Proposition de communication : De l’injonction à l’acquisition de comportements éco-citoyens, la place de la communication dans les opérations « Ecoquartiers »

Proposition de communication orale au Colloque ARPEnv « L’individu et la société face à l’incertitude environnementale ». Lyon-Bron 8-10 Juin 2011
[Titre provisoire]

Communicants :
·    Didier Laugaa : MCF (Psychologie soc.)
Université Bordeaux III – IUT B / ADES didier.laugaa@orange.fr
·    Pascal Tozzi : MCF HDR (Sc. Politique)
Université Bordeaux III – IUT B / ADES p.tozzi@ades.cnrs.fr

Résumé de la communication :

Cette proposition s’appuie sur les premiers résultats et les travaux en cours du programme de recherche PAGODE (Participation, Animation et Gouvernance Dans les Ecoquartiers), financé par l’ANR pour les 3 ans à venir et conduit par une équipe d’ADES. L’objectif est d’étudier des opérations de « quartiers durables » pour voir s’ils constituent – ou non – des espaces d’expérimentation pour des nouvelles formes de gouvernance urbaine, de participation des habitants à la gestion de leur cadre de vie, d’acquisition de comportements en lien ou en conformité avec les composantes de la durabilité au sens large. Le corpus est à la fois composé des 160 dossiers du Concours national EcoQuartiers lancé en 2010 par le MEEDEM et d’enquêtes de terrain en cours de réalisation.

La problématique qui nous intéresse est celle du passage de l’injonction de durabilité urbaine (incluant de façon forte les problématiques environnementales) à l’acquisition des comportements afférents, généralement dits « éco-citoyens ». Au cœur de ce processus souvent ambigu : d’abord le cadre cognitif activé par l’écoquartier et ses acteurs-promoteurs ; ensuite le travail social de mise en conformité et d’acceptabilité opéré via le triptyque communicationnel « information, éducation et sensibilisation ».

Dans un premier temps, nous recenserons certains marqueurs du « référentiel écoquartier » qui traduisent les présupposés et font les discours de l’urbanisme durable. Celui-ci tend à faire de l’aménagement un remède aux externalités négatives, aux risques et nuisances globalisés, produits par la société moderne et ses villes (pollution, réchauffement climatique, stress, etc.). Au-delà des solutions techniques, la conjuration passe par une convocation de la nature sous diverses formes, mais surtout par l’injonction éthique d’un changement de mentalités et de pratiques que la mise en place d’un écoquartier est censée orchestrer. Il y a bien l’idée d’un passage de l’« individu-victime » à l’« individu-acteur ».

Dans un deuxième temps seront donc analysés les procédés et dispositifs communicationnels utilisés pour induire ce changement de statut et de comportements. Du point de vue des projets, les opérations de communication se veulent de proximité (habitants, associations…), diversifiées (internet, ateliers…) et adaptées au public visé (écoles…). Il s’agit pour nous de mettre en tension ces différentes composantes avec des éléments théoriques afin de mieux saisir d’éventuelles limites à ces pratiques communicatives. De nous interroger par exemple sur un possible paradoxe entre hégémonie des réponses techniques et valorisation d’un engagement citoyen en réponses aux problèmes environnementaux. La question traitée est aussi celle de la création d’une dynamique sociale permettant aux personnes d’éprouver de l’intérêt pour les problèmes environnementaux, de construire de nouvelles habitudes et d’assurer ainsi la durabilité et le caractère écologique de leur quartier.