles s’inscrivent dans un mouvement plus vaste qui tend à introduire des valeurs éthiques, écologiques, équitables dans le calcul du producteur. À ces deux motifs (écologie et santé) s’ajoutent probablement d’autres : le refus de la tyrannie des marques proposées par des multinationales qui sous-traitent dans les sweatshops[7] (Klein, 2001 ; Peretti, 2001), la solidarité avec les pays du sud, la contestation persistante de l’accélération de la vie, au travers du développement des mouvements de la simplicité volontaire (de Bouver, 2011), de la sobriété heureuse, de la simplicité heureuse (Rabhi, 2010), de la décroissance (Flipo, 2007) et de l’éco-socialisme (Löwy, 2008) ; la demande d’une prise en compte plus grande de l’économie de la proximité et le refus de la distance de plus en plus grande séparant le producteur du consommateur. Dans cette même perspective, Boutillier, Ndiaye et Ferreira (2011) proposent de sortir de l’accélération de la vie sociale et de donner une priorité au temps intérieur, à la quête de la lenteur, à l’éloge de la paresse comme une opportunité de convivialité[8] (Illich, 1973). Cette quête de la lenteur et cet éloge de la paresse renvoient directement à l’idée de Paul Lafargue, le droit à la paresse (Lafargue, 1880). Ces motivations, qui ne sont pas uniformes mais peuvent varier selon le type de pratique de consommation responsable analysée, sont évidemment connectées à l’ampleur de la crise multidimensionnelle (sociale, politique, écologique, énergétique, économique) que traversent nos sociétés postfordistes. La crise place le comportement des citoyens en tant que producteurs, usagers et surtout consommateurs au centre des attentions pour permettre une évolution du système de production, de distribution et de consommation.

Les pratiques de consommation responsable sont parfois associées à de nouvelles catégories sociales, comme celle des « créatifs culturels ». Selon Ray et Anderson (2001), les « créatifs culturels » partagent un certain nombre de valeurs, à savoir le respect de l’écologie, du bio et des médecines douces ; la reconnaissance du rôle des femmes dans la société ; les valeurs de coopération qu’ils estiment devoir supplanter celle de compétition ; une distance par rapport au paraître qui se traduit par la préférence de l’être sur l’avoir ; un intérêt pour la connaissance de soi, le développement personnel, la vie intérieure, voire la spiritualité ; une implication sociale concrète ; une ouverture multiculturelle de la société[9]. Ray et Anderson (2001) exploitent les résultats d’une enquête menée en 2000 aux États-Unis. Une étude similaire a été faite en France en 2006, par l’association Biodiversité Culturelle. Alors qu’ils représentent 17 % de la population adulte en 2006 en France, ils sont 24 % aux États-Unis (Association Biodiversité Culturelle, 2007). Il faut cependant distinguer le créatif culturel de l’altercréatif. Selon Dhoquois (2007) l’altercréatif a les mêmes valeurs de base que le créatif culturel. Souvent en rupture avec sa formation initiale, il s’intéresse aux domaines du développement personnel et de la connaissance de soi, mais pas à la spiritualité. Et il ne s’implique pas dans les milieux associatifs. Il est prêt à s’engager en faveur de l’écologie, mais de façon individuelle. Il a une vision plus « séparatiste » de la vie, en ne faisant pas le lien entre l’écologie et la spiritualité, ni entre son évolution intérieure et celle de la société.

Comme le souligne Bozonnet (2010), l’hétérogénéité des motivations pose des questions sur la cohérence du concept sous-jacent et le choix d’une dénomination : consommation éthique, engagée, socialement consciente, concernée ou responsable… Afin d’aller au-delà du catalogue de pratiques de consommation responsable généralement servi au travers des enquêtes, nous adoptons ici la définition de la consommation responsable donnée par Ozçaglar-Toulouse (2005, p. 52) : « la consommation responsable est constituée par l’ensemble des actes volontaires, situés dans la sphère de la consommation, réalisés suite à la prise de conscience de conséquences jugées négatives de la consommation sur le monde extérieur à soi, ces conséquences ne relevant donc ni de la fonctionnalité des achats ni de l’intérêt personnel immédiat ». La consommation responsable constitue donc une affirmation de valeurs sociétales s’exprimant par des actes d’achat. En ce sens, la consommation responsable se rapproche du concept de « consumérisme politique » tel que défini par Micheletti (2004), et s’éloigne de la consommation responsable au sens d’un catalogue de pratiques diffuses et volontaires. Par ses pratiques d’achat le consommateur sensible aux causes sociales et environnementales jouerait d’une certaine manière un rôle politique, illustré par la formule « acheter, c’est voter » (Waridel, 2005). La consommation responsable semble toutefois faire uniquement appel à la qualité de discernement du consommateur et du coup, certains ne la considèrent pas comme un phénomène de masse (Husson-Traoré, 2008). D’autres au contraire revendiquent l’idée selon laquelle cette expression individuelle participe d’une logique collective et relève en cela d’une « action collective individualisée » (Micheletti, 2003, 2004 ; Trautmann, 2004 ; Dubuisson-Quellier et Barrier, 2007). Pour Gendron et al. (2006), le recours systématique au consumérisme politique pour défendre une cause donnée engendrerait même « un déploiement inédit des nouveaux mouvements sociaux économiques ».

La consommation responsable peut en fait prendre une forme individuelle (boycott et buycott via les labels syndicaux, sociaux et environnementaux) ou collective (mouvements coopératifs et systèmes d’échanges alternatifs).

Elle s’inscrit, au côté de pratiques sociales élargies comme la simplicité volontaire ou les actions antipublicitaires, dans le champ plus large de la consommation engagée telle que décrite par Dubuisson-Quellier (2009) (Tableau n° 1).

La consommation responsable se distingue aussi de la « consommation durable », qui fait explicitement référence au concept de développement durable et notamment à sa dimension environnementale. D’après Cooper (2008), les premières approches de la consommation durable étaient principalement axées sur la fourniture d’informations aux consommateurs par le biais de labels écologiques, de façon à ce qu’ils choisissent les produits les moins préjudiciables pour l’environnement. Les biens durables sont censés à la fois répondre à des besoins sociaux et améliorer la qualité de la vie avec un coût environnemental minoré.

Le caractère flou du concept de consommation responsable, qui regroupe à la fois des actes individuels (« achat de produits issus du commerce équitable », « installation de panneaux solaires »…) et collectifs (« adhésion à une coopérative de consommateurs ») peut influer sur le mouvement de manière paradoxale. En effet, d’une part, en étant un concept fourre-tout, il permet de rassembler plus largement, au-delà des marqueurs distinctifs. Mais d’un autre côté, il risque d’être dévoyé au profit d’autres mots d’ordre, notamment la « consommation raisonnée ».

2.      Du XIXe au XXIe siècle : la double dualité de la consommation responsable à travers l’histoire

La consommation responsable prendrait racine dans l’expression de ce que Boltanski et Chiapello (1999) ont désigné comme la critique artiste, c’est-à-dire une contestation qui s’exprime dès le milieu du XIXe siècle pour dénoncer le capitalisme à la fois comme source d’oppression, de désenchantement et d’inauthenticité. Cette critique s’enracine dans une tradition d’activisme des consommateurs ayant pris des formes différentes selon les pays : le boycott dans les pays anglo-saxons et nordiques, les ligues sociales d’acheteuses ou encore le mouvement coopérativiste en France (Dubuisson-Quellier, 2009). Après la seconde guerre mondiale s’ouvre une ère moins contestataire. La paix sociale est « achetée » par la consommation. Le modèle fordiste s’appuie sur la production de masse et la consommation de masse, fournissant à chaque ouvrier les moyens salariaux d’acheter les produits sur lesquels le développement économique s’appuie. La crise du modèle économique d’après-guerre à partir des années 1970 marque incontestablement un tournant. Après un certain déclin, la consommation responsable renaît depuis les années 1970 en lien avec la crise économique, sociale et écologique qui fait suite à la période de croissance rapide des Trente glorieuses. Elle entretient des liens avec le discours critique du tournant des années 1970 contre la société de consommation, notamment en réactivant la dénonciation d’une société du faux et du fabriqué. Cependant, elle n’en épouse pas totalement les contours puisqu’elle pointe aussi les capacités de récupération de la critique par la société marchande elle-même.

Les historiens ont montré les liens très étroits qu’entretenait l’activisme des consommateurs avec l’avènement de la société de consommation. Les mouvements précurseurs apparus en même temps que l’industrialisation proposaient déjà des modèles dans lesquels les individus ne sont pas seulement des « consommateurs » (dimension économique) mais également des citoyens (dimension politique) qui veulent influer sur la marche globale de la société. Les évolutions ultérieures du « consumérisme politique » (Micheletti, 2003, 2004) et de la « politisation des marchés » (Cochoy, 2008) constituent de ce fait un simple « réveil » du consommateur-citoyen et non son invention, comme le montre l’histoire souvent méconnue du label syndical ou des coopératives de consommation du XIXe siècle. Toutefois, « Les Fils de la Liberté[10] ou les ligues sociales d’acheteurs auraient peine à reconnaître leurs descendants dans les buycotteurs ou boycotteurs d’aujourd’hui. Massivement diffusées en Europe du Nord et de l’Ouest, ces pratiques y constituent le répertoire familier des classes moyennes tertiaires et éduquées » (Bozonnet, 2010). Et si ces contestations sont aussi vieilles que la révolution industrielle, ce n’est que récemment que les consommateurs commencent à obtenir gain de cause (Beck, 2004 ; Jacquiau, 2000). Ce bref rappel histoire montre qu’il faut distinguer les pratiques individuelles puis collectives de la consommation responsable et mettre en exergue les pratiques collectives individualisées ?

2.1 La consommation responsable : une approche historique

Les pratiques individuelles de la consommation responsable, à savoir le boycott et le buycott, plongent leurs racines respectivement à la fin du XVIIIe et du XIXe siècle. Les pratiques de boycott ont été nombreuses à partir de la fin du XVIIIe siècle. Un des exemples les plus connus est certainement la « Tea Party » de 1773 aux États-Unis durant laquelle les colons américains jettent du thé importé d’Angleterre dans la baie de Boston. Les pratiques de boycott deviennent une arme de protestation aussi bien pour les syndicats que pour tout groupe de population manifestant son mécontentement.

À côté des pratiques de boycott se sont développées également des tentatives d’incitation à l’achat sélectif, ou buycott. La pratique ne consiste plus seulement à ne pas consommer certains produits, elle vise surtout à réaliser un tri sélectif dans les produits consommés. Le concept de buycott permet de compléter la typologie des voies d’action face aux défaillances des entreprises et des institutions proposée par Hirschman (1972) : la voie de la défection (exit) et la voie de la prise de parole (voice). La voie de la défection correspond au boycott. La voie de la prise de parole, ou protestation, est caractérisée par le fait que les clients de la firme expriment leur mécontentement en s’adressant soit à la direction, soit à une autorité qui a prise sur la direction, soit encore à l’opinion publique. Quant au buycott, il correspond à un nouveau type de comportement, nommé entry ou voie de l’adhésion, par opposition à la voie de la défection (exit) (Micheletti, 2003). Un des cas les plus connus est probablement celui relatif à la lutte contre l’esclavagisme dans la première moitié du XIXe siècle. Les militants des « produits libres », c’est-à-dire non fabriqués par des esclaves incitaient non seulement les sympathisants à ne plus consommer de produits fabriqués par les esclaves, mais parallèlement créent leurs propres magasins revendant uniquement des « produits libres » (Glickman, 2005). La seconde moitié du XIXe siècle verra cette forme d’action reprise par les syndicats. Le premier label est créé dès 1875 par des cigariers de San Francisco. Ils sont alors confrontés à la concurrence de cigariers employant des ouvriers immigrants chinois, payés deux fois moins chers. Ils décident d’apposer sur leurs boîtes de cigares un timbre avec la mention « made by White Men » pour distinguer leurs produits de ceux fabriqués par les ouvriers chinois (Choppé, 1908 ; Le Crom, 2004).Une seconde expérience de cigariers, menée à Saint Louis cette fois, est constituée par la création d’une marque qui reconnaît que le travail a été payé au prix demandé par les ouvriers. Ces expériences aboutiront à l’adoption en 1880 d’une résolution de l’Union internationale des cigariers d’Amérique en faveur de l’usage de labels pour les produits réalisés par des ouvriers syndiqués. Le label représente donc à ses origines une action syndicale basée sur le soutien des consommateurs. Aux États-Unis, d’autres syndicats suivront la voie tracée par les cigariers (chaussure, vêtement, typographie, etc.) avec les labels « Union made ».

L’introduction en France du label syndical, ou marque syndicale, par les syndicats de travailleurs a eu beaucoup moins de succès que dans les pays anglo-saxons. L’initiative en revient dès 1895 au syndicat des typographes (Le Crom, 2004). Adopté par quelques syndicats seulement (boulangers et blanchisseurs des associations coopératifs, coiffeurs, métiers du livre), le boycott et la grève lui sont préférés comme « armes syndicales » par la Confédération Nationale du Travail (CGT). Le pragmatisme de la fédération du Livre, qui défend le label, s’oppose idéologiquement à la théorie de la grève générale défendue alors par les syndicalistes révolutionnaires (Le Crom, 2004).

Plus tard en 1960, le label renaîtra sous une forme bien différente avec le label rouge (aviculture) et les labels régionaux agricoles. L’appellation d’origine contrôlée (AOC), l’appellation d’origine protégée (AOP), l’indication géographique protégée (IGP), la spécialité traditionnelle garantie (STG) et l’agriculture biologique (AB) viennent compléter la liste des marqueurs officiels de qualité gérés par le ministère de l’agriculture. Parallèlement, se développent les labels sociaux et environnementaux créés et gérés principalement par des ONG. Le développement de ce derniers type de labels (écolabels, label « AB », label Max Havelaar, label FSC, label Cosmébio, etc.[11]) dans les années 1990 marque un certain changement de nature dans les pratiques de consommation responsable. Des pratiques de boycott caractéristiques des décennies soixante à quatre-vingt, on évolue vers des pratiques de buycott. L’achat de produits issus du commerce équitable constitue ainsi une nouvelle forme de buycott. Il en constitue même pour Micheletti (2004) une forme de « consumérisme politique » très intéressante dans la mesure où « ce dispositif est bien connecté aux instituts politiques, aux agences d’aide internationale, aux organisations non gouvernementales, et aux instituts universitaires qui s’intéressent au commerce et à l’équilibre des pouvoirs entre les pays du Nord et le Tiers-Monde ».

En ce qui concerne les formes collectives de la consommation responsable, les utopistes associationnistes du XIXe siècle et du début du XXe siècle (principalement les owenistes en Grande-Bretagne, les saint-simoniens, buchéziens, fouriéristes[12] et disciples de l’école de Nîmes en France) ont loué les vertus d’associations d’ouvriers qui prendront la forme de coopératives de production et de coopératives de consommation (Gueslin, 1998). Ils ont ainsi initié l’idée de la consommation responsable sous sa forme collective dans une visée émancipatrice de la classe ouvrière. Pour Chanteau (2008), les sociétés coopératives de consommation constituent une forme historique de commerce équitable, le « commerce équitable associationniste », différent du commerce équitable interétatique et du commerce équitable sectoriel qui lui succèderont. Cependant, la coopération de consommation du XIXe siècle est marquée par un « dualisme d’inspiration » avec d’un côté le versant libéral et patronal et de l’autre le versant socialiste et solidariste (Gueslin, 1996).

Du côté de la coopération « patronale », celle-ci ne constitue qu’un moyen de paix sociale, et non un idéal (Gueslin, 1996). Les économats (par exemple l’Épargne de Longwy-Bas chez Huart frères ou encore la coopérative des mineurs d’Anzin) et les quasi-économats (par exemple la Fraternelle de Valentigney dans le Doubs) qui se développent dépendent du patronat et les crédits accordés sont souvent retenus directement sur les salaires.

À l’inverse, du côté solidariste et socialiste[13], la coopération constitue une véritable utopie sociale. Ces coopératives de consommation (par exemple la « Ruche Nancéenne » ou encore l’« Union de Limoges » pour les coopératives solidaristes ; la « Paix » de Roubaix ou encore la « Revanche Prolétarienne » de Carmaux) fonctionnent globalement selon les principes fondateurs des Équitables pionniers de Rochdale initiés par Charles Howarth (owenistes) : principe de la ristourne, fonctionnement démocratique (une personne = une voix) et libre adhésion[14]. Charles Gide, grande figure de l’école de Nîmes, insistait sur la responsabilité sociale du consommateur (1904). Pour citer Gide (1889) « Qu’est-ce que le consommateur, disent-ils ? Rien ; que doit-il être ? Tout… ». Pour Gide et son utopie de République Coopérative, le consommateur devait se constituer en figure active et organisée collectivement à travers les sociétés coopératives de consommation (Gueslin, 1996 ; Guillaume, 2007). Pour Gide, les coopératives de consommation ne se résument pas à « une œuvre de salut individuel » qui servirait de « barrage contre le socialisme » ou de « paratonnerre contre la révolution » mais devaient constituer une véritable œuvre de transformation sociale (Gide, 1947). On peut aussi citer ici l’œuvre originale de Jean-Baptiste André Godin (1871), inspiré par Fourier et qui, à travers son familistère, se focalisait sur la responsabilité de l’entrepreneur via diverses institutions sociales dont des magasins de consommation (Ballet et al., 2011 ; Boutillier, Ndiaye et Ferreira, 2011 ; Lallement, 2009).

Si en 1922 la France comptait 3 840 coopératives de consommation et un total de plus de 2,3 millions de sociétaires (Gueslin, 2001), aujourd’hui les coopératives de consommateurs ont quasiment disparu de l’univers familier des Français. La Fédération Nationale des Coopératives de Consommateurs (FNCC) créée en 1912 à l’initiative de Jean Jaurès ne compte « plus aucun adhérent dans la capitale et fort peu en province » (Meusy, 2001, p. 7), à savoir quatre coopératives régionales. Les coopératives de consommation, et notamment les magasins Coop, continuent de se développer jusque dans les années 1960 (Marenco, 1986 ; Zimmer, 2011). Par la suite, en France comme dans de nombreux pays européens (Brazda et Schediwy, 2003), elles ne résisteront pas à l’ascension de la grande distribution ainsi qu’à l’individualisation de la société qui se traduit par un désintéressement des sociétaires par rapport au projet initial. On peut noter ici que la concurrence viendra de structures relevant de l’économie sociale, avec le commerce associé tel que pratiqué par des coopératives de commerçants (Leclerc, Système U).

Les années 1980 sont marquées par le développement de nouveaux types de structures de consommation alternative, à savoir les boutiques de commerce équitable de la fédération Artisans du Monde (statut associatif) et les coopératives de consommateurs de produits biologiques, qui se regroupent en 1986 au sein de la fédération Biocoop[15] (Rimsky-Korsakoff, 2003).

Dans les années 2000 en France, les coopératives de consommation semblent renaître à travers les Associations pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne (AMAP) inspirées des Tekei japonais et des Community Supported Agriculture (CSA) nord-américains. D’après le mouvement interrégional des AMAP, en 2010, celles-ci seraient au nombre de 1 200 en France, la première AMAP ayant été créée en 2001 (Lamine, 2008). Les Systèmes d’Échanges Locaux (SEL) et les monnaies complémentaires locales (par exemple le SOL-violette de Toulouse ou l’abeille de Villeneuve-sur-Lot) participent probablement de ce renouveau.

Parallèlement, le thème de la consommation responsable est récupéré par la grande distribution, qui développe ses propres « clubs » de consommateurs responsables, à l’image du « club consommation responsable » de l’enseigne E. Leclerc[16].

2.2  « Consommation alternative » versus « consommation raisonnée »

La consommation responsable a, depuis ses origines, eu tendance à se diviser en deux branches, que nous serons amenés ici à qualifier de consommation alternative pour la première, et de consommation raisonnée pour d’autres.

Rochefort (2007) propose une typologie de la consommation citoyenne en activant trois types de consommateurs :

1)   la « consommation réfléchie », qui constitue la définition la plus large et la moins impliquante. L’objectif est de chercher à protéger les emplois et les métiers traditionnels, forme de résistance à la mondialisation (80 % de la population) ;

2)    la « consommation éthique », quant à elle, fait appel à des valeurs humanistes notamment la juste répartition des ressources ;

3)    une « consommation alternative » qui se soucie de l’écologie et de la planète, dans une posture critique radicale « de l’industrialisation excessive ». Elle tisse des liens avec l’« alterconsommation » portée par une minorité (5 à 10 % de la population).

En partant de l’hypothèse que la consommation responsable est effectivement plurielle, nous proposons pour notre part de l’analyser selon deux axes : celui de la visée sociale, opposant la transformation sociale au maintien de l’ordre social ; celui de la dimension collective, opposant l’action collective à l’action collective individualisée.

Au fil de l’histoire, la consommation responsable a toujours été duale en ce qui concerne sa visée de transformation sociale (tableau n° 2). Comme nous l’avons vu pour le XIXe siècle, la coopération patronale (économats et quasi-économats) qui tente d’« acheter » la paix sociale s’oppose à la coopération solidariste de Gide et à la coopération d’inspiration socialiste voire communiste. La première relève d’une simple consommation raisonnée alors que la seconde se fonde sur une véritable consommation alternative. Aujourd’hui, en ce qui concerne les formes collectives, la consommation alternative peut être représentée par exemple par les AMAP, les SEL et les magasins de produits biologiques et équitables relevant des structures de l’économie sociale et solidaire (coopératives, entreprises d’insertion). La consommation raisonnée peut être pour sa part symbolisée par le « club consommation responsable » d’E. Leclerc qui propose aux adhérents des bons de réduction sur les produits bio et équitables. Pour Yann Fiévet (2010), président de l’association Action Consommation, « le concept de consommation responsable (…) est dévoyé au profit d’une consommation simplement ‘raisonnée’. Il existe pourtant une contradiction profonde entre ces deux modèles ». Et si l’essaimage des AMAP est un succès, certains redoutent déjà la récupération du concept des paniers par des structures capitalistes ou de sa boboïsation, excluant les classes populaires.

En ce qui concerne l’action collective individualisée marquée par le buycott, nous optons ici pour le classement des labels syndicaux du XIXe ainsi que les labels sociaux et environnementaux dans la catégorie de la consommation raisonnée du fait de leur absence de contestation des circuits de distribution classiques. Le mouvement du commerce équitable labellisé Max Havelaar vendu dans la grande distribution est en effet très différent de celui représenté par les magasins du monde. Il en de même pour les produits biologiques d’un label identique vendus en grande surface ou dans une coopérative bio. La dualité de la consommation montre qu’au delà du produit, ce sont des logiques de consommation qui, parce qu’inscrites dans des modes de vie conflictuels, dès lors que l’on se réfère aux valeurs, animent ces dynamiques. La complexité de l’univers des systèmes de consommations alternatives appelle pourrait nécessiter un accompagnement des consommateurs dans leurs choix de consommation. L’animation est-elle capable de relever le défi ?

3.      La consommation responsable : quel rôle pour l’animation sociale et socioculturelle

La prise de conscience des effets négatifs des modes de consommation dominants sur la santé, l’environnement, les structures sociales et la montée des formes d’organisations de l’économie sociale et solidaire amènent à se demander si une certaine pédagogie pour se familiariser avec le nouveau contexte n’était pas opportune. Avec cette volonté transformationnelle, l’animation sociale et socioculturelle peut constituer un levier important. Elle peut participer à la diffusion des pratiques de consommation responsable. L’animation est entendue ici comme un bras armé de l’éducation populaire. Le moyen structurel propre à l’éducation populaire est la vie associative volontaire à but non lucratif, elle-même subordonnée à l’existence d’un temps libre réel pour les citoyens qui veulent y participer (Laurain, 1977). Si le modèle associatif est considéré comme le modèle du socialisme autogestionnaire, l’éducation populaire elle se revendique d’une auto-éducation du peuple par le peuple. Ce qui autorise Maurel (2010) à penser que l’éducation populaire est l’ensemble des pratiques éducatives et culturelles qui œuvre à la transformation sociale et politique, à l’émancipation des individus et du peuple, et à leur puissance démocratique d’agir.

C’est dans ce contexte de forte volonté transformationnelle de la part de certains acteurs de l’économie sociale et solidaire, que certains centres sociaux, aux frontières entre économie sociale et solidaire et éducation populaire, organisent des « écoles de consommateurs » ou encore des débats sur la « politisation de l’assiette » (maison de quartier Coluche à Romans sur Isère). En retour, la montée en puissance de la consommation responsable peut aussi être source d’emploi pour les animateurs.

Mais de par sa visée émancipatrice, le champ de l’animation sociale et socioculturelle a « naturellement » plus d’affinités avec la consommation « alternative » qu’avec la consommation « raisonnée ». Dans cette logique les efforts pourraient donc s’orienter vers la promotion de systèmes d’échanges locaux (SEL), de réseaux d’échanges réciproques de savoirs (RERS), d’associations pour le maintien de l’agriculture paysanne (AMAP)… plus que vers la promotion des labels de la consommation raisonnée. Ainsi, dans le but de développer de nouveaux espaces de sensibilisation à la consommation alternative, les centres d’animation peuvent dans un premier temps être des lieux d’accueil hebdomadaire pour la livraison des paniers ou pour les bourses locales d’échange des SEL. De nombreuses expériences montrent que ce type de partenariat apparaît comme « naturel » entre les AMAP et les centres sociaux. C’est le cas notamment de l’association Terre d’Adèles et le centre social Alain Coudert à Pessac avec la mise à disposition d’un local pour la distribution des paniers. Certains partenariats incluent même le concept de « panier du lieu », c’est-à-dire un panier donné par l’AMAP au centre d’animation qui l’utilise dans le cadre des ateliers cuisine, en contrepartie de la mise à disposition d’un local (cas du partenariat entre l’AMAP La cagette de Belleville et le centre d’animation de la place des fêtes).

Ce faisant, au-delà de constituer de simples lieux d’accueil pour la distribution des paniers d’AMAP, comme cela se fait couramment, les centres d’animation pourraient participer directement à la création et à l’animation de groupements d’achats ou d’AMAP, à l’image de l’AMAP de la maison de quartier Coluche à Romans sur Isère. Ainsi, ils participent à la réinterprétation de relations nouvelles entre producteurs et consommateurs, voire à la requalification des personnes en « prosommateurs » (Da Silva, 2011)[17].

Conclusion

L’émergence de nouveaux modes de consommation est un des faits marquants des deux dernières décennies. Ces nouveaux modes cherchent à développer des voix discordantes au catéchisme du marché et son objectif fatal de toujours consommer plus ! Outre l’accélération de la vie sociale qu’induit cette perspective, d’autres effets pervers lui sont désormais reconnus : problèmes sanitaires, sociaux, écologiques et économiques. Devant ces effets indésirables des modes de consommation dominants, les consommateurs, par leurs actes d’achat savent pouvoir opter pour des produits respectueux de leurs valeurs politiques, éthiques et morales. Ces actions de contestation et de recherches d’alternatives trouvent un écho favorable auprès des acteurs de l’éducation populaire et de l’économie sociale et solidaire. Puisque nous montrons l’apparition de nombreuses structures de l’animation sociale et socioculturelle qui se sont déjà appropriées les enjeux politiques de la consommation et œuvrent à la mise en place de circuits alternatifs porteurs d’une plus grande cohésion sociale. Au-delà de la reconnaissance de l’intérêt de la consommation responsable en termes d’animation, le développement de pratiques d’animation autour de la consommation responsable suppose trois préalables. Tout d’abord, les animateurs doivent être formés à la complexité des enjeux de la consommation responsable. Ensuite les projets pédagogiques des différentes structures doivent intégrer ces nouveaux enjeux. Cela suppose enfin que les publics soient réceptifs voire demandeurs de ces évolutions. Notons finalement qu’en ce qui concerne l’alimentation, la promotion de la consommation responsable rejoint aussi des enjeux importants en termes d’accès à une alimentation de qualité pour tous.

Références bibliographiques

Association Biodiversité Culturelle. 2007. Les créatifs culturels en France, Yves Michel.

Azam G. et al. 2007. « Construire un monde écologique et solidaire », L’Économie politique, 2007/2 n° 34, p. 60-71.

Ballet J., de Bry F., Carimentrand A., Jolivet P. 2011. L’entreprise et l’éthique. Nouvelle édition augmentée. Paris, éditions du Seuil.

Beck U. 2004. Pouvoir et contre-pouvoir à l’heure de la mondialisation. Paris, Flammarion.

Boltanski L., Chiapello È. 1999. Le nouvel esprit du capitalisme, Gallimard.

Boutillier S., Ndiaye A., Ferreira N. 2011. « Le travail et l’utopie. Analyse du travail dans les théories de Sismondi, Fourier, Proudhon, Marx, Engels, Godin et Lafargue », en collaboration avec Boutillier S. & Ferreira N., XIe Rencontres du Réseau Inter-Universitaire de l’Économie Sociale et Solidaire (RIUESS) Poitiers / 15-17 juin 2011 « L’économie sociale et solidaire et le travail », 36 p. consultable en ligne : http://www.riuess.org/index.php?option=com_content&task=blogsection&id=9&Itemid=27

Bozonnet J.-P. 2010. « Boycott et « buycott » en Europe. Écocitoyenneté et culture libérale », Sociologies pratiques, 2010/1 n° 20, p. 37-50.

Carimentrand A., Requier-Desjardins D., 2009. « Certification et développement durable » Éthique et Économique, Volume-6-Numero-2, numéro spécial, http://ethique-economique.net/Volume-6-Numero-2.html

Celavar et Inra. 2011. « Circuits courts et cohésion sociale. Capitalisation et analyse d’expériences conduites sur les territoires ruraux et périurbains », Celavar et Inra, 40 p.

Centre d’analyse stratégique. 2011. Pour une consommation durable, Rapport de la mission présidée par Élisabeth Laville pour le centre d’analyse stratégique, 183 p.

Chanteau J.-P. 2008. « La diversité des « commerces équitables » face aux inégalités économiques. Une analyse institutionnaliste comparative ». Revue Tiers-Monde, n° 195, p 555-572.

Chessel M.-E. 2003. « Aux origines de la consommation engagée : la Ligue sociale d’acheteurs (1902-1914) », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2003/1 n° 77, p. 95-108.

Chessel M.-E. 2011. « Le genre de la consommation en 1900. Autour de la Ligue sociale d’acheteurs », L’Année sociologique, 2011/1 Vol. 61, p. 125-149.

Cochoy F. 2008. « Faut-il abandonner la politique aux marchés ? Réflexions autour de la consommation engagée », Revue Française de Socio-Économie, 2008/1 n° 1, p. 107-129.

Corre M.-F. 2008. La consommation responsable de A à Z. Village Mondial Pearson, 455 p.

Cooper T. 2008. « Produire ou ne pas produire ? Est-il justifié de croire en la souveraineté du consommateur ? » L’Économie politique, 2008/3 n° 39, p. 32-41.

Da Silva A. 2011. « Former des professionnels d’animation socioculturelle et d’éducation sociale pour l’économie sociale et solidaire et les clubs de troc », Communication au 5è colloque international du Réseau International de l’Animation, IEPSA, Saragosse, 26-28/10/2011, 14 p.

de Bouver E. 2011. « La simplicité volontaire », in Pleyers G. (dir.) La consommation critique. Mouvements pour une alimentation responsable et solidaire. Paris, Desclée de Brouwer.

Delpal F., Hatchuel G. 2007. « La consommation engagée s’affirme comme une tendance durable », Consommation et modes de vie n° 201, mars 2007, CRÉDOC.

Dubuisson-Quellier S. 2009. La consommation engagée, Éditions des Presses de Sciences Po, 143 p.

Dubuisson-Quellier S., Barrier J. 2007. « Protester contre le marché : du geste individuel à l’action collective. Le cas du mouvement anti-publicitaire », Revue française de science politique, Vol. 57, p. 209-237.

Flipo F. 2007. « Voyage dans la galaxie décroissante », Mouvements, n°50, p. 143-151.

Gendron C., Lapointe A., Champion E., Belem G., Turcotte M.-F. 2006. « Le consumérisme politique : une innovation régulatoire à l’ère de la mondialisation », Interventions économiques, n° 33, Université du Québec à Montréal, avril.

Gide C. 1889. La coopération. Des transformations que la coopération est appelée à réaliser dans l’ordre économique.

Gide C. 1904. Les sociétés coopératives de consommation.

Gide C. 1947. L’école de Nîmes, réédition du cours de 1925-1926.

Glickman L. 2005. « Acheter par amour de l’esclave : l’abolitionnisme et les origines du militantisme consumériste américain », in Chatriot A., Chessel M.-E., Hilton M. (dir.) Au nom du consommateur, consommation et politique en Europe et aux Etats-Unis au XXe siècle. Paris, La découverte.

Godin J.-B. A. 1871. Solutions sociales, Paris.

Granier C. 2008. « La publicité politisée : éloge de la transparence, ellipse de la responsabilité », Les Enjeux de l’information et de la communication, 2008/1 Vol. 2008, p. 10-19.

Gueslin A. 1996. « Usager-Consommateur et Économie Sociale au XIXe siècle », in Horellou-Lafarge C. (dir), Consommateur, Usager, Citoyen : quel modèle de socialisation ? Paris, L’Harmattan.

Gueslin A. 1998. L’invention de l’économie sociale. Idées, pratiques et imaginaires coopératifs et mutualistes dans la France du XIXème siècle. Paris, Economica.

Gueslin A. 2001. « La coopération : modèle original ou tentative d’adaptation ? », in Meusy J.-J. (dir.) La Bellevilloise -1877-1939), une page de l’histoire de la coopération et du mouvement ouvrier français. Paris, Creaphis.

Guillaume C. 2007. « Les coopératives de consommation », Cahiers Charles Fourier, n° 18. http://www.charlesfourier.fr/IMG/_article_PDF/charlesfourier_article_525.pdf

Husson-Traoré A.-C. 2008. « La consommation durable n’est pas un phénomène de masse », http://www.novethic.fr/planete/economie/consom_action/la_consommation_durable_n_est_pas_phenomene_masse/115220.jsp

Illich I. 1973. La Convivialité, Seuil, Paris.

Jacquiau C. 2000. Les coulisses de la grande distribution, Albin Michel.

Lafargue P. 2000. Le droit à la paresse, Editions mille et une nuits, édition originale 1880.

Lallement M. 2009. Le travail de l’utopie. Godin et le Familistère de Guise, Belles lettres.

Lamine C. 2008. Les AMAP : un nouveau pacte entre producteurs et consommateurs ? Éditions Yves Michel, coll. Société civile.

Laurain J. 1977. L’éducation populaire ou la vraie révolution, Paris, Éditions de correspondance Municipale – ADELS.

Laville É., Balmain M. 2006. Achetons responsable ! Mieux consommer dans le respect des hommes et de la nature. Paris, Le Seuil.

Le Crom J.-P. (2004). « Le label syndical », in Le Crom (dir.), Les acteurs de l’histoire du droit du travail. Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Löwy M. 2008. « Crise écologique, capitalisme et altermondialisme. Un point de vue écosocialiste », Actuel Marx, PUF, n ° 44.

Marenco C. 1986. « Conditions d’émergence et processus de développement des coopératives de consommation : deux cas, deux crises, France-Québec », Recma, n°19.

Maurel C. 2010. Éducation populaire et pouvoir d’agir. Les processus culturels de l’émancipation, Paris, Éditions L’Harmattan.

Meusy J.-J. 2001. « Introduction », in Meusy J.-J. (Dir.) La Bellevilloise -1877-1939), une page de l’histoire de la coopération et du mouvement ouvrier français. Paris, Creaphis.

Micheletti M. 2003. Political Virtue and Shopping: Individuals, Consumerism, and Collective Action, Palgrave, Macmillan.

Micheletti M., Follesdal A., Stolle D. (eds.) 2003. Politics, Products, and Markets, Transaction Publishers, New Brunswick.

Micheletti M. 2004. « Le consumérisme politique : une nouvelle forme de gouvernance transnationale ? », Sciences de la société, n° 62, mai, p. 119-142.

Novel A.-S.2010 Le guide du locavore pour mieux consommer local. Editions Eyrolles.

OCDE. 2002. Vers une consommation durable des ménages ? Synthèses (OCDE), septembre.

Olivier V., Coquart D. 2010. « Les AMAP : une alternative socio-économique pour des petits producteurs locaux ? », Economie rurale, n°318-319.

Peretti J. 2001. « My Nike media adventure », The Nation (www.thenation.com), 9 avril 2001.

Rabhi P. 2010. Vers la sobriété heureuse. Paris, Actes Sud.

Rémond A. 2009. « Responsabilité sociale des entreprises et capitalisme financier : pourquoi la régulation fait défaut », Revue Française de Socio-Économie, 2009/2 n° 4, p. 155-175.

Ripoll F. 2011. « Les AMAP : une diversité de pratiques et de significations », in G. Pleyers (dir.) La consommation critique. Mouvements pour une alimentation responsable et solidaire. Desclée de Brouwer, Paris, pp. 69-90.

Rochefort R. 2007. Le bon consommateur et le mauvais citoyen. Editions Odile Jacob, Paris.

Rumpala Y. 2009. « La « consommation durable » comme nouvelle phase d’une gouvernementalisation de la consommation », Revue française de science politique, 2009/5 Vol. 59, p. 967-996.

Sylvander B. (2000). « Les tendances de la consommation de produits biologiques en France et en Europe : conséquences sur les perspectives d’évolution du secteur », in Allard G., David C., Henning J. (eds). L’agriculture biologique face à son développement : les enjeux futurs. Paris, INRA-Editions.

Tagbata D., Siriex L. 2008. « Apports et limites de la double labellisation bio et équitable pour les consommateurs », Economies et sociétés, 42 (11-12), 2127-2148.

Trautmann F. 2004. « Pourquoi boycotter ? Logique collective et expressions individuelles : analyse de systèmes de représentations à partir du cas Danone », Le Mouvement Social, 2004/2 n° 207, p. 39-55.

Waridel L. 2005. Acheter, c’est voter, Écosociété, Montréal.

Zaoual H. 2012. « Après l’Est, l’ouest : l’effondrement des puissants vu du Sud », Repères et Perspectives, n° 13-14, p. 201-212.

Zimmer M. 2011. « Les AMAP en France : entre consommation de produits fermiers et nouvel ordre de vie », in G. Pleyers (dir.) La consommation critique. Mouvements pour une alimentation responsable et solidaire. Desclée de Brouwer, Paris, p. 47-67.


[1] De nombreux sites internet ont vu le jour récemment, on peut visiter le site : « mes courses pour la planète » par exemple.

[2] Le CRÉDOC (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie) est une association loi 1901 subventionnée par l’État. Ethicity est une agence indépendante spécialisée dans le conseil en stratégie de développement durable.

[3] L’enquête « Les Français et la consommation responsable » d’Ethicity a été menée par TNS Media intelligence auprès de 4373 individus âgés de 15 à 70 ans. Elle a été administrée par voie postale en février et mars 2010 en collaboration avec Aegis Media Expert et en partenariat avec l’ADEME à l’occasion de la Semaine du Développement Durable 2011.

[4] En France, le chiffre d’affaires des produits biologiques a atteint 3 milliards d’euros en 2009 soit un quasi doublement par rapport à 2005 (source : Agence bio). Le chiffre d’affaires des produits labellisés Max Havelaar s’est pour sa part élevé à 303 millions d’euros en 2010 contre 120 millions en 2005 et 12 millions en 2001 (source : Max Havelaar France).

[5] Pratique de consommation consistant à privilégier l’achat de produits locaux, c’est-à-dire élaborés dans un environnement géographique proche.

[6] À la manière des effets « vaches folles » et « OGM » mis en avant par Sylvander (2000) dans son analyse sur les générations de consommateurs de produits biologiques.

[7] Les sweatshops ou « ateliers de fabrication à sueur » sont des entreprises de la confection, notamment, mais pas exclusivement, implantées en Indonésie ou aux Philippines qui produisent une bonne partie de la production des firmes multinationales. Elles sont compétitives parce que ne respectant pas les normes sociales et environnementales.

[8] La convivialité est définie par Ivan Illich comme étant l’inverse de la productivité, c’est-à-dire comme le processus qui permet de remettre l’outil ou la machine à sa place. Inverser le processus d’aliénation de l’homme et de l’outil sensé le libérer des travaux pénibles.

[9] Cette définition montre que les « créatifs culturels » ne constituent pas un « groupe » à proprement parler mais d’un ensemble d’individus partageant partie ou totalité de ces valeurs et attributs.

[10] En référence à la Boston Tea Party de 1773 que nous évoquons plus loin.

[11] Cosmébio pour la cosmétique écologique et biologique, FSC pour Forest Stewardship Council & MSC pour Marine Stewardship Council. Concernant la certification et le développement durable, voir Carimentrand, Requier-Desjardins (2009) (dir.).

[12] Du nom de leurs maîtres respectifs, à savoir Robert Owen (1771-1858), Saint-Simon (1760-1825), Philippe Buchez (1796-1865) et Charles Fourier (1772-1837).

[13] Les coopératives solidaristes (ou « jaunes », d’inspiration gidienne, qui prônent la neutralité politique) se fédèrent en 1885, au sein de l’Union coopérative. Les coopératives socialistes (révolutionnaires, ou « rouges ») s’unissent en 1895, au sein de la Bourse des coopératives socialistes en 1900. Les coopératives solidaristes et socialistes s’unifient en 1912 sous l’impulsion de Charles Gide et de Jean Jaurès et donnent naissance à la Fédération Nationale des Coopératives de Consommateurs (FNCP), qui existe encore aujourd’hui.

[14] Le modèle socialiste, à la différence du modèle solidariste, rejette généralement le principe de la libre entrée en exigeant l’adhésion à une organisation ouvrière.

[15] Depuis 1993, la fédération Biocoop s’est ouverte aux structures de vente non coopératives. En 2006, seuls 40 % des 290 magasins Biocoop sont des structures de l’économie sociale.

[16] http://www.club-consoresponsable-leclerc.com/consommation-responsable.

[17] Le prosommateur est un producteur et consommateur en même temps. Il fréquente les clubs de troc et vit de sa production échangée et consommée. Cette figure, en faisant de l’acteur économique un schizophrène, constitue une critique encore plus radicale que l’AMAP qui se limite au rapprochement du consommateur au producteur.

Les effets de la participation au prisme des opérations françaises d’écoquartiers : entre incitations et risques pour l’engagement citoyen ?

Intervention au Congrès du GIS « Démocratie & Participation » – EHESS – 18 au 21 octobre 2011.

Pascal TOZZI, Nicolas D’ANDRÉA et Didier LAUGAA.

Le principe de participation est censé résulter d’une prise de conscience des impacts de certains projets d’aménagement ou d’équipement sur l’environnement, autant que d’une évolution dans la conception d’une concertation envisagée comme le préalable à la réalisation des projets d’aménagement du territoire1. Dans ce contexte, les démarches participatives, restent une voie intéressante pour une plus grande implication des différents groupes d’acteurs dans la mise en œuvre d’un développement durable. Nous entendons ici par participation tout processus qui aide des individus à influencer les prises de décision qui les affectent et à prendre une certaine part dans le contrôle de ces décisions. Elle est aujourd’hui une prescription et un principe fondateur quand il s’agit de produire des « écoquartiers ». Dans cette démarche et pour les commanditaires, la qualité du processus d’élaboration va de pair avec la capacité d’y associer les habitants. Elle devient un argument dans la valorisation des opérations et un critère évoqué pour les différencier des quartiers « classiques ».

Une fois posée en principe, la participation doit encore se concrétiser par l’utilisation ou la mise en place de dispositifs devant permettre aux populations concernées de se saisir du projet aux différentes phases, depuis l’élaboration jusqu’à la gestion durable du quartier. Le problème est de passer de l’injonction de durabilité urbaine (avec son fameux triptyque social / environnemental / économique) à la mobilisation réelle, à l’acquisition de comportements afférents – dits « écocitoyens » – ; le tout impliquant la création d’une dynamique sociétale qui favoriserait la prise en charge participative et pérenne du cadre de
vie. A partir d’une première analyse des discours de projet et de relevés d’expériences, éléments d’étape du programme de recherche PAGODE2 ayant pour point de départ l’exploitation en cours des dossiers des candidatures présentées par les municipalités au Concours national EcoQuartiers (lancé en 2009 par le MEEDEM), il s’agit ici d’inférer un questionnement et des hypothèses de travail concernant certains effets de la participation sur l’engagement citoyen.

Nous procèderons, tout d’abord, à une présentation du corpus EcoQuartiers 2010, tant du point de vue du dispositif d’évaluation d’une dimension participative des projets que des tendances générales en ressortant concrètement en matière d’implication des citoyens. Nous nous inspirerons plus particulièrement, ensuite, des observations préliminaires réalisées sur divers terrains, pour livrer de premières inductions typologiques, en lien avec le thème de cette journée d’étude. Il s’agira, enfin, de poser des pistes de réflexion complémentaires, plus délicates à objectiver.

I) La participation évaluée dans le 1er concours EcoQuartiers du Ministère du Développement Durable

Le ministère du Développement durable présentait son premier concours EcoQuartiers comme une réponse à la sollicitation de « nombreuses collectivités territoriales […] que ce soit en termes de suivi, d’évaluation, d’expertise et d’appui technique »3. La date limite de remise des dossiers préalablement fixée au 16 février 2009 a permis de recueillir 160 propositions, suivant une trame descriptive4 censée garantir une relative homogénéité de la présentation et faciliter l’évaluation. L’information sur la dimension participative des projets, susceptible d’en découler, est conditionnée par une invitation non évidente à développer cet aspect. Son espace d’expression est censé être le sous-dossier « conditions de réalisation du projet »5, à mettre en lien avec un laïus sur « le pilier social et sociétal », assez explicite quant à la participation, et sa traduction en grille d’évaluation dans la fiche n°3. Notons que cette grille, inspirée de la méthodologie de la grille RST02 du CERTU6 (avec des contraintes de simplification), structurant le pilier sociétal en 3 dimensions et 12 objectifs dont le substantif « participation » et ses dérivés disparaissent, incite finalement assez peu les candidatures à mettre en exergue ce thème. D’autant que l’on revendique « d’aller plus loin sur les aspects écologiques et environnementaux » dans la grille, et que le concours prime in fine des catégories d’excellence techno-environnementale7, en oubliant l’ingénierie sociale.

Le corpus résultant du concours EcoQuartiers n’est pas aussi homogène que souhaité. Les
informations normées souffrent parfois de lacunes ou de catégories peu claires.
Qualitativement, l’effort inégal de description des projets et la diversité des thèmes mis en valeur constituent un socle riche d’informations, permettant a minima de saisir les grandes caractéristiques des projets. La référence à la dimension participative est parfois clairement posée, elle se trouve le plus souvent en filigrane, incarnée par des allusions dispersées à des actions et dispositifs. La réalité fine reste à faire émerger du terrain, un tel corpus renvoyant du discours de projet, des données déclaratives orientées par le cadre d’un concours. On peut toutefois s’interroger sur la discrétion du thème de la participation, au-delà des effets d’une incitation ambiguë. Le domaine est-il réellement une zone faible de l’urbanisme, y compris de celui censé être le plus novateur ? La temporalité des projets légitime une hypothèse d’explication partielle. Au dépôt du dossier, seuls 17% des projets étaient annoncés en phase « opérationnelle », le reste se partageant entre 36% en phase « pré- opérationnelle » et 34% en phase « amont » (le résidu est non identifié). Ainsi, la réponse au concours serait dans bien des cas trop précoce pour faire part d’intentions fortes ou d’expérience valorisante dans le champ de la participation.

Le jury du concours évaluant chaque objectif par une cotation de 0 à 3 étoiles dans la grille
évoquée ci-avant, il est possible d’en réaliser l’analyse statistique. Les évaluateurs n’ont pas attribué le même nombre de points selon les items. « Impliquer, écouter et décider » et « s’organiser, s’entourer et piloter » ont été les plus valorisés (251 et 263 points attribués au total). Tandis qu’une quarantaine de points en moins sont attribués à « Inscrire le projet… » et « Renforcer les liens sociaux » et que « Se respecter mutuellement, progresser ensemble…» ne représente que 189 points. Ces dernières dimensions étaient-elles plus délicates à évaluer, trop abstraites, ou sont-elles réellement plus négligées dans les projets ? La médiane comme la moyenne sont sensiblement proches de la valeur 9, dans une distribution fortement dispersée (cf. tableau). Un projet sur 10 (12 cas) obtient le score maximal. Logiquement, le score de participation est corrélé au degré d’avancement des projets (cf. tableau). En phase opérationnelle, 44% des projets obtiennent un excellent score (12 et +), contre 25% en phase d’étude ou pré-opérationnelle. Les projets en phase amont sont plus souvent non renseignés que ceux en phase pré-opérationnelle et rarement évalués moyens (de 9 à 11). Toutefois, parmi les 12 scores maximaux (15 points), la moitié correspond à des projets en phase amont contre quatre en phase opérationnelle.

Tendances : la complexification des situations communicationnelles et l’émergence d’espaces collectifs porteurs de nouvelles modalités de partage et de gouvernance

Même s’il est assez fruste, le contenu des dossiers offre quelques indices sur la dimension participative des projets. Le dépouillement d’un échantillon de 50 dossiers (sélectionnés parce qu’en phase opérationnelle ou présentant un intérêt particulier) permet de relever quelques tendances en matière de types d’initiative de concertation et plus largement de présence du pilier social dans les projets. Il ressort ainsi que 88% dossiers font référence à des réunions publiques ponctuelles ou à d’autres instances participatives, préexistantes ou pas (conseils de quartier, conseils consultatifs de secteur, groupes de travail). Pratique émergente, le travail coopératif au sein d’ateliers thématiques offre des situations d’interaction créative entre les différents acteurs (habitants, architectes, bailleur social, municipalité). Ces ateliers peuvent être éphémères ou permanents (Strasbourg). Ces modalités d’échange parfois originales, ouvertes par les élus locaux, apparaissent comme le canal privilégié de la concertation ; elles recèlent une hétérogénéité à prendre en compte en termes d’analyse d’effets.

Sont suffisamment récurrentes pour être rapportées, d’autres initiatives, comme l’édition de documents écrits ou audiovisuels (16% des dossiers) ou plus fréquemment le recours à des lieux pérennes d’animation et/ou d’exposition du projet (26%). Il peut s’agir d’un simple point d’information ou d’espaces plus ambitieux (maison des projets de Saint-Ouen, pavillon d’information Ile Seguin-Rives de Seine à Boulogne-Billancourt, le Hangar 32 de l’Ile de Nantes). Exposition permanente, supports multimédias, maquette géante, points conseil, muséographie, ces espaces de « médiation urbanistique » où l’on s’exprime, consulte, s’instruit et se divertit autour des évolutions en jeu sont parfois aussi proposées sur un mode éphémère. Dans ce que l’on peut classer dans la catégorie des « événementiels » (34% des dossiers en citent), encore plus disparate, la dimension festive est souvent présente (pique-niques, repas de quartier). L’animation apparaît aussi sous un angle pédagogique, avec par exemple, des diagnostics en marchant (Lille et Lomme) ou des jeux de piste (Grenoble). Toutes ces démarches qui jouent avec le temps du projet et l’élargissement des publics, ajoutent à la l’hétérogénéité des dispositifs et renvoient de fait à une complexification des situations communicationnelles.

En plus des dispositifs classiques de concertation, de ces lieux plus ou moins originaux favorisant les interactions autour du projet, l’intention participative se manifeste finalement dans les objets urbains mêmes. La prise en compte du pilier social, au-delà de l’impératif de mixité, trouve un fort écho dans les propositions concernant l’espace public. Ainsi, la pertinence de beaucoup de projets d’écoquartiers présentés au concours repose sur la référence à des pratiques de coopération, de coproduction encouragée, au sein de ce que l’on peut désigner comme des espaces collectifs, porteurs de nouvelles modalités de partage et de gouvernance. Dépassant la mythologie spatiale des espace publics producteurs de sociabilités citadines, apparaît une typologie de lieux favorisant les pratiques de mutualisation et d’échange concernant les déplacements, le bricolage, les problèmes domestiques, l’alimentation, les loisirs, etc. C’est d’ailleurs à la frontière de ces derniers registres qu’émerge avec la figure du jardin collectif, l’objet urbain le plus emblématique de cette tendance. Pris dans leur diversité (jardins familiaux, partagés, d’insertion, pédagogiques, et cetera), les jardins collectifs offrent une forme de synthèse du pilier social et de l’injonction de nature en ville8, d’où leur forte occurrence dans le concours (11 des 24 projets en phase opérationnelle). Quels qu’ils soient, ces espaces collectifs sont intéressants par nature ; même si leur mise en avant relève parfois de la caution, ils pourraient être des laboratoires de la participation, dont les effets seront perceptibles et les bénéfices reproductibles.

II) La participation des habitants dans le Concours EcoQuartiers : effets et premières
inductions typologiques

La tentative typologique esquissée ici ne saurait ni prétendre à l’exhaustivité, ni lisser l’hétérogénéité des situations, ou gommer les interrelations qui existent entre les différentes dimensions, de même que le poids des variables structurelles (types d’opérations, spatialité du projet, des caractéristiques socio-démographiques (âge, composition du foyer, ancienneté résidentielle, contexte politique, dispositifs9…). La variabilité des mobiles de la participation, qui vont avoir un impact spécifique sur les effets de la participation recensés, ne saurait pas plus être oubliée. De même, la prudence est de mise puisque le corpus des dossiers, autant que les relevés d’expériences ou les premières enquêtes menées montrent qu’il y a souvent une confusion – stratégique ou liée à un certain « enthousiasme » participatif – entre le registre des « effets espérés » (dimension normative) et ceux « effets observés » en réalité (dimension positive).

Effets d’information

Les opérations écoquartiers du Concours national 2009 mettent en évidence la volonté des décideurs d’accroître ou de mettre en place les espaces et les dispositifs de discussion et d’expression publiques autour des opérations. La prédominance est aux formes de « sensibilisation participative »10. On peut noter une recherche forte de dissémination de l’information des experts (décideurs, scientifiques) vers le public et une demande réciproque de la part des populations concernées par le projet (souvent les riverains mais aussi de potentiels futurs habitants qui sont dans une stratégie de prospection résidentielle, ces derniers étant plutôt un public ponctuel pour les dispositifs participatifs en présence).
Comme susmentionnés en première partie, les modalités classiques – ou plus alternatives – de communication et de campagnes médiatiques (journaux, sites internet, mailings, blogs, etc.) sont systématiquement sollicitées, de même que l’organisation de rencontres avec les usagers, la mise en place – ou l’activation – d’espaces informatifs (du type réunion publique, maison du projet). L’objectif affirmé de consultation des usagers, valant le plus souvent recueil de leurs points de vue sur le projet. L’idée est bien que l’impératif participatif passe par une forte activation communicationnelle.

Dans ce cadre, la confrontation des intentions discursives avec le ressenti des acteurs-habitants ou autres (centres d’animation, maison des jeunes, centres sociaux, etc.) montrent de façon prévisible que les points de vue émis par les populations parties-prenantes ne sont pas systématiquement contraignants pour les décideurs, même s’ils peuvent induire de vraies négociations avec les usagers directs ou indirects. Selon les opérations recensées, même si l’injonction de durabilité urbaine et ses traductions/sélections (par exemple pré- choix des alternatives techniques proposées) ne sont presque jamais rediscutées, des processus de décision partagés peuvent émerger véritablement, notamment en ce qui concerne le choix des sous-enjeux prioritaires à traiter (problématiques de parking, de convivialité, d’activités pour les jeunes ou les moins jeunes, etc.). Pour autant, certaines opérations révèlent que, si la participation signifie échange de points de vue, elle constitue, pour les décideurs une opportunité claire de transférer aux acteurs ciblés une grande partie de leur propre analyse. On est alors plutôt sur des modalités de sensibilisation participative visant à susciter de l’assentiment, de la loyauté, de la légitimité.

Effets d’apprentissages et de « capacitation »

En lien avec les effets d’information précédents, la participation des citoyens à l’élaboration des projets d’écoquartiers est vue comme un processus d’apprentissage : à travers l’organisation de débats publics, le développement des échanges avec les responsables politiques et les acteurs professionnels, les démarches de participation sont autant d’occasions visant à permettre aux citoyens de comprendre les problèmes et les enjeux du quartier durable, voire de prendre conscience des difficultés techniques et des contraintes économiques. Si le risque d’une confiscation du débat par les experts persiste selon certains acteurs interrogés, plusieurs démarches de « diagnostic participatif » visent la modification pédagogique des positions (ou des points de vues initiaux) et sont concrètement mises en place. On retrouve l’idée selon laquelle les débats publics ou autres modalités de concertation semblent plutôt favoriser les processus de « concernement » (Callon, Lascoumes, Barthe, 2001), les dynamiques d’apprentissage, voire des gains de capacité réflexive. Par les processus participatifs qui leur sont afférents, les écoquartiers sont aussi porteurs de tous les espoirs d’apprentissage ou de transmission des normes, de valeurs et de comportements conformes, de compétences, parfois spécifiques aux écoquartiers (ou recyclés autour de ces projets), tels l’acquisition de gestes écocitoyens et autres manières de s’engager, autant à travers des dispositifs préexistants que nouveaux.

En lien avec l’analyse des processus de capacitation ou d’empowerment, plusieurs opérations d’écoquartiers concernées par le Concours visent la fabrication – ou la mobilisation – de savoirs et de savoir-faire notamment autour de la destination et de la vocation des espaces collectifs du quartier. Les processus participatifs liés sont quelquefois marqués par la production d’une expertise locale, celle de « citoyens ordinaires » qui va avoir un impact plus ou moins grand sur la gestion du projet. Que les savoirs soient déjà présents au sein des parties prenantes citoyennes ou qu’ils se construisent collectivement, à travers le suivi et avec les experts du projet, le partage des connaissances autour de préoccupations communes crée dans certains cas une synergie favorable. Selon les cas, et à travers les exercices de concertation, peuvent se nouer des articulations entre savoirs experts et savoirs profanes des usagers, plaçant la compétence et sa promotion au coeur de la gestion de l’écoquartier. Les savoirs peuvent être techniques (compétences architecturale ou en matière de travaux publics mise en oeuvre par une personne retraitée, etc.) et fournir une contre- expertise critique dans la discussion du projet (parfois une surveillance vigilante des travaux en cours, quelquefois avec des apports complémentaires et autogérés de formation). Il peut aussi s’agir de partages d’expériences « militantes » (associatives, syndicales, etc.) qui se transmettent autour de l’aménagement souhaité du cadre de vie et des négociations avec les consortiums de pilotage : certaines associations parties-prenantes au projet sont héritières d’anciennes mobilisations contestataires, recyclant et diffusant les expériences passées, initiant des dispositifs participatifs non-institutionnels à vocation « résistante » ou de « contre-pouvoirs ».

Plusieurs écoquartiers traduisent une « capacitation » des habitants qui impacte la maîtrise d’usage concertée des espaces collectifs (Mérignac, Poitiers, etc.), surtout en ce qui concerne certaines opérations de réhabilitation. Les porteurs de projets laissent aux habitants la possibilité de choisir la destination des espaces ou la nature des équipements collectifs qui formeront leur nouveau cadre de vie11. Cette « maîtrise d’usage » catalysant les mobilisations habitantes serait un premier pas dans l’inscription spatiale et durable d’une participation citoyenne au coeur et à la gestion de l’écoquartier. La participation est envisagée comme la condition de sa propre réplication. L’espace public – ou collectif en devenir – peut alors offrir un support d’émergence des sociabilités citadines et de publicisation des compétences des résidents. Se dégage un espace de vie commune négocié par ses usagers, marqué par des caractéristiques et des formes d’appropriation spécifiques : aménagement, jardins et espaces verts, ambiance, décorations, marchés, activités, terrasses, jeux, etc. Les équipements et espaces collectifs deviennent ici des interfaces, des espaces à forte « valeur sociale » ajoutée, activateurs potentiels de dynamiques et partenariats concertatifs, des savoirs et savoir-faire susmentionnés des habitants et du quartier.

Effets de mobilisations

Même si elle diffère selon les cas, la capacité de mobilisation de la population sur des projets d’écoquartiers représentés au Concours existe et dépasse souvent l’aspect réactif ou le simple voeux pieux soumis à la décision des décideurs municipaux. À travers les processus d’action collective plus ou moins durable visant la défense d’une cause, la promotion d’intérêts, ou la réalisation de buts partagés, les combinaisons ou les positions de pouvoir des acteurs se rejouent sans cesse, sans qu’elles ne soient définitivement et totalement contrôlées par une seule catégorie d’acteur. Nous retrouvons l’idée selon laquelle ce caractère indéterminé peut être renforcé par le jeu de fluctuation et de circularité des rôles des différentes catégories d’acteurs au sein des espaces de débat : les habitants peuvent par exemple se techniciser progressivement et perdre leur qualité d’ « habitant-amateur » (Nonjon, 2005). Dans tous les cas, l’effet évident de la participation observée au travers du Concours est celui d’une émergence de coalitions d’acteurs, certes classique du point de vue de l’aménagement urbain en ce qui concerne le pilotage du projet (services techniques, agences d’urbanisme, politiques, bailleurs sociaux ou privés, etc.), mais qui peut aussi être plus spécifique, plus innovante par rapport aux routines partenariales public-privé à l’oeuvre. En ce sens, on peut relever l’implication d’associations ou d’acteurs sociaux (CAS, CS, MJC, etc.) dans l’équipe de pilotage du projet (Mérignac, Poitiers), implication qui outre les effets d’apprentissage susmentionnés, peut dans certains cas aboutir à la décharge quasi-complète de l’acteur politique vers l’acteur associatif en ce qui concerne certaines phases importantes de « mangement concertatif » et de réalisation du projet.

Les opportunités de participation favorisent la promotion d’intérêts sectoriels, notamment les regroupements et les implications d’acteurs « éco ». Ainsi, les opérations de quartier durable sont parfois l’occasion d’insérer des pratiques économiques responsables, d’une mobilisation des filières économiques locales, d’accueillir des entreprises. Sur ce dernier point, l’accueil d’entreprises a été moteur dans la construction des quartiers de qualité environnementale (Lille Euratechnologies, Lyon Confluence, Bordeaux, Bègles). La démarche de quartier durable pousse à aller encore plus loin, en intégrant les aspects de développement économique dans la construction même du quartier. Le quartier durable est, nous l’avons dit, l’occasion de susciter l’émergence de nouvelles filières locales liées aux énergies renouvelables (éolien, solaire, biomasse, etc.) et aux matériaux propres. Même si leurs effets substantiels sont encore peu évalués, le projet d’aménagement d’un écoquartier offre l’opportunité de développer des clusters, non seulement par l’exemple, en associant une entreprise à un territoire reconnu comme moteur dans le domaine, mais aussi par la possibilité pour les entreprises de bénéficier de « l’effet de place », à savoir participer à un projet exemplaire12.

Le cluster peut devenir un lieu de débat, d’échange d’idées, de propositions, de présentation de techniques innovantes, de capitalisation d’expériences sur les concepts d’éco-aménagement et d’éco-construction. Ces échanges de nature collaborative, non marchande et non monétaire constituent les inputs d’une efficacité économique des entreprises. Par ailleurs, le quartier durable peut également être l’occasion de trouver des débouchés à l’agriculture biologique locale, en mettant en place des circuits courts d’approvisionnement des habitants. Il faut souligner qu’à l’inverse des effets de coalition, les processus participatifs peuvent susciter la mise en valeur d’un petit groupe, mais aussi d’une personnalité emblématique, d’un « personnage » qui porte le dispositif participatif. Si une telle « figure » assure le fonctionnement et la dynamisation de l’implication habitante, elle peut selon les cas poser le problème de la pérennisation des pratiques faute d’avoir envisager la succession ou la collégialité dans l’action collective.

Effets sur la conflictualité

La mobilisation qui, selon les cas, sous-tend – ou est sous-tendue par – la participation des citoyens traduit toujours un certain degré d’interaction entre des intérêts potentiellement opposés. En cela, les relevés d’expériences et les entretiens réalisés sur les sites d’opérations du Concours montrent que les espaces de discussion peuvent se transformer en espaces de confrontation. Comme toute opération, un projet d’écoquartier peut cristalliser plusieurs types de conflits publics : « substantiels » (désaccord de la population sur la nature, voire l’intérêt, de la réalisation de l’écoquartier), de procédure (remise en cause des procédures de participation de la population voire des modalités de la décision administrative en général), « structurels » (contestation par les habitants du monopole de la légitimité technico-politique), liés à les incertitudes (craintes quant aux impacts potentiels de l’aménagement sur le cadre de vie). La saisie ou l’occupation des dispositifs participatifs peut ainsi traduire certaines peurs et autres crispations, se traduisant par en une sorte de « communautarisme participatif » faisant primer l’identité de quartier sur les contenus de la concertation.

Cependant, le nombre et la mobilisation des dispositifs participatifs recensés dans le corpus Ecoquartiers ressortent souvent comme proportionnels au risque de conflit que fait naître le projet : la participation devient le moyen devant réduire – ou saisir – la conflictualité avec – ou entre – les populations riveraines. Afin d’éviter une dynamique conflictuelle, les réponses sont recherchées dans la négociation, la coopération et l’ouverture à une large participation laissant s’exprimer l’écoquartier « vécu » et croître la « légitimité de proximité » du projet.

Effets d’intégration ou d’exclusion :

Un des leitmotivs, et mobile éthico-social de la participation citoyenne, est d’accroître la présence de populations considérées comme exclues ou fragilisées dans des processus qu’elles ne gèrent pas et qui pourtant ont un impact sur leur cadre de vie. Plusieurs expériences en lien avec la mise en place d’un écoquartier vise à réintégrer ces publics, souvent les jeunes et les personnes âgées. Les jardins partagés par exemple, proposés dans plusieurs projets-candidats, sont des espaces d’expérimentation. Le jardin devient un objet qui cristallise nombre de projections fantasmatiques (ou mythologiques) de la durabilité urbaine, de ses valeurs et représentations : il en traduirait et en articulerait idéalement toutes les composantes (écologique, sociale et économique). Dans les discours de projets, les jardins sont des marqueurs d’activation de ces dimensions symboliques (« maraîchage retrouvé », évocation de la « nature en ville », etc.) autant que du registre d’ingénierie territoriale afférent (modalité de gestion, outil d’action et de mixité – sociale, générationnelle, etc.-, outil de sensibilisation aux enjeux environnementaux, etc.). Promus comme opérateurs de vivre-ensemble et vecteurs de changement dans les configurations socio-territoriales, les jardins deviennent porteurs d’enjeux, de mobilisations et de pratiques multiples au coeur de la concertation habitante, tant dans leur mise en place que dans leur fonctionnement. Sans pouvoir s’avancer (en l’état actuel des investigations) sur des effets de socialisation difficiles à évaluer et ne pouvant s’appréhender que sur le long terme, les expériences de jardins analysées mixent activité participative et politique de convivialité qui s’étend souvent tout au long de l’année, à travers de nombreux événements (réunions publiques, débats, conférences, fêtes et de repas de quartier, etc.).

L’entrelacement du participatif et du convivial semble pouvoir attirer – au moins provisoirement – les individus les plus éloignés de la chose publique. Si le facteur générationnel semble souvent décisif (la recherche de la sociabilité est surtout un motif d’engagement évoqué par les retraités), des activités pédagogiques avec les enfants – ou multi-publics – fleurissent un peu partout. D’autres modalités (diagnostics participatifs, enquête conduite par les jeunes du quartier pour décider de l’aménagement d’un espace collectif comme à Mérignac, interview et expositions mettant en scène les anciens et leur « mémoire13 », etc.) profitent de l’opportunité et des synergies induites par l’aménagement d’un nouvel écoquartier pour associer un large public à l’opération.

Si à l’inverse, les processus d’exclusion classiques sont inévitablement et différemment à l’oeuvre (échecs d’intégration, négociations off, contrôle social à visée hégémonique, autocensure, etc.), les opérations révèlent d’autres tendances exclusives. Il y a évidemment l’absence fréquente d’intérêt « naturel » à participer ou à s’engager autour du projet.

Certains aspects sont aussi liés à une prégnance des identités de quartiers qui peut parasiter les enjeux de la concertation autant que les dynamiser. Les crispations – autant que les simples bornages – identitaires mis en jeux à l’échelle du projet d’écoquartier peuvent avoir des effets de morcellement et de sectorisation de la participation (effets de concurrence voir de court-circuit entre les dispositifs).

L’identité peut constituer un risque pour une conception multiscalaire de la participation, affaiblir les processus d’ouverture des niveaux ou des espaces de concertation les uns sur les autres au profit d’un engagement « pour soi » et « entre soi ». A côté des effets de masquage des mobiles (les apparentes préoccupations d’intérêt général masquant les intérêts privés), la question se pose alors du réel désenclavement ou de l’ouverture participative du quartier face aux tendances à sa sectorisation et à son étanchéisation : il y a une difficulté à envisager les populations cibles en tant qu’acteurs externes d’autres processus de décision plus englobant, autant qu’à susciter une reconnaissance par d’autres niveaux de décision. Des difficultés persistent quant à l’inscription du quartier durable nouveau, et des ses dispositifs participatifs, dans le tissu urbain existant et dans des synergies polymorphes avec les quartiers voisins.

Une modalité de mise à l’écart paroxystique et sans lien direct avec les facteurs habituels d’exclusion concerne une forte proportion des opérations d’écoquartiers présentés au Concours. En effet plusieurs projets d’écoquartiers du Concours sont des opérations de reconquête de friches. La participation afférente rencontre une limite importante : elle se fait sans les habitants concernés par le futur quartier… A l’inverse des aspects précédemment évoquées autour de préoccupations communes à des habitants identifiés et identifiables, les habitants de demain sont ici des « tiers-absents » au projet, des acteurs et porteurs d’enjeux spécifiques qui se trouvent exclus de fait du processus de concertation.

Par ailleurs, la méfiance à l’égard d’un écoquartier impacte le projet, entraînant la mobilisation de riverains plus soucieux de réduire les nuisances sur leur cadre de vie que de penser le bien-être des futurs arrivants. Pour éviter ce type de confiscation, très peu de
projets pensent des dispositifs participatifs incluant les habitants au fur et à mesure de leur arrivée, des interstices dans le projet que les occupants pourront investir (choix de la destination des espaces collectifs, etc.), un accompagnement permanent favorisant l’accueil et l’intégration des nouvelles populations. Autour d’opérations de création ex-nihilo d’un quartier durable se pose donc la question du risque qu’il y a à organiser la participation des uns au détriment de celle des autres (pourtant utilisateurs finaux de l’espace), avec l’impact que cela peut avoir sur la légitimité des décisions prises ou sur l’implication des populations futures. La question de la faisabilité est évidemment délicate…

III) « Angles morts » et perspectives dans l’analyse des effets de la participation à la
lumière du Concours

Outre la complexité des processus à l’oeuvre, certains effets de la participation sont difficilement mesurables ou observables en l’état actuel du corpus et de l’avancement des enquêtes conduites autour des opérations du Concours EcoQuartiers. De plus, pour la plupart des projets qui sont, au mieux très récents, et le plus souvent dans la phase opérationnelle précédent la livraison, les effets qualitatifs de la participation (procéduraux, substantifs, contextuels, etc.) sont encore difficiles à évaluer. Pour autant, des pistes complémentaires se dessinent déjà – présentées ici de façon non exhaustive – en attendant la confrontation des hypothèses aux réalités des terrains dont l’équipe PAGODE poursuit l’exploration.

Effets d’acceptation ou d’acceptabilité du projet

La participation peut être envisagée comme un levier de « déverrouillage social ». En effet, la concertation d’amont est souvent couplée à d’autres leviers (enquêtes, diagnostic…) visant à dépasser les clivages, à convaincre les réfractaires et à s’assurer l’adhésion des habitants. Pour les écoquartiers comme ailleurs, en engageant en amont des parties-prenantes d’un projet, on travaille à l’appropriation collective et la mise en oeuvre partenariale du projet écoquartier. Certains projets du Concours montrent que les participants (résidents voisins, membres d’associations…) sont encouragés à exprimer leurs besoins et leurs craintes éventuelles : les lieux de participation semblent propices à la confrontation des différentes visions de l’écoquartier, à la pédagogie et à l’explication du projet, ce qui faciliterait théoriquement son adaptation et son acceptation par le public.

Si la pertinence de cette hypothèse se vérifie sur d’autres terrains, l’analyse des effets d’acceptation du projet exige un dispositif d’enquête spécifique qui n’a pas encore été mis en place. Si l’on peut affirmer que certaines situations se dénouent, que les perceptions progressent effectivement, la chaîne des causalités reste à explorer. On peut en revanche relever que la posture discursive récurrente vise explicitement cet effet managérial : pour améliorer la gestion urbaine durable l’idée est que « mieux gérer, c’est gérer plus près et gérer avec ». C’est une approche d’« incorporation » des aspirations et des énergies des habitants dont la visée est la plus grande efficacité des processus décisionnels et la gestion des conflits potentiels (Lefebvre 2006), ces effets restant, en ce qui concerne PAGODE, à confirmer.

Effets comportementaux attendus

Le postulat – ou l’argumentaire ? – des opérations écoquartiers est aussi de constituer des espaces d’expérimentation pour des nouvelles formes de gouvernance urbaine, de participation des habitants à la gestion de leur cadre de vie, d’acquisition de comportements en lien ou en conformité avec les composantes de la durabilité au sens large. Au travers de l’opérateur que constitue la participation, il semble pertinent d’analyser le passage de l’injonction de durabilité urbaine (incluant de façon forte les problématiques environnementales) à l’acquisition des comportements afférents, généralement dits « écocitoyens ». C’est de cette façon que certains quartiers ont été imaginés, d’emblée : le quartier a été pensé puis conçu pour permettre de réduire fortement l’empreinte écologique de ses habitants. La notion d’usages est ici déterminante en ce qui concerne la vie quotidienne d’un quartier ou d’une ville ; ils introduisent une inconnue dans la « durabilité imaginée » par le concepteur qui va « apprendre de ses réalisations par l’utilisation qui en est faite » de même que par les détournements d’usages qui vont inévitablement advenir.

Mais le processus d’usage et de routinisation des comportements préconisés au nom de la durabilité est lui-même marqué par l’incertitude. Si le souhait est de changer les pratiques et les modes de vie au quotidien, les gains et les nouvelles habitudes ne sauraient être automatiques. Un cas fréquent est celui de la restriction de stationnement au nom des préoccupations environnementales à l’oeuvre qui vont entraîner un report de stationnement – ou un stationnement sauvage – au-delà du périmètre de l’écoquartier, déplaçant les externalités négatives vers d’autres espaces. De même, pour l’adoption de gestes ou pratiques théoriquement plus respectueuses de l’environnement (privilégier des appareils électriques économes, etc.) il semble nécessaire que les gens adhèrent aux incitations, cela devant être facilité par la participation aux discussions et autres modalités concertatives.

En ce sens, pour étudier les attitudes et comportements, l’évidence est aussi de ne pas prendre uniquement en considération les variables individuelles mais aussi les aspects contextuels (physiques ou sociaux). Or peu de recherches interrogent le rôle de l’environnement et, en particulier, l’environnement résidentiel dans l’adoption de comportements favorables à l’environnement. Une piste en ce sens est ouverte pour Neuman (1986) qui met en évidence une corrélation entre un comportement d’économie d’énergie et l’intégration aux activités de la commune (créatrice de valeurs, de normes, d’une identité sociale). Si la durabilité d’un quartier est en partie sous-tendue par la capacité à susciter chez les habitants une participation se traduisant par l’adoption de modes de vie responsables, encore faut-il, pour certains, que ces effets soient eux-mêmes durables. L’ « efficacité » ou l’ « efficience » de la dynamique sociétale engagée – ou attendue – autour de l’écoquartier se mesure parfois à cet aune. Si l’on prend la notion d’activités ou d’usages comme champ d’analyse (ce qui est le cas pour le programme de recherche présenté), il ressort qu’il faut aussi penser le quartier durable comme un espace intégrant en son sein la capacité à transmettre les acquis dans la durée, surtout quand la ligne d’horizon met en scène les générations futures… La pédagogie du projet, pendant et après son élaboration, participe à la construction d’une culture locale commune qui constitue un pré-requis dans la mise en œuvre et l’appropriation dans le temps des composantes du développement durable à l’échelle de l’écoquartier. Cependant, on constate que la mobilisation des habitants s’use avec le temps et les changements de populations (déménagements, nouveaux arrivants, etc.) : les principes fondateurs du quartier sont moins cultivés, le soin porté aux espaces extérieurs et leur investissement n’est plus le même, etc. Il apparaît donc important d’assurer un suivi régulier des écoquartiers afin de préserver la qualité de vie des habitants, des aménagements et des usages.

La volonté politique est ici déterminante, associée à l’implication des travailleurs sociaux ou
d’animateurs14 par exemple. Ceux-ci sont censés contribuer à l’apprentissage et la mise en oeuvre constante des bonnes pratiques, au « vivre ensemble », au maintien du lien social et à la durabilité des sociabilités de l’écoquartier. Les outils de diffusion de la connaissance, notamment les outils collaboratifs Internet (type Wiki ou blogs), les media interactifs, les images et les cartes (Google map, logiciels IGN, etc.), semblent jouer un rôle déterminant dans la transmission des savoirs et des cultures aujourd’hui. Au-delà un champ d’investigation s’ouvre. Mais comme les effets cognitifs et de communication afférents, pour l’équipe de recherche PAGODE, le gap méthodologique est ici double : la plupart des projets d’écoquartiers concernés par le concours n’ont pas encore le jour, or l’acquisition ou l’évolution des comportements ne peut se mesurer avec pertinence que dans la duré ; en outre, la mesure d’une évolution des comportements demande de construire une grille d’analyse et d’évaluation complexe (dimensions individuelles/collective, mobiles globaux ou locaux, « comportement zéro » de départ, etc.) encore en gestation.

Effets attendus de « qualité de vie » ou de « bien-être »

On sait, grâce aux travaux d’Uzell et Mozer (2006) que la question de l’adoption de comportements compatibles avec le développement durable n’est pas indépendante de la notion de qualité de vie. Les différentes composantes de cette dernière déclinées à l’échelle du quartier sont autant d’impacts et d’objectifs, recherchés au travers de la participation, en lien avec l’amélioration du cadre de vie et la quête du bien-être. On est ici au coeur des effets de constructions de sens, d’ordres et de représentations, que la participation peut générer au prisme de la « ville idéale » souvent assimilée à une « ville verte » ou « écologique ». La focale de la qualité de vie est donc particulièrement intéressante pour appréhender les mobilisations et leurs effets selon les opérations écoquartier concernées. Si certaines améliorations concrètes sont produites – ou co-produites – grâce à l’implication des populations (environnement sonore de qualité, amélioration du cadre de vie à travers l’intégration d’espaces verts, itinéraires « santé » ou « marchabilité » étendue, etc.) d’autres composantes de la qualité de vie, à l’instar de la qualité des services publics, ou de la « part de rêve », d’émotionnel ou à l’inverse de dissuasion (réduction des conditions
environnementales « opportunes au délit ») laissés au sein de l’espace public (Chouvet 2007) restent difficiles à circonscrire en tant que conséquences de la participation aux opérations de quartiers durables. En revanche, l’influence de l’environnement du quartier – et donc les conséquences directes ou incidentes des choix négociés via la participation – sur l’anxiété, l’irritabilité, la dépression ou encore sur certaines pathologies cardiovasculaires est avérée. Au carrefour des ces problématiques, le lien entre bien-être, participation et écoquartier est une des pistes de recherche actuelle pour les chercheurs du programme PAGODE.

En lien avec les effets de « qualité de vie » et la durabilité comportementale ou produite par la participation à l’échelle de l’écoquartier, les travaux d’Habermas postulent que la démocratie participative améliore les relations sociales. D’autres travaux estiment, au contraire, que ce sont les relations sociales qui la conditionnent. Jimenez-Dominguez (2002) et son modèle C.I.S (City, Identity and sustainability) posent ainsi l’hypothèse que la durabilité n’est possible que dans les communautés qui ont une forte identité sociale et des réseaux informels d’entraide. Autrement dit, la structure urbaine est un facteur fondamental dans la gestion, le maintien de dynamiques interactionnelles et relationnelles nécessaires à certaines formes du bien-être et qui soutiennent la réalisation de pratiques durables individuelles ou collectives. Là encore des pistes fécondes de recherche se dessinent.

Ouvrages cités

  • Bonetti M., 2006, « La participation des usagers à la conception des projets urbains. Articuler la démocratie participative et la démocratie représentative », Revue Techni- cité, Centre Scientifique et technique du bâtiment.
  • Callon M., Lascoumes P. et Barthe Y., 2001, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Seuil.
  • Chouvet C., 2007, Les quartiers durables : un exemple de démarche intégrée et participative, Comité 21 – Angenius.
  • ISIAT-CETE, Gouvernance et dimensions de la participation citoyenne dans les ÉcoQuartiers, 2011, MEDDTL.
  • Jimenez-Dominguez B. et Lopez Aguilar R.M., 2002, Identity and sustainability in two neighborhoods of Guadalajara, Mexico, Environment and behaviour, vol. 34, n°1, pp. 97-110.
  • Lefebvre R., 2007, « Non-dits et points aveugles de la démocratie participative », in Robbe F. (dir.), La Démocratie participative, Paris, L’Harmattan.
  • Neuman, K., 1986, “Personal value and commitment to energy conservation”, Environment and behaviour, n°18, pp. 53-74.<
  • Nonjon N., 2005, « Professionnels de la participation : savoir gérer son image militante », Politix, vol. 2, n° 70, p. 89-112.
  • Uzell D. et Mozer G., (2006), “Environment and policy of life”, Revue européenne de psychologie appliquée, n°56, pp. 1-4.

Résumé :

Les résultats et pistes d’analyse présentés ici s’inscrivent dans la recherche ANR PAGODE (« Participation, Animation, Gouvernance Dans les Ecoquartiers ») portant sur la place de la  participation citoyenne dans la fabrique urbaine durable. Dans le cadre de cette recherche,  un intérêt particulier est porté aux effets de cette participation auprès d’habitants ou futurs  habitants des écoquartiers. Cette communication présente, dans un premier temps, la place faite à la participation citoyenne dans les différents dossiers proposés au concours national EcoQuartiers lancé en 2010 par le ministère français de l’Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement. Les effets de la participation sont, ensuite, mis en évidence à partir de l’étude de terrain de cas particuliers issus de ces différents dossiers. Plusieurs types d’effets sont observés (effets cognitifs, comportementaux, effets d’inclusion et d’exclusion, de conflictualité, de territorialisation, etc.) et font l’objet d’une première esquisse typologique tenant compte de l’état d’avancement de la recherche en cours.

Abstract :

The results, presented here, join the ANR research PAGODE (French acronym for Participation, Animation and Governance in Ecodistricts) concerning the place of the citizen’s participation in the sustainable urban factory. Within the framework of this research, particular interest is given to the effects of such participation among inhabitants or future inhabitants of the Ecodistricts. This communication presents, at first, the place given to the citizen’s participation in the various files proposed in the national competition : EcoDistricts launched in 2010 by the French Ministry of Ecology and Sustainable Development. Then, the effects of the participation are identified from the study of particular cases stemming from these various files. Various types of effects are observed (cognitive, behavioral, territorial, effects of inclusion and exclusion, of conflict, etc.) and give rise to a first draft typology taking into account the status of current research.

  1. Cf. Commission nationale du débat public. []
  2. Acronyme pour « Participation, Animation et Gouvernance Dans les Ecoquartiers », programme financé par l’Agence Nationale de la Recherche (2010-2013) et coordonné par une équipe de chercheurs d’ADES « Aménagement, Développement, Environnement, Santé et Sociétés » UMR CNRS 5185. []
  3. Ecoquartier. Notice explicative du dossier de candidature au concours EcoQuartier 2008/2009, p.4. []
  4. Une fiche signalétique de synthèse, un sous-dossier de 10 pages dit « conditions de réalisation du projet », un sous-dossier thématique « EcoQuartier exemplaire » présentant les thèmes d’excellence du projet. []
  5. « Il s’agit de présenter dans une note 10 pages maximum, les intentions que l’équipe projet s’est données sur chacun des trois piliers du développement durable. Une attention particulière sera portée aux éléments de contexte liés à la gouvernance et au développement économique et social » []
  6. CERTU (2006), Prendre en compte le développement durable dans un projet. Guide d’utilisation de la grille RST02. []
  7. Les 5 objectifs les plus cohérents avec l’idée de participation sont : « impliquer, écouter, et décider », « se respecter mutuellement et progresser ensemble », « renforcer les liens sociaux », « inscrire le projet dans la dynamique de développement local », « s’organiser, s’entourer et piloter ». Un simple calcul de score permet d’obtenir une note de 1 à 15. []
  8. Apport éventuel à l’économie et au régime alimentaire des ménages, lieux d’échange et de cohésion sociale, outil de solidarité et d’insertion, sensibilisation de la population à l’environnement, sont bien connues. A celles-ci s’ajoutent des fonctions spatiales de gestion des friches, de qualification des espaces verts et de diversification de la typologie des jardins. []
  9. Cf. Tozzi Pascal, Fiche n° 2 « Dispositifs et acteurs de la participation citoyenne », in ISIAT-CETE, Gouvernance et dimensions de la participation citoyenne dans les ÉcoQuartiers, 2011, MEDDTL. []
  10. Cf. Laugaa Didier, Fiche n° 6 « Communication et sensibilisation », in ISIAT-CETE, Gouvernance et dimensions de la participation citoyenne dans les ÉcoQuartiers, 2011, MEDDTL. []
  11. Cf. D’Andrea Nicolas, Fiche n° 3 « Espaces publics et pilier social », in ISIAT-CETE, Gouvernance et dimensions de la participation citoyenne dans les ÉcoQuartiers, 2011, MEDDTL. []
  12. Cf. Ndiaye Abdourahmane, Fiche n°4 « Coopérations économiques et développement des territoires », in ISIAT-CETE, Gouvernance et dimensions de la participation citoyenne dans les ÉcoQuartiers, 2011, MEDDTL. []
  13. Cf. Lafaye Françoise, Fiche n° 1 « Mémoire(s), identité des territoires et des populations », in ISIAT-CETE, Gouvernance et dimensions de la participation citoyenne dans les ÉcoQuartiers, 2011, MEDDTL. []
  14. Cf. Greffier Luc, Fiche n° 5 « Intégration des acteurs socioculturels », in ISIAT-CETE, Gouvernance et dimensions de la participation citoyenne dans les ÉcoQuartiers, 2011, MEDDTL. []

Animation et participation citoyenne dans les quartiers durables : Expériences française de jardins collectifs

Communication  dans le cadre du 5 ème Colloque International sur l’Animation Socioculturelle 26-28 oct. 2011 Université de Saragosse (Espagne) « Modèles de politiques socio-éducatives et socio-culturelles dans des contextes de changement »

Par D’Andréa Nicolas (MCF Aménagement – ADES / Bordeaux III / IUT Michel de Montaigne)
Tozzi Pascal (MCF HDR Science politique – ADES / Bordeaux III / IUT Michel de Montaigne)

Cette communication s’appuie sur les premiers résultats et les travaux en cours du programme de recherche PAGODE (Participation, Animation et Gouvernance Dans les Ecoquartiers), financé par l’ANR pour les 3 ans à venir et conduit par une équipe d’ADES. L’objectif de ce programme est d’étudier des opérations de « quartiers durables » pour voir s’ils constituent – ou non – des espaces d’expérimentation pour des nouvelles formes de gouvernance urbaine, de participation des habitants à la gestion de leur cadre de vie, d’acquisition de comportements en lien ou en conformité avec les composantes de la durabilité au sens large. Le corpus est à la fois composé des 160 dossiers du Concours national EcoQuartiers lancé en 2010 par le MEEDEM et d’enquêtes de terrain en cours de réalisation. Dans ce cadre et pour le 5ème Colloque du RIA, il s’agit d’ouvrir des pistes d’analyse autour de l’émergence du jardin collectif (sous de multiples formes et appellations). Cette figure, emblématique de l’espace public et de l’urbanisme durable, est présente dans une forte proportion de projets d’écoquartiers français. Pensés comme des opérateurs de vivre-ensemble, les jardins, dans leur mise en place, leur fonctionnement, sont porteurs d’enjeux multiples au cœur des mécanismes d’animation et de participation.

D’un côté, le jardin collectif est un objet qui catalyse nombre de projections fantasmatiques (ou mythologiques) de la durabilité urbaine puisqu’il en articulerait idéalement toutes les composantes (écologique, sociale et économique). Il apparaît donc intéressant de relever, dans les discours de projets, les marqueurs d’activation de ces dimensions symboliques (mémoire des lieux, « maraîchage retrouvé », évocation de la nature en ville, etc.) autant que du registre d’ingénierie territoriale afférent (modalité de gestion, outil d’action et de mixité sociales, outil de sensibilisation aux enjeux environnementaux). Le propos dominant – tenant souvent de la prescription ou de l’invocation – est celui qui fait du jardin collectif un support de l’animation socio-culturelle, un activateur de la participation et de socialisation, une caution participative du projet global. En contrepoint d’un engouement notable suscité par ces promesses, on peut néanmoins se demander si la promotion systématique et l’implantation banalisées des jardins collectifs ne masquent pas une certaine idéalisation du dispositif, en tout cas une sous-estimation de ses contraintes, voire des conflictualités latentes qui peuvent impacter les processus de participation et d’animation qu’il est censé sous-tendre dans les écoquartiers.

I – Jardins collectifs, espaces incontournables des projets d’écoquartiers et de mobilisations

Les jardins collectifs, sous certaines formes, existent depuis longtemps dans les agglomérations urbaines. Comme l’illustrent le corpus du Concours national EcoQuartiers en France, ces formes de la « nature en ville », réactivées et remises au centre des projets d’aménagement par l’importation du concept de durabilité, donnent lieu à un engouement notable tant au niveau du discours que des mobilisations participatives et sociales censées être portées par les opérations de « quartiers durables » recensées.

A – Le jardin, un Eden  pour l’urbanisme en général et pour la durabilité urbaine en particulier

L’historique de la forme urbaine du jardin collectif a déjà été réalisé à de multiples reprises. Nous reprenons ici des éléments tirés de ces travaux, notamment ceux de Paquot (2004), Delwiche (2007), Dubost (2007) ou Maicherak (2004). Il ressort de ces derniers que la matrice historique des expériences actuelles est celle des jardins ouvriers du XIXe siècle, habituellement attribuée au député Lemire – mais ce n’est pas la seule influence idéologique – qui crée la « Ligue française du Coin de Terre et du Foyer » (1896) afin de mettre à la disposition des ouvriers des parcelles pour cultiver les plantes potagères nécessaires à leur consommation. Entre mobiles moraux  (« détourner l’ouvrier des tentations du cabaret »), socio-économiques (subvenir à leurs besoins, voire par exemple se créer « à l’aide du produit de la terre, un livret de caisse d’épargne ») ou de santé/bien-être (« avoir un coin où prendre l’air »), il s’agit selon Delwiche de permettre « un ré-enracinement dans la terre et une réappropriation des savoirs ancestraux que les anciens ruraux avaient perdu », la « prescription jardinière » se diffuse. La loi française du 31 octobre 1941 va finalement donner aux jardins collectifs un statut juridique, interdisant tout usage commercial des productions. Le rôle alimentaire perdant son importance après guerre au profit d’une occupation populaire et récréative des espaces jardinés, l’appellation « jardins familiaux » – retenue par la loi 26 juillet 1952 – finit par supplanter celle de « jardins ouvriers » ou « industriels ».

Les années 60-70 sont marquées par l’amenuisement progressif des jardins collectifs mais aussi par la prise de conscience de celui-ci, en même temps que de sa cause : une urbanisation massive qu’il faut réguler. Dans ce contexte contrasté, on assiste cependant au « revival » de la forme via la diffusion de l’expérience des « Community Garden » new-yorkais, tandis qu’en France, la loi du 10 novembre 1976 accorde aux SAFER (Société d’Aménagement Foncier et d’Etablissement Rural) et aux collectivités locales le droit de préemption pour acquérir et aménager les jardins collectifs, en même temps qu’elle permet aux associations expropriées d’exiger la mise à disposition d’un terrain équivalent le plus souvent à l’extérieur de la ville. La fin des années 80 et le début des années 90 voient l’intégration progressive des préoccupations du développement durable dans l’aménagement urbain : avec elle, une légitimité et un engouement renouvelés  pour les jardins collectifs. Ces derniers s’enrichissent d’orientations revisitées, en réponses aux problématiques de la durabilité (écologie, social, économique) et aux enjeux urbains contemporains : développer les interactions ou liens sociaux entre les générations et les communautés, favoriser l’éducation, la socialisation et l’insertion des personnes en difficulté, parfois encore contribuer à leur sécurité alimentaire, tout en sauvegardant une certaine biodiversité dans la ville.

Cette multifonctionnalité désormais officiellement supportée par les jardins collectifs se traduit par un  foisonnement d’initiatives souvent bénévoles et citoyennes, en Europe, au Canada, aux Etats-Unis ou ailleurs. Dubost (2007) rappelle en ce sens que les quelques 1500 associations créées en France depuis les années 90 ont des appellations multiples, des formes diverses, et s’adressent à des publics divers : habitants d’un quartier (jardins partagés), chômeurs ou Rmistes (jardins d’insertion), handicapés (jardins à vocation thérapeutique), enfants (jardins pédagogiques), etc. Forme héritière d’un passé historique mais aussi réinventé, le jardin collectif d’aujourd’hui est le support de nouvelles modulations sociétales autant que nouvelles relations à l’espace vécu, significations et représentations. On veut aussi y expérimenter des formes de vivre-ensemble, d’animation socioculturelle, de participation et de gouvernance censées activer de nouvelles relations entre les citoyens-jardiniers, les politiques et les professionnels, entre l’individu et le monde associatif, entre celui-ci et les institutions (Cohen 2008). Voyons les éclairages qu’apportent les terrains qui constituent le corpus de travail et d’enquêtes du programme de recherche PAGODE sur les opérations d’écoquartiers français.

B – Les jardins collectifs : une confusion des genres ?

La proposition de loi adoptée par le sénat français, relative aux jardins collectifs (2007) reconnaît et définit trois types (Art. L. 561-1.): les jardins familiaux, les jardins d’insertion, les jardins partagés. Or, les formes prises par les jardins collectifs sont plus diverses que cela et l’appartenance à une catégorie ne va pas de soi. Au départ, le référent « jardin familial », issu du jardin ouvrier, se caractérise par un découpage en parcelles potagères, louées et exploitées individuellement, à des fins d’auto-consommation familiale. Toutefois, leur renouveau durant les 20 dernières années peut s’accompagner d’une mutation des fonctions, de la physionomie et des modes d’organisation. Consales et Pashchenko (2010) constatent deux grandes tendances : d’ordre spatial et morphologique. D’une part, souvent isolés, de localisations périphériques, parfois très ingrates, concentrés pour des raisons historiques dans les territoires industriels ou miniers ; les jardins familiaux accèdent aujourd’hui à des positions plus centrales, voire au cœur des agglomérations. D’autre part, les schémas d’aménagement orthogonaux, le marquage de la clôture, l’uniformité, cèdent  le pas à des formes courbes, à l’ouverture et à la créativité. On note aussi sur le plan productif, la diminution de la taille des parcelles, une orientation vivrière moins prégnante, les cultures ornementales étant mieux tolérées, éventuellement au profit des espaces communs. Bref, les jardins familiaux sont moins typés, plus divers, la répartition des fonctions de sociabilité et de production n’est pas forcément figée.

Les jardins partagés, qui se développent parallèlement, sont des espaces collectifs dont s’occupent les habitants d’un quartier, la dynamique de groupe prévalant sur le jardinage (Prédine 2009). Ils sont   fondamentalement liés à certains choix d’organisation : « accessibles au public » comme le distingue la loi, gestion participative, jardinage écologique… Certaines chartes mettent en avant la dimension sociale comme la charte Main Verte de la mairie de Paris qui insiste sur l’animation « d’activités collectives de jardinage développant l’éducation, l’insertion et la création de lien social ».  Surtout, les jardins partagés sont censés émaner d’un processus d’élaboration collective (Baudelet, Basset, Le Roy), la charte du réseau Le jardin dans tous ses états stipulant que « la concertation est la base indispensable de tout projet ». En dépit de différences nettes mais non figées, du fait de normes évoluant ou émergeant, l’opposition entre le modèle du jardin familial et du jardin partagé fait question. Consales et Pashchenko observent des structures mixtes (coexistence de parcelles individuelles et collectives) qui font aujourd’hui des jardins partagés des « espaces ambivalents ». Selon E. Prédine (2009), des jardins familiaux peuvent être partagés si l’on implique réellement les jardiniers. L’introduction d’une dose de participation dans le modèle traditionnel semble être un levier tout aussi stratégique que la diffusion du jardin partagé, plaçant dans les deux cas la question de l’animation au centre des enjeux.

Par ailleurs, un certain foisonnement lexical autour de ces jardins en partage contribue à la confusion : jardins communautaires à Lille ou dans le contexte québécois, « jardins de proximité », « jardins de voisinage », « jardins en pied d’immeuble », « jardins solidaires » en insistant sur la culture du  lien social, « potagers ou jardins coopératifs », etc. Si ce phénomène est pour certains la preuve qu’un « jardin partagé » n’est pas un simple label applicable à des normes de fonctionnement standards, ou l’indice d’une créativité sociétale féconde, la tâche n’en reste pas moins difficile pour analyser l’effet de brouillage qui persiste. Cette difficulté est renforcée par le fait que, en dehors des catégories formalisées par loi et les chartes émergentes, l’univers des jardins collectifs laisse la part belle à l’auto-labellisation qui frôle parfois l’inflation des termes. Au-delà des deux types dominants, le jardin d’insertion n’est pas exempt de variantes et parentés. On distinguera ainsi les jardins d’insertion sociale qui accompagnent des personnes dans le cadre d’ateliers de remobilisation, des jardins d’insertion par l’activité économique, véritables exploitations agricoles commercialisant la production, dont les usagers sont salariés dans le cadre de contrats aidés. Existe également un troisième groupe de jardins, dits éducatifs ou pédagogiques (Revue durable n°43), centrés sur « la sensibilisation à l’environnement, l’alimentation l’art, la culture, les sciences […], les rapports sociaux par l’apprentissage et la pratique du jardinage ».

En définitive, au-delà des désignations, les fonctionnements (organisationnels, décisionnels, financements, recrutement…) peuvent masquer autant de similitudes que de disparités. Les formes de jardins ne cessent de s’hybrider. Des jardins familiaux deviennent plus coopératifs, des jardins partagés cèdent à la tentation de l’individualisation des parcelles. L’accueil de scolaires en jardin partagé et son appropriation par les enfants revient à instaurer la modalité jardin pédagogique ou bien l’accueil régulier de publics fragilisés  peut confiner au jardin d’insertion sociale. De fait, les jardins collectifs semblent polyvalents et pouvoir appartenir à plusieurs catégories, renouant même parfois avec celle du jardin d’agrément. Le jardin des Aures, à Marseille, en est un exemple : fondé sur une base traditionnelle de jardin familial à vocation d’auto-production alimentaire, il reçoit des chantiers éducatifs, possède une parcelle collective convertie en jardin pédagogique, et accueille des manifestations culturelles à ciel ouvert. Ce sont donc aussi des structures spatialement composites, multi-dispositifs, tournées vers plusieurs publics, qui contribuent à la dynamique du jardin collectif. En région parisienne, 40% des jardins d’insertion sont couplés à des jardins familiaux/partagés ou des parcelles pédagogiques (Guiomar, 2011). L’une des conséquences de cette réalité est la coprésence de différents professionnels et la nécessaire polyvalence de l’animateur.

C – L’ampleur du phénomène « jardins collectifs » au prisme du Concours EcoQuartiers français

Une première raison politique à l’ampleur du phénomène « jardins collectifs » apparaît en faisant le constat de leur nature éminemment participative, dans bien des modalités. Ils entrent de ce fait en cohérence avec l’idéal d’implication des populations dans la gestion de leur environnement, point fort de la Déclaration de Rio de 1992, liée au concept de développement durable. Se référant à ce dernier, devenu un opérateur incontournable de l’action publique, la plupart des projets d’urbanisme accordent une importance particulière aux principes de bonne gouvernance et de participation des habitants. En France, la tendance a été encouragée par la Loi du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité, insistant sur la « participation du public à l’élaboration des projets d’aménagement et d’équipement ayant une incidence importante sur l’environnement ou l’aménagement du territoire ». Plus qu’ailleurs, la concertation est une injonction et un principe fondateur quand il s’agit de produire des quartiers durables – ou « écoquartiers » -. Dans cette démarche, la qualité du processus d’élaboration va de pair avec la capacité d’y associer les habitants. Celle-ci devient un argument dans la valorisation des opérations et un critère évoqué pour les différencier des quartiers « classiques ». On conçoit bien, pour des raisons allant du simple affichage, à la conviction d’une profonde pertinence, que les jardins partagés soient pleinement entrés dans la boite à outils de l’urbanisme participatif.

On peut constater secondement que le champ des bénéfices auxquels on associe les jardins collectifs, leur octroie une position sécante intéressante, au regard des enjeux de l’urbanisme durable. Ce que l’on peut concevoir, par exemple, en évoquant la triple raison d’être d’un écoquartier (Mirenowicz 2009). Il répond d’abord à un besoin essentiel qui est celui de se loger et d’avoir accès à des services de base, notamment, via un système de transports doux adapté. Il s’agit ensuite de cohabiter, c’est-à-dire de vivre ensemble le mieux possible, dans la mesure où la population est de plus en plus nombreuse au sein des agglomérations. Enfin, il faut atteindre ces deux objectifs dans les limites de la biosphère. C’est donc en fonction de ce type de matrice de réflexion que la conception urbanistique de la nature en ville évolue. La question du jardinage, de l’agriculture urbaine et plus précisément des jardins collectifs, ayant l’avantage de relier les trois besoins fondamentaux évoqués. En témoignent les opérations « quartiers durables » qui s’intensifient en Europe (Sougarevan et Holec 2010) depuis une dizaine d’années et plus précisément, en France, les réponses au concours EcoQuartiers, organisé par le ministère du Développement durable en 2009. C’est à la lumière des propositions recueillies, dépouillées dans le cadre du projet de recherche PAGODE, que l’on se propose ici d’identifier les tendances permettant de mieux caractériser et comprendre l’essor des jardins collectifs.

L’émergence du jardin collectif comme figure récurrente de l’urbanisme durable s’inscrit à la croisée d’un intérêt pour la nature en ville et les espaces collectifs ; il s’agit d’injecter du vert, mais du vert intelligent, à « haute valeur sociale ajoutée ». D’un côté, la présence du jardin public, voire d’un système complexe d’espaces verts et bleus est quasi systématique ; de l’autre, de nombreux projets mettent en exergue la référence à des pratiques de coopération, de coproduction encouragée, au sein de ce que l’on peut désigner comme des espaces collectifs, porteurs de nouvelles modalités de partage et de gouvernance. En découle une typologie de lieux favorisant les pratiques de mutualisation et d’échange concernant les déplacements, le bricolage, les problèmes domestiques, l’alimentation, les loisirs, etc. Parmi ceux-là, le jardin collectif constitue l’objet urbain le plus emblématique de la tendance. Ainsi, 46% des projets en phase opérationnelle, comportent au moins une modalité de jardin collectif. En effet, au sein d’un même projet, comme à Auxerre (Les Brichères), cohabitent un jardin d’insertion (Jardins du cœur) et des jardins familiaux. Parfois, le projet recycle des jardins familiaux existants comme à Poitiers (Le Porteau) ou Nantes (Bottières-Chênaie). Il est à noter toutefois que ces projets-vitrine ne sont pas forcément isolés et peuvent s’intègrer comme à Toulouse, à une politique municipale de jardins partagés.

II –  Effets des jardins collectifs, espaces d’expérimentations participatives, sociales et socioculturelles

Les formes prises par les jardins collectifs sont diverses et, au bénéfice de la multifonctionnalité qu’ils portent, vont offrir autant d’opportunités pour les actions participatives au sens large, et pour celles portées par les acteurs socioculturels en particulier. Pour autant, si les effets attendus sont « cultivés » avec soin, le jardin est un espace qui, à travers ses occupations et les activités qu’il supporte, révèle aussi certaines ambiguïtés dans les implications habitantes dont il est porteur. Cette complexité des rapports sociaux, que révèlent les expériences des jardins collectifs présents dans les écoquartiers, réintègre l’animateur socioculturel en pièce maîtresse du dispositif et des régulations qu’il s’agit de penser et de mettre en œuvre.

A – Activités et mobilisations « jardinières » : effets sociétaux attendus

Nous reprendrons une typologie déjà proposée par ailleurs (Hista 2007) pour identifier les contributions attribuées par les porteurs de projets de jardins collectifs et susceptibles de rencontrer les préoccupations de concertation autant que d’animation autour des pôles du développement urbain durable :

Un impact sur le maillage des acteurs du territoire
Les jardins collectifs sont organisés et gérés autour d’une ou plusieurs organisations de quartier qui vont « recruter » leurs jardiniers essentiellement dans celui-ci. La mise en contact de plusieurs acteurs autour du projet d’un jardin collectif, au cœur des opérations d’écoquartiers, favorise la constitution de réseaux d’acteurs locaux et de différents groupes sociaux qui tissent des liens. Au-delà, les expériences sont également l’occasion d’activer des relations avec des organisations et associations implantées – ou ayant un champ d’action – dans d’autres zones de la ville ; par exemple, un lycée agricole qui organise des ateliers, le service municipal des espaces verts qui vient apporter de la terre, ou tel organisme judiciaire qui met en place un chantier d’insertion… Ces collaborations amènent de la visibilité, de la légitimité et contribuent à faire se rencontrer les publics.

Un impact sur le lien social et l’intégration
Les jardins collectifs sont prescripteurs de « vivre ensemble » et vecteurs de mixité sociale. Les jardins partagés sont censés favoriser la participation et l’implication des citoyens dans la définition de leur cadre de vie, notamment quand il s’agit de choisir l’affectation des parcelles collectives et les activités qui vont s’y dérouler. Ils favorisent, par le travail d’animation, les rencontres intergénérationnelles, voire l’inclusion de certains publics (éloignés de l’emploi, handicapés). Par définition, les jardins d’insertion relient animation et objectifs de réinsertion socioprofessionnelle en permettant un processus de formation au maraîchage dans le cadre d’un projet professionnel ou de développement de la personne. Outre l’acquisition de savoirs et savoir-faire, leur (re)intégration dans des réseaux d’échanges, de communication, de socialisation et de convivialité, les publics intègrent un projet, des repères qui les replacent souvent dans des temporalités à plus long terme.

Un impact sur l’économie, du ménage au territoire
Les jardins collectifs sont aussi porteurs d’effets économiques que peut accompagner l’animation socioculturelle, en lien notamment, avec des modes de consommation citoyens et solidaires, à l’heure où les circuits-courts et les AMAP gagnent en popularité. Si l’autoproduction vivrière est une des attributions historiques, l’effet réel sur l’économie d’un ménage d’aujourd’hui dépend de nombreux facteurs : il peut être substantiel selon Cérézuelle (2003) pour des ménages à très bas revenus, « au minimum l’équivalent d’un 13e mois pour des gens au RMI » ; plus communément, les quantités moyennes produites permettent de conclure à un impact significatif sur la consommation légumière (Boulianne, Olivier-d’Avignon, Galarneau, 2010). Les raisonnements en termes de sécurité alimentaire ou simplement de coûts ne sont toutefois pas les mieux à mêmes de restituer l’intérêt de la démarche, les avantages touchant à la qualité et à la diversification de l’alimentation. Par ailleurs, la mise en place de jardins d’insertion par l’activité économique est par définition source d’emplois aidés, et l’on peut plus largement considérer la gestion de jardins collectifs comme un facteur de création d’emplois qui contribuent à relier l’écoquartier à une dynamique économique urbaine : postes d’administration, d’animation, de formation…

Un impact sur l’adoption de comportements « éco-citoyens »
L’agriculture urbaine, supportée par les jardins potagers collectifs qui contribuent au verdissement urbain, va avoir un impact direct sur l’environnement (lutte contre les gaz à effet de serre et le changement climatique, etc.). Outre des modes de cultures respectueux de l’environnement souvent choisis par les habitants,  les initiatives qui se multiplient partent à la conquête des espaces vacants, qu’ils soient friches ou toits (culture hors sol). Les activités et la concertation autour des jardins collectifs permet aussi aux citadins de tous bords de découvrir le contact avec la nature et les façons de mieux la respecter. Bien plus utiles qu’un guide ou qu’une réunion publique, les jardins et leur aménagement sont aussi l’occasion de discuter de l’écologie, de partager, lors de certaines animations, des « trucs » et des pratiques permettant de progresser vers des modes de vies et des comportements plus conformes aux prescriptions du développement durable : récupération de l’eau pluviale pour l’arrosage, l’utilisation du compost comme fertilisant naturel, réalisation de conserves pour ne pas gaspiller, etc.

Un impact sur le bien-être et la qualité de vie
Comme l’écrit Paquette (2002), tel un retour aux sources, le territoire du jardin communautaire ressort chargé d’un sens se rapportant à l’authenticité et s’opposant, en général, aux formes encore dominantes de l’environnement urbain contemporain. La traduction jardinière de la durabilité, en lien avec le référentiel « écoquartier », est une forme qui incarne spécifiquement l’idée selon laquelle l’aménagement doit désormais aussi être un remède aux externalités négatives, aux risques et nuisances globalisés, produits par la société moderne et ses villes (pollution, réchauffement climatique, etc.). En lien avec les comportements éco-citoyens mais pas seulement, le jardin collectif traduit une forme de conjuration urbaine (Mathieu et al. 2010). Le jardin est pensé, discuté et souvent vécu, comme un opérateur qui permettrait de passer d’un « individu-victime » à un « individu-acteur ». Mais il est aussi un milieu censé faire que « la qualité de vie passe par un dialogue renoué avec la nature » (Claval, 1994) autour d’activités associées au temps libre et agréables, liées au désir de se relaxer, d’expérimenter les rythmes du monde naturel, rappel de l’exploration enfantine, « retour à la terre » – etc. – : les espoirs et les enjeux portés par les jardins collectifs sont de taille, entre rejet d’une certaine « ville » et envie de retrouver le goût de vivre en milieu urbain, voire contribution à prévenir le stress et certaines maladies (Maas 2009).

B – Conflits et incertitudes : effets paradoxaux des dynamiques jardinières.

Lire le jardin collectif au seul prisme de ses promoteurs, toujours engagés, convaincus du bien-fondé de la démarche et procédant à des évaluations d’autant plus optimistes qu’elles sont stratégiques (positionnement, légitimité, maintien des soutiens municipaux, etc.), peut induire le masquage de certains processus plus ambigus qui sont parfois générés. La pérennisation des expériences, des effets positifs et des dynamiques sociétales à l’œuvre passe par une vigilance à garder à leur égard. Le premier risque est celui de l’artificialité des projets comme des liens qui sont censés se tisser à l’occasion de l’activité de jardinage collectif. En effet, faute d’une co-production participative favorisant l’émergence d’une intention commune par rapport à l’espace partagé, chaque type d’acteur peut conserver sa propre vision, éventuellement divergente. Et lorsque les perceptions du jardinage collectif et du bien commun afférent divergent et s’affrontent, les désaccords, les malentendus et donc une usure précoce des dispositifs sont susceptibles de voir le jour (Pashchenko 2011). Un autre point d’achoppement serait de croire artifice pourrait être de croire que le simple maniement de la pioche suffirait à engager, à développer spontanément la vie communautaire du jardin… Or provoquer la rencontre avec l’autre est souvent difficile, propices à des ajustements incessants, entre  vraie proximité sociale, cohabitation distante (Sansot 1993) voire  expression d’une « mutuelle étrangeté » : le risque serait alors que les jardiniers se contentent d’une sociabilité qui consiste juste « à créer de la distance entre les personnes, à se rendre poliment étrangers les uns aux autres » (Quéré et Brezger, 1992), voire celui d’un abandon précoce de la pratique.

La participation à un jardin collectif peut aussi avoir des effets non-intentionnels, notamment en termes de conflictualité directe. Le cas du quartier de Mérignac les Pins est à ce titre illustratif. Marqué par l’idée de « faire ensemble », voulue comme un « prélude au vivre ensemble », le projet d’aménagement d’un espace collectif de l’écoquartier, pourtant porté par le centre d’animation Cap Léo et des représentants d’habitants, n’a pas évité la cristallisation d’inquiétudes voire d’hostilité de la part des populations présentes. Au cours de réunions publiques, les propositions faites aux habitants se sont orientées vers plusieurs options, notamment celles d’un jardin d’agrément ou d’un jardin potager avec une partie florale. Au cours de l’enquête visant à mieux cerner le désir des futurs usagers, les personnes interrogées ont manifesté leur peur d’actes malveillants qui pourraient se produire dans un jardin potager collectif (vols, dégradation des plantes, ou disputes entre voisins), révélant la crainte d’un non-respect des espaces communs, de même que des rapports conflictuels entre les générations (de façon schématique, d’un côté les « anciens cultivant », de l’autre les « jeunes dégradant »). Argument supplémentaire invoqué pour justifier le refus majoritaire du jardin collectif : les habitants auraient « souhaité avoir leur propre parcelle pour jardiner ». Pour les auteurs de l’enquête « Les propositions faites ou choisies par les habitants du quartier des Pins sont pour la plupart des choix par défaut, car ils gardent toujours à l’esprit que quoi qu’il se fasse, cela finira par être dégradé par d’autres habitants du quartier. La présence d’un espace géré par Cap Léo au milieu du quartier, impliquera une permanence active de leur part pour que les habitants ne se renferment pas chez eux ».

Outre l’artificialité et la conflictualité, plusieurs autres « points de vigilance » sont identifiables. Par exemple celui d’une division exacerbée des rôles sociaux. Certains observateurs relèvent ainsi une « spécialisation sexuelle » des espaces collectifs jardinés : « le potager et l’activité vivrière apparaîtraient comme des domaines plutôt réservés à l’homme », tandis que la présence féminine serait « liée à celle des fleurs », se limitant parfois « à l’entretien des bordures et des allées » (Guyon 2008). Si la division spatiale recoupant un peu trop opportunément la division des sexes peut sembler quelque peu schématique, il n’est pas déraisonnable de penser que les jardins collectifs, comme tout espace d’interactions sociales, peuvent être des lieux de reproduction des rapports sociaux qui ne sont pas toujours favorables à une vraie mixité (sociale, culturelle, générationnelle, etc.). Enfin, pour clore cette liste non exhaustive, il y a des effets de « ségrégation volontaire » générés par le privilège souvent accordé à la dynamique collective, contre les motivations individuelles à jardiner. Ainsi, lors de l’attribution des parcelles individuelles au sein du jardin collectif, sont prioritaires ceux qui ont participé aux réunions publiques, à la concertation et au montage du projet. Les autres, qui rejoignent le jardin tardivement, doivent « prouver » leur implication dans le collectif, et patienter – parfois longtemps – avant d’espérer un lopin pour leurs propres cultures. Si le facteur « communautaire » prime pour attribuer la « récompense » d’un carré de terre individuel, on peut se poser la question d’une réintégration de critères sociaux (revenus, précarité, marginalisation, projet, etc.) dans les processus de répartition.

C – L’impératif de régulation, une opportunité et un défi pour l’« animateur jardin »

En guise de transition, notons que la question des possibles mobilisations et effets paradoxaux portés par le jardin collectif induit celle des régulations et des médiations à l’œuvre : elle place naturellement la figure de l’animateur socioculturel au cœur du « lieu jardin », des processus sociétaux dont il est porteur, pour peu que l’on veuille mieux garantir le développement optimal des pratiques et valeurs collectives. Un premier levier activable grâce au jardin de l’écoquartier est celui des pratiques artistiques. Pour l’animateur socioculturel, ces dernières sont un support essentiel, notamment autour de l’idée selon laquelle il y a un rapport entre l’engagement esthétique et l’expression de l’intérêt général, du sens de la communauté. Tout un courant de pensée (porté notamment par Emily Brady) a engagé une réflexion concernant le lien entre l’éthique et l’esthétique environnementale qui peut s’appuyer sur les jardins collectifs d’agrément. Il est question de valoriser une expérience esthétique et démocratique du paysage et de l’environnement en général : « cela peut être des pratiques de petits groupes en appui à des mobilisations sociales ou des pratiques invitant à une résistance contre l’aménagement brutal et sans recours de lieux publics populaires » (Lolive et blanc 2007). L’animateur a une place à tenir dans les alliances qui se nouent autour des jardins collectifs, entre associations de quartier, voisins et autres collectifs animés par des artistes notamment.

Le développement des jardins collectifs s’accompagne-t-il de l’émergence d’un métier d’animateur-jardin ? Trois limites doivent être prises en considération avant de postuler par l’affirmative. Premièrement, ces structures pariant le plus souvent sur la coopération bénévole n’impliquent pas forcément la création de postes de permanents. Et si tant est qu’elle se fasse, le recrutement peut être davantage axé sur la technique de jardinage que sur l’animation. Deuxièmement, l’animation n’a pas attendu l’essor des jardins collectifs pour s’intéresser au jardinage ; l’objet n’est pas fondamentalement nouveau, il figure parmi ses nombreux outils et supports de travail. Troisièmement, l’amplification éventuelle d’un besoin de professionnels spécialisés n’a pas pour effet automatique la création d’un champ professionnel distinct. Il n’est pas évident que la demande en résultant ne se résolve par l’introduction d’une compétence animation chez les jardiniers ou d’une compétence jardin chez les animateurs. D’ailleurs, il n’existe encore aucun diplôme spécifique ou thématique, dans le Répertoire National de la Certification Professionnelle (RNCP). Pour un constat plus avancé, l’analyse des programmes correspondant aux diplômes officiels pertinents reste à réaliser. Cependant, force est de constater que la catégorie « animateur jardin » existe : en témoignent les offres de formation professionnelle de courte durée qui se développent et semblent capter pour l’instant le créneau, ainsi que diverses offres d’emplois.

En définitive, il est clair que les formes les plus sociales de jardins collectifs impliquent fortement le travail d’animation. Dans le guide méthodologique « Jardinage et développement social », la figure de l’animateur est présentée comme un élément indispensable au fonctionnement, qu’il s’agisse de jardins familiaux de développement social ou de jardins d’insertion. Dans ce contexte précis, il serait préférable de confier l’encadrement social et technique à un animateur formé, compétent et attentif « plutôt qu’à un jardinier parlant mieux que les autres ». Les auteurs insistent sur le fait que l’animateur n’est pas un éducateur technique, le conseil en jardinage ayant éventuellement un statut de support de communication. Le profil idoine est celui d’un animateur qui se formerait suffisamment au jardinage, mais le technicien agricole ou horticole qui suit la démarche inverse peut être pertinent. Toutes les autres formes, jardins partagés,  jardins pédagogiques, jardins familiaux à l’ancienne doivent-ils alors faire l’objet d’un tel professionnalisme ? Il n’y a pas de réponse systématique et heureusement que le fonctionnement associatif permet à l’essentiel d’exister. Si toutefois la professionnalisation des jardins collectifs s’affirmait, cet effort de les positionner dans le contexte émergent des quartiers durables est de nature à préciser certaines fonctions stratégiques de l’animateur-jardin, au regard des enjeux de participation citoyenne.

Ouvrages cités
BAUDELET L., BASSET F., LE ROY A., 2008, Jardins partagés : utopie, écologie, conseils pratiques, Terre vivante.
CEREZUELLE D., JARDINS D’AUJOURD’HUI, 1999, Jardinage et développement social : du bon usage du jardin comme outil d’insertion sociale et de prévention de l’exclusion, guide méthodologique, Editions C.L..
Chevalier A., 2009, « Comment améliorer les conditions de vie en milieu urbain : les processus de la création des nouveaux espaces verts montréalais par des initiatives communautaires »,  Colloque de la relève 6e édition « Réalités et transformations des milieux urbains », École d’architecture de l’Université Laval, 7 et 8 mai.
Claval P., 1994, « Un préalable pour penser la ville de demain », in Gobin-Ghorra C. (dir.), Penser la ville de demain : Qu’est-ce qui institue la ville?, L’Harmattan, Paris, pp. 257-264.
COHEN C., 2008, « Les jardins partagés, jardins urbains de mixité sociale, de convivialité et de retour à la terre », Fiche thématique n°10 « Nature en ville, jardins partagés », 4D.
Delwiche P., 2007,   Du potager de survie au jardin solidaire : approche sociologique et historique, Les éditions namuroises.

Dubost F., 2007, « Introduction générale : évolution sociologique et questions de sémantique », in Du jardin ouvrier au jardin partagé : un rôle social et environnemental, Bibliothèque numérique de l’INP, n°4.
Duchemin E., Wegmuller F. et Legault A.-M., 2009. Urban agriculture: multidimensional tools for social development in poor neibourghoods. FACTS Reports, vol. 2, pp. 1-8.
EMELIANOFF C., 2004, « Les villes européennes face au développement durable: une floraison d’initiatives sur fond de désengagement politique », Cahiers du PROSES, n° 8, Sciences Po.
GUYON F., 2008, « Les jardins familiaux aujourd’hui : des espaces socialement modulés », Espaces et sociétés, vol. 3, n°134, pp. 131 à 147
GUIOMAR., 2010, « Les jardins d’insertion pacifient le paysage urbain : exemple à Sevran », La revue durable, n°43, aout-sept 2011, p. 42-43.
Hista J., 2007, Enjeux autour de l’agriculture urbaine contemporaine. Regroupement des Jardins Collectifs du Québec, http://www.caaaq.gouv.qc.ca/userfiles/File/MEMOIRE/13-12-L-Jardins_collectifs.pdf
Maicherak A.-L., 2004, Les jardins collectifs Entre paysage urbain et lien social, Rapport du stage effectué au bureau des paysages, MEDD.
MIRENOWICZ  J., 2009, « Qu’est-ce qu’un quartier durable, et comment peut-il contribuer à changer les styles de vie ?  La démarche de la Revue durable », conférence dans le cadre du Cycle de conférences « Les territoires durables. De l’écoquartier à la ville durable : quels outils d’évaluation ? », Paris, 17 novembre, Musée social, Institut de formation de l’environnement.
Paquette J., 2002, « Expérience spatiale et bien-être urbain : le cas des jardins communautaires montréalais », Ethnologies, vol. 24, n° 1, p. 45-74.
Paquot T., 2004, « Ville et nature, un rendez-vous manqué ? », Diogène, vol. 3, n° 207, p. 83-94
Pashchenko O., 2011, « Le jardin partagé est-il un paysage ? », publié le 13/07 sur Projet de Paysage – www.projetsdepaysage.fr
PASCHENKO O., CONSALES J.-N., 2010, « Les jardins collectifs. Derrière une seule notion, des réalités territoriales contrastées », Durabilis, n°11, sept 2010, « Les jardins urbains partagés », p. 8-13.
PREDINE E., 2009, Des jardins en partage, Rue de l’échiquier, Paris.
QUÉRÉ L. et BREZGER D., 1992, « L’étrangeté mutuelle des passants. Le mode de coexistence du public urbain », Les annales de la recherche urbaine, n°57-58.
Rumming K., 2007, « Développement urbain durable. L’éco-quartier exemplaire de Hannovre-Kronsberg », URBIA – Les Cahiers du développement urbain durable, n°4 « Éco-quartiers et urbanisme durable », juin.
SANSOT P., 1993, Jardin publics, Payot, collection « petite Bibliothèque ».
SOUGAREVA N., HOLEC N., 2010, « L’histoire des villes durables européennes. Émergence des villes durables dans la décennie des années 90-2000 », in CITEGO (coord.), dossier « Développement durable, paradigme du développement urbain ? », disponible à cette adresse :  http://base.d-p-h.info/pt/dossiers/dossier-1933.html
Tchekemian A., 2007, « Le citadin et la nature : entre représentations et pratiques sociales de la nature sauvage et domestique à Grenoble », in Viala L. et Villepontoux S. (dir.), Imaginaire, Territoires, Sociétés. Contribution à un déploiement transdisciplinaire de la géographie sociale, Montpellier, PU Montpellier III.
WEGMULLER F et DUCHEMIN E., 2008, « Multifonctionnalité de l’agriculture urbaine à Montéral : étude des discours sur la base du programme des jardins communautaires », colloque « innovation and sustainable development  in agriculture and food », Montpellier, du 28 au 1er juillet.
MAAS J., 2009, Morbidity is related to a green living environment, Epidemiol Community Health. Published Online, 15 October.
Mathieu N., Martouzet D., Guermond Y., 2010, Pour de nouvelles approches vers des villes durables, NSS Dialogues – EDP Sciences.

Proposition de communication : De l’injonction à l’acquisition de comportements éco-citoyens, la place de la communication dans les opérations « Ecoquartiers »

Proposition de communication orale au Colloque ARPEnv « L’individu et la société face à l’incertitude environnementale ». Lyon-Bron 8-10 Juin 2011
[Titre provisoire]

Communicants :
·    Didier Laugaa : MCF (Psychologie soc.)
Université Bordeaux III – IUT B / ADES didier.laugaa@orange.fr
·    Pascal Tozzi : MCF HDR (Sc. Politique)
Université Bordeaux III – IUT B / ADES p.tozzi@ades.cnrs.fr

Résumé de la communication :

Cette proposition s’appuie sur les premiers résultats et les travaux en cours du programme de recherche PAGODE (Participation, Animation et Gouvernance Dans les Ecoquartiers), financé par l’ANR pour les 3 ans à venir et conduit par une équipe d’ADES. L’objectif est d’étudier des opérations de « quartiers durables » pour voir s’ils constituent – ou non – des espaces d’expérimentation pour des nouvelles formes de gouvernance urbaine, de participation des habitants à la gestion de leur cadre de vie, d’acquisition de comportements en lien ou en conformité avec les composantes de la durabilité au sens large. Le corpus est à la fois composé des 160 dossiers du Concours national EcoQuartiers lancé en 2010 par le MEEDEM et d’enquêtes de terrain en cours de réalisation.

La problématique qui nous intéresse est celle du passage de l’injonction de durabilité urbaine (incluant de façon forte les problématiques environnementales) à l’acquisition des comportements afférents, généralement dits « éco-citoyens ». Au cœur de ce processus souvent ambigu : d’abord le cadre cognitif activé par l’écoquartier et ses acteurs-promoteurs ; ensuite le travail social de mise en conformité et d’acceptabilité opéré via le triptyque communicationnel « information, éducation et sensibilisation ».

Dans un premier temps, nous recenserons certains marqueurs du « référentiel écoquartier » qui traduisent les présupposés et font les discours de l’urbanisme durable. Celui-ci tend à faire de l’aménagement un remède aux externalités négatives, aux risques et nuisances globalisés, produits par la société moderne et ses villes (pollution, réchauffement climatique, stress, etc.). Au-delà des solutions techniques, la conjuration passe par une convocation de la nature sous diverses formes, mais surtout par l’injonction éthique d’un changement de mentalités et de pratiques que la mise en place d’un écoquartier est censée orchestrer. Il y a bien l’idée d’un passage de l’« individu-victime » à l’« individu-acteur ».

Dans un deuxième temps seront donc analysés les procédés et dispositifs communicationnels utilisés pour induire ce changement de statut et de comportements. Du point de vue des projets, les opérations de communication se veulent de proximité (habitants, associations…), diversifiées (internet, ateliers…) et adaptées au public visé (écoles…). Il s’agit pour nous de mettre en tension ces différentes composantes avec des éléments théoriques afin de mieux saisir d’éventuelles limites à ces pratiques communicatives. De nous interroger par exemple sur un possible paradoxe entre hégémonie des réponses techniques et valorisation d’un engagement citoyen en réponses aux problèmes environnementaux. La question traitée est aussi celle de la création d’une dynamique sociale permettant aux personnes d’éprouver de l’intérêt pour les problèmes environnementaux, de construire de nouvelles habitudes et d’assurer ainsi la durabilité et le caractère écologique de leur quartier.