Webographie potagère (à compléter)

Présentation du blog:

« Les mauvaises herbes est un projet d’entreprise en économie sociale et solidaire dont la vocation est le développement de potagers productifs et participatifs en ville. En utilisant les espaces libres au sol et sur les toits, notre service se concentre sur deux aspects: l’expertise technique, c’est-à-dire la mise en place des potagers sur des surfaces urbaines (et, a fortiori, atypiques), ainsi que la production selon des techniques agro-écologiques (à hauts rendements). Ensuite sur une expertise “humaine”, c’est-à-dire la capacité que nous avons à impliquer les personnes occupant un lieu donné (hôpital, entreprise, habitat, etc.) autour du potager, afin de pouvoir les faire bénéficier de l’impact social positif du jardinage. Evidemment, ce projet a également une forte composante environnementale/écologique.

La production maraîchère en ville a un impact social large sur une population donnée. En dehors du service de mise en place de potager et de gestion de la production et de l’humain, nous mettons en place des ateliers, animations et évènements autour du jardin sur des question diverses.

Les potagers sont dotés, en plus de la production maraîchère, de systèmes de récupération des eaux de pluies, de ruches et de poulailler, lorsque cela est possible, et de composteurs (avec ou sans lombrics). Par ailleurs, les variétés cultivées au jardin sont avant tout des variétés de terroir, locales, issues de l’Ile-de-France lorsque cela est possible. Nous nous inspirons également des désirs des bénéficiaires, s’il y en a, pour faire pousser des variétés issues d’autres régions et d’autres pays, parfois difficilement trouvables en France ».

Présentation du blog:

« Je suis Agro-économiste de formation et passionné par à peu près tout (Philosophie, Art, Histoire, Economie, Sciences, etc). Mon angle principal de réflexion est autour de l’écologie politique. Ce blog qui vient accompagner mes recherches personnelles sur la relation de tous ces sujets avec l’écologie, même si par déformation professionnelle l’agriculture y dispose d’une place privilégiée.

Dans ma vie, j’ai eu la chance de voyager en Europe, en Asie, en Amérique du Nord et du Sud où j’ai pu énormément m’absorber des différences et des ressemblances entre différentes cultures humaines. Cela m’a amené à prendre conscience de la part homogène des aspirations humaines et de la beauté des paysages et des formes de vies sur toute la planète.

Le titre de ce blog provient d’une interview de Cornelius castoriadis ou il exprime avec justesse comment nous devrions agir en fonction de la planete Terre et non pas essayer de la soumettre pour en “devenir comme maitre et possesseur”. L’objectif final étant de mener une réflexion pour un monde meilleur, où les Hommes pourraient vivre sur un pied d’égalité tout en respectant leur matrice, la planète Terre.

La guerre contre le Nature touche bientôt a sa fin, il faut donc commencer a replanter, ce blog se propose de semer deja quelques graines.

Bonne lecture à tous

Karmai »

Présentation du blog

« Nous sommes des gens passionnés œuvrant ensemble pour un monde où tous partagent la responsabilité pour le bien-être de notre planète et de nous-même. Nous nous sommes engagés à vivre et partager l’expérience des incroyables comestibles de Todmorden.

Notre motivation est de fournir l’accès à une bonne nourriture locale pour tous par le biais de :
– travailler ensemble en mutualisant nos actions au sein de coopérations multiples et variées ;
– soutenir les apprentissages et le savoir-faire par la pédagogie, de la culture à la salle de classe, et de la salle de classe à la cuisine ;
– dynamiser l’économie locale et la créativité de notre territoire.

Vous pouvez également nous soutenir et vous appuyez sur nous !

Nous vous souhaitons une bonne visite sur les pages du site « Incredible Edible Fréland », nos incroyables comestibles. »

 

 

Animation et participation citoyenne dans les quartiers durables : Expériences française de jardins collectifs

Communication  dans le cadre du 5 ème Colloque International sur l’Animation Socioculturelle 26-28 oct. 2011 Université de Saragosse (Espagne) « Modèles de politiques socio-éducatives et socio-culturelles dans des contextes de changement »

Par D’Andréa Nicolas (MCF Aménagement – ADES / Bordeaux III / IUT Michel de Montaigne)
Tozzi Pascal (MCF HDR Science politique – ADES / Bordeaux III / IUT Michel de Montaigne)

Cette communication s’appuie sur les premiers résultats et les travaux en cours du programme de recherche PAGODE (Participation, Animation et Gouvernance Dans les Ecoquartiers), financé par l’ANR pour les 3 ans à venir et conduit par une équipe d’ADES. L’objectif de ce programme est d’étudier des opérations de « quartiers durables » pour voir s’ils constituent – ou non – des espaces d’expérimentation pour des nouvelles formes de gouvernance urbaine, de participation des habitants à la gestion de leur cadre de vie, d’acquisition de comportements en lien ou en conformité avec les composantes de la durabilité au sens large. Le corpus est à la fois composé des 160 dossiers du Concours national EcoQuartiers lancé en 2010 par le MEEDEM et d’enquêtes de terrain en cours de réalisation. Dans ce cadre et pour le 5ème Colloque du RIA, il s’agit d’ouvrir des pistes d’analyse autour de l’émergence du jardin collectif (sous de multiples formes et appellations). Cette figure, emblématique de l’espace public et de l’urbanisme durable, est présente dans une forte proportion de projets d’écoquartiers français. Pensés comme des opérateurs de vivre-ensemble, les jardins, dans leur mise en place, leur fonctionnement, sont porteurs d’enjeux multiples au cœur des mécanismes d’animation et de participation.

D’un côté, le jardin collectif est un objet qui catalyse nombre de projections fantasmatiques (ou mythologiques) de la durabilité urbaine puisqu’il en articulerait idéalement toutes les composantes (écologique, sociale et économique). Il apparaît donc intéressant de relever, dans les discours de projets, les marqueurs d’activation de ces dimensions symboliques (mémoire des lieux, « maraîchage retrouvé », évocation de la nature en ville, etc.) autant que du registre d’ingénierie territoriale afférent (modalité de gestion, outil d’action et de mixité sociales, outil de sensibilisation aux enjeux environnementaux). Le propos dominant – tenant souvent de la prescription ou de l’invocation – est celui qui fait du jardin collectif un support de l’animation socio-culturelle, un activateur de la participation et de socialisation, une caution participative du projet global. En contrepoint d’un engouement notable suscité par ces promesses, on peut néanmoins se demander si la promotion systématique et l’implantation banalisées des jardins collectifs ne masquent pas une certaine idéalisation du dispositif, en tout cas une sous-estimation de ses contraintes, voire des conflictualités latentes qui peuvent impacter les processus de participation et d’animation qu’il est censé sous-tendre dans les écoquartiers.

I – Jardins collectifs, espaces incontournables des projets d’écoquartiers et de mobilisations

Les jardins collectifs, sous certaines formes, existent depuis longtemps dans les agglomérations urbaines. Comme l’illustrent le corpus du Concours national EcoQuartiers en France, ces formes de la « nature en ville », réactivées et remises au centre des projets d’aménagement par l’importation du concept de durabilité, donnent lieu à un engouement notable tant au niveau du discours que des mobilisations participatives et sociales censées être portées par les opérations de « quartiers durables » recensées.

A – Le jardin, un Eden  pour l’urbanisme en général et pour la durabilité urbaine en particulier

L’historique de la forme urbaine du jardin collectif a déjà été réalisé à de multiples reprises. Nous reprenons ici des éléments tirés de ces travaux, notamment ceux de Paquot (2004), Delwiche (2007), Dubost (2007) ou Maicherak (2004). Il ressort de ces derniers que la matrice historique des expériences actuelles est celle des jardins ouvriers du XIXe siècle, habituellement attribuée au député Lemire – mais ce n’est pas la seule influence idéologique – qui crée la « Ligue française du Coin de Terre et du Foyer » (1896) afin de mettre à la disposition des ouvriers des parcelles pour cultiver les plantes potagères nécessaires à leur consommation. Entre mobiles moraux  (« détourner l’ouvrier des tentations du cabaret »), socio-économiques (subvenir à leurs besoins, voire par exemple se créer « à l’aide du produit de la terre, un livret de caisse d’épargne ») ou de santé/bien-être (« avoir un coin où prendre l’air »), il s’agit selon Delwiche de permettre « un ré-enracinement dans la terre et une réappropriation des savoirs ancestraux que les anciens ruraux avaient perdu », la « prescription jardinière » se diffuse. La loi française du 31 octobre 1941 va finalement donner aux jardins collectifs un statut juridique, interdisant tout usage commercial des productions. Le rôle alimentaire perdant son importance après guerre au profit d’une occupation populaire et récréative des espaces jardinés, l’appellation « jardins familiaux » – retenue par la loi 26 juillet 1952 – finit par supplanter celle de « jardins ouvriers » ou « industriels ».

Les années 60-70 sont marquées par l’amenuisement progressif des jardins collectifs mais aussi par la prise de conscience de celui-ci, en même temps que de sa cause : une urbanisation massive qu’il faut réguler. Dans ce contexte contrasté, on assiste cependant au « revival » de la forme via la diffusion de l’expérience des « Community Garden » new-yorkais, tandis qu’en France, la loi du 10 novembre 1976 accorde aux SAFER (Société d’Aménagement Foncier et d’Etablissement Rural) et aux collectivités locales le droit de préemption pour acquérir et aménager les jardins collectifs, en même temps qu’elle permet aux associations expropriées d’exiger la mise à disposition d’un terrain équivalent le plus souvent à l’extérieur de la ville. La fin des années 80 et le début des années 90 voient l’intégration progressive des préoccupations du développement durable dans l’aménagement urbain : avec elle, une légitimité et un engouement renouvelés  pour les jardins collectifs. Ces derniers s’enrichissent d’orientations revisitées, en réponses aux problématiques de la durabilité (écologie, social, économique) et aux enjeux urbains contemporains : développer les interactions ou liens sociaux entre les générations et les communautés, favoriser l’éducation, la socialisation et l’insertion des personnes en difficulté, parfois encore contribuer à leur sécurité alimentaire, tout en sauvegardant une certaine biodiversité dans la ville.

Cette multifonctionnalité désormais officiellement supportée par les jardins collectifs se traduit par un  foisonnement d’initiatives souvent bénévoles et citoyennes, en Europe, au Canada, aux Etats-Unis ou ailleurs. Dubost (2007) rappelle en ce sens que les quelques 1500 associations créées en France depuis les années 90 ont des appellations multiples, des formes diverses, et s’adressent à des publics divers : habitants d’un quartier (jardins partagés), chômeurs ou Rmistes (jardins d’insertion), handicapés (jardins à vocation thérapeutique), enfants (jardins pédagogiques), etc. Forme héritière d’un passé historique mais aussi réinventé, le jardin collectif d’aujourd’hui est le support de nouvelles modulations sociétales autant que nouvelles relations à l’espace vécu, significations et représentations. On veut aussi y expérimenter des formes de vivre-ensemble, d’animation socioculturelle, de participation et de gouvernance censées activer de nouvelles relations entre les citoyens-jardiniers, les politiques et les professionnels, entre l’individu et le monde associatif, entre celui-ci et les institutions (Cohen 2008). Voyons les éclairages qu’apportent les terrains qui constituent le corpus de travail et d’enquêtes du programme de recherche PAGODE sur les opérations d’écoquartiers français.

B – Les jardins collectifs : une confusion des genres ?

La proposition de loi adoptée par le sénat français, relative aux jardins collectifs (2007) reconnaît et définit trois types (Art. L. 561-1.): les jardins familiaux, les jardins d’insertion, les jardins partagés. Or, les formes prises par les jardins collectifs sont plus diverses que cela et l’appartenance à une catégorie ne va pas de soi. Au départ, le référent « jardin familial », issu du jardin ouvrier, se caractérise par un découpage en parcelles potagères, louées et exploitées individuellement, à des fins d’auto-consommation familiale. Toutefois, leur renouveau durant les 20 dernières années peut s’accompagner d’une mutation des fonctions, de la physionomie et des modes d’organisation. Consales et Pashchenko (2010) constatent deux grandes tendances : d’ordre spatial et morphologique. D’une part, souvent isolés, de localisations périphériques, parfois très ingrates, concentrés pour des raisons historiques dans les territoires industriels ou miniers ; les jardins familiaux accèdent aujourd’hui à des positions plus centrales, voire au cœur des agglomérations. D’autre part, les schémas d’aménagement orthogonaux, le marquage de la clôture, l’uniformité, cèdent  le pas à des formes courbes, à l’ouverture et à la créativité. On note aussi sur le plan productif, la diminution de la taille des parcelles, une orientation vivrière moins prégnante, les cultures ornementales étant mieux tolérées, éventuellement au profit des espaces communs. Bref, les jardins familiaux sont moins typés, plus divers, la répartition des fonctions de sociabilité et de production n’est pas forcément figée.

Les jardins partagés, qui se développent parallèlement, sont des espaces collectifs dont s’occupent les habitants d’un quartier, la dynamique de groupe prévalant sur le jardinage (Prédine 2009). Ils sont   fondamentalement liés à certains choix d’organisation : « accessibles au public » comme le distingue la loi, gestion participative, jardinage écologique… Certaines chartes mettent en avant la dimension sociale comme la charte Main Verte de la mairie de Paris qui insiste sur l’animation « d’activités collectives de jardinage développant l’éducation, l’insertion et la création de lien social ».  Surtout, les jardins partagés sont censés émaner d’un processus d’élaboration collective (Baudelet, Basset, Le Roy), la charte du réseau Le jardin dans tous ses états stipulant que « la concertation est la base indispensable de tout projet ». En dépit de différences nettes mais non figées, du fait de normes évoluant ou émergeant, l’opposition entre le modèle du jardin familial et du jardin partagé fait question. Consales et Pashchenko observent des structures mixtes (coexistence de parcelles individuelles et collectives) qui font aujourd’hui des jardins partagés des « espaces ambivalents ». Selon E. Prédine (2009), des jardins familiaux peuvent être partagés si l’on implique réellement les jardiniers. L’introduction d’une dose de participation dans le modèle traditionnel semble être un levier tout aussi stratégique que la diffusion du jardin partagé, plaçant dans les deux cas la question de l’animation au centre des enjeux.

Par ailleurs, un certain foisonnement lexical autour de ces jardins en partage contribue à la confusion : jardins communautaires à Lille ou dans le contexte québécois, « jardins de proximité », « jardins de voisinage », « jardins en pied d’immeuble », « jardins solidaires » en insistant sur la culture du  lien social, « potagers ou jardins coopératifs », etc. Si ce phénomène est pour certains la preuve qu’un « jardin partagé » n’est pas un simple label applicable à des normes de fonctionnement standards, ou l’indice d’une créativité sociétale féconde, la tâche n’en reste pas moins difficile pour analyser l’effet de brouillage qui persiste. Cette difficulté est renforcée par le fait que, en dehors des catégories formalisées par loi et les chartes émergentes, l’univers des jardins collectifs laisse la part belle à l’auto-labellisation qui frôle parfois l’inflation des termes. Au-delà des deux types dominants, le jardin d’insertion n’est pas exempt de variantes et parentés. On distinguera ainsi les jardins d’insertion sociale qui accompagnent des personnes dans le cadre d’ateliers de remobilisation, des jardins d’insertion par l’activité économique, véritables exploitations agricoles commercialisant la production, dont les usagers sont salariés dans le cadre de contrats aidés. Existe également un troisième groupe de jardins, dits éducatifs ou pédagogiques (Revue durable n°43), centrés sur « la sensibilisation à l’environnement, l’alimentation l’art, la culture, les sciences […], les rapports sociaux par l’apprentissage et la pratique du jardinage ».

En définitive, au-delà des désignations, les fonctionnements (organisationnels, décisionnels, financements, recrutement…) peuvent masquer autant de similitudes que de disparités. Les formes de jardins ne cessent de s’hybrider. Des jardins familiaux deviennent plus coopératifs, des jardins partagés cèdent à la tentation de l’individualisation des parcelles. L’accueil de scolaires en jardin partagé et son appropriation par les enfants revient à instaurer la modalité jardin pédagogique ou bien l’accueil régulier de publics fragilisés  peut confiner au jardin d’insertion sociale. De fait, les jardins collectifs semblent polyvalents et pouvoir appartenir à plusieurs catégories, renouant même parfois avec celle du jardin d’agrément. Le jardin des Aures, à Marseille, en est un exemple : fondé sur une base traditionnelle de jardin familial à vocation d’auto-production alimentaire, il reçoit des chantiers éducatifs, possède une parcelle collective convertie en jardin pédagogique, et accueille des manifestations culturelles à ciel ouvert. Ce sont donc aussi des structures spatialement composites, multi-dispositifs, tournées vers plusieurs publics, qui contribuent à la dynamique du jardin collectif. En région parisienne, 40% des jardins d’insertion sont couplés à des jardins familiaux/partagés ou des parcelles pédagogiques (Guiomar, 2011). L’une des conséquences de cette réalité est la coprésence de différents professionnels et la nécessaire polyvalence de l’animateur.

C – L’ampleur du phénomène « jardins collectifs » au prisme du Concours EcoQuartiers français

Une première raison politique à l’ampleur du phénomène « jardins collectifs » apparaît en faisant le constat de leur nature éminemment participative, dans bien des modalités. Ils entrent de ce fait en cohérence avec l’idéal d’implication des populations dans la gestion de leur environnement, point fort de la Déclaration de Rio de 1992, liée au concept de développement durable. Se référant à ce dernier, devenu un opérateur incontournable de l’action publique, la plupart des projets d’urbanisme accordent une importance particulière aux principes de bonne gouvernance et de participation des habitants. En France, la tendance a été encouragée par la Loi du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité, insistant sur la « participation du public à l’élaboration des projets d’aménagement et d’équipement ayant une incidence importante sur l’environnement ou l’aménagement du territoire ». Plus qu’ailleurs, la concertation est une injonction et un principe fondateur quand il s’agit de produire des quartiers durables – ou « écoquartiers » -. Dans cette démarche, la qualité du processus d’élaboration va de pair avec la capacité d’y associer les habitants. Celle-ci devient un argument dans la valorisation des opérations et un critère évoqué pour les différencier des quartiers « classiques ». On conçoit bien, pour des raisons allant du simple affichage, à la conviction d’une profonde pertinence, que les jardins partagés soient pleinement entrés dans la boite à outils de l’urbanisme participatif.

On peut constater secondement que le champ des bénéfices auxquels on associe les jardins collectifs, leur octroie une position sécante intéressante, au regard des enjeux de l’urbanisme durable. Ce que l’on peut concevoir, par exemple, en évoquant la triple raison d’être d’un écoquartier (Mirenowicz 2009). Il répond d’abord à un besoin essentiel qui est celui de se loger et d’avoir accès à des services de base, notamment, via un système de transports doux adapté. Il s’agit ensuite de cohabiter, c’est-à-dire de vivre ensemble le mieux possible, dans la mesure où la population est de plus en plus nombreuse au sein des agglomérations. Enfin, il faut atteindre ces deux objectifs dans les limites de la biosphère. C’est donc en fonction de ce type de matrice de réflexion que la conception urbanistique de la nature en ville évolue. La question du jardinage, de l’agriculture urbaine et plus précisément des jardins collectifs, ayant l’avantage de relier les trois besoins fondamentaux évoqués. En témoignent les opérations « quartiers durables » qui s’intensifient en Europe (Sougarevan et Holec 2010) depuis une dizaine d’années et plus précisément, en France, les réponses au concours EcoQuartiers, organisé par le ministère du Développement durable en 2009. C’est à la lumière des propositions recueillies, dépouillées dans le cadre du projet de recherche PAGODE, que l’on se propose ici d’identifier les tendances permettant de mieux caractériser et comprendre l’essor des jardins collectifs.

L’émergence du jardin collectif comme figure récurrente de l’urbanisme durable s’inscrit à la croisée d’un intérêt pour la nature en ville et les espaces collectifs ; il s’agit d’injecter du vert, mais du vert intelligent, à « haute valeur sociale ajoutée ». D’un côté, la présence du jardin public, voire d’un système complexe d’espaces verts et bleus est quasi systématique ; de l’autre, de nombreux projets mettent en exergue la référence à des pratiques de coopération, de coproduction encouragée, au sein de ce que l’on peut désigner comme des espaces collectifs, porteurs de nouvelles modalités de partage et de gouvernance. En découle une typologie de lieux favorisant les pratiques de mutualisation et d’échange concernant les déplacements, le bricolage, les problèmes domestiques, l’alimentation, les loisirs, etc. Parmi ceux-là, le jardin collectif constitue l’objet urbain le plus emblématique de la tendance. Ainsi, 46% des projets en phase opérationnelle, comportent au moins une modalité de jardin collectif. En effet, au sein d’un même projet, comme à Auxerre (Les Brichères), cohabitent un jardin d’insertion (Jardins du cœur) et des jardins familiaux. Parfois, le projet recycle des jardins familiaux existants comme à Poitiers (Le Porteau) ou Nantes (Bottières-Chênaie). Il est à noter toutefois que ces projets-vitrine ne sont pas forcément isolés et peuvent s’intègrer comme à Toulouse, à une politique municipale de jardins partagés.

II –  Effets des jardins collectifs, espaces d’expérimentations participatives, sociales et socioculturelles

Les formes prises par les jardins collectifs sont diverses et, au bénéfice de la multifonctionnalité qu’ils portent, vont offrir autant d’opportunités pour les actions participatives au sens large, et pour celles portées par les acteurs socioculturels en particulier. Pour autant, si les effets attendus sont « cultivés » avec soin, le jardin est un espace qui, à travers ses occupations et les activités qu’il supporte, révèle aussi certaines ambiguïtés dans les implications habitantes dont il est porteur. Cette complexité des rapports sociaux, que révèlent les expériences des jardins collectifs présents dans les écoquartiers, réintègre l’animateur socioculturel en pièce maîtresse du dispositif et des régulations qu’il s’agit de penser et de mettre en œuvre.

A – Activités et mobilisations « jardinières » : effets sociétaux attendus

Nous reprendrons une typologie déjà proposée par ailleurs (Hista 2007) pour identifier les contributions attribuées par les porteurs de projets de jardins collectifs et susceptibles de rencontrer les préoccupations de concertation autant que d’animation autour des pôles du développement urbain durable :

Un impact sur le maillage des acteurs du territoire
Les jardins collectifs sont organisés et gérés autour d’une ou plusieurs organisations de quartier qui vont « recruter » leurs jardiniers essentiellement dans celui-ci. La mise en contact de plusieurs acteurs autour du projet d’un jardin collectif, au cœur des opérations d’écoquartiers, favorise la constitution de réseaux d’acteurs locaux et de différents groupes sociaux qui tissent des liens. Au-delà, les expériences sont également l’occasion d’activer des relations avec des organisations et associations implantées – ou ayant un champ d’action – dans d’autres zones de la ville ; par exemple, un lycée agricole qui organise des ateliers, le service municipal des espaces verts qui vient apporter de la terre, ou tel organisme judiciaire qui met en place un chantier d’insertion… Ces collaborations amènent de la visibilité, de la légitimité et contribuent à faire se rencontrer les publics.

Un impact sur le lien social et l’intégration
Les jardins collectifs sont prescripteurs de « vivre ensemble » et vecteurs de mixité sociale. Les jardins partagés sont censés favoriser la participation et l’implication des citoyens dans la définition de leur cadre de vie, notamment quand il s’agit de choisir l’affectation des parcelles collectives et les activités qui vont s’y dérouler. Ils favorisent, par le travail d’animation, les rencontres intergénérationnelles, voire l’inclusion de certains publics (éloignés de l’emploi, handicapés). Par définition, les jardins d’insertion relient animation et objectifs de réinsertion socioprofessionnelle en permettant un processus de formation au maraîchage dans le cadre d’un projet professionnel ou de développement de la personne. Outre l’acquisition de savoirs et savoir-faire, leur (re)intégration dans des réseaux d’échanges, de communication, de socialisation et de convivialité, les publics intègrent un projet, des repères qui les replacent souvent dans des temporalités à plus long terme.

Un impact sur l’économie, du ménage au territoire
Les jardins collectifs sont aussi porteurs d’effets économiques que peut accompagner l’animation socioculturelle, en lien notamment, avec des modes de consommation citoyens et solidaires, à l’heure où les circuits-courts et les AMAP gagnent en popularité. Si l’autoproduction vivrière est une des attributions historiques, l’effet réel sur l’économie d’un ménage d’aujourd’hui dépend de nombreux facteurs : il peut être substantiel selon Cérézuelle (2003) pour des ménages à très bas revenus, « au minimum l’équivalent d’un 13e mois pour des gens au RMI » ; plus communément, les quantités moyennes produites permettent de conclure à un impact significatif sur la consommation légumière (Boulianne, Olivier-d’Avignon, Galarneau, 2010). Les raisonnements en termes de sécurité alimentaire ou simplement de coûts ne sont toutefois pas les mieux à mêmes de restituer l’intérêt de la démarche, les avantages touchant à la qualité et à la diversification de l’alimentation. Par ailleurs, la mise en place de jardins d’insertion par l’activité économique est par définition source d’emplois aidés, et l’on peut plus largement considérer la gestion de jardins collectifs comme un facteur de création d’emplois qui contribuent à relier l’écoquartier à une dynamique économique urbaine : postes d’administration, d’animation, de formation…

Un impact sur l’adoption de comportements « éco-citoyens »
L’agriculture urbaine, supportée par les jardins potagers collectifs qui contribuent au verdissement urbain, va avoir un impact direct sur l’environnement (lutte contre les gaz à effet de serre et le changement climatique, etc.). Outre des modes de cultures respectueux de l’environnement souvent choisis par les habitants,  les initiatives qui se multiplient partent à la conquête des espaces vacants, qu’ils soient friches ou toits (culture hors sol). Les activités et la concertation autour des jardins collectifs permet aussi aux citadins de tous bords de découvrir le contact avec la nature et les façons de mieux la respecter. Bien plus utiles qu’un guide ou qu’une réunion publique, les jardins et leur aménagement sont aussi l’occasion de discuter de l’écologie, de partager, lors de certaines animations, des « trucs » et des pratiques permettant de progresser vers des modes de vies et des comportements plus conformes aux prescriptions du développement durable : récupération de l’eau pluviale pour l’arrosage, l’utilisation du compost comme fertilisant naturel, réalisation de conserves pour ne pas gaspiller, etc.

Un impact sur le bien-être et la qualité de vie
Comme l’écrit Paquette (2002), tel un retour aux sources, le territoire du jardin communautaire ressort chargé d’un sens se rapportant à l’authenticité et s’opposant, en général, aux formes encore dominantes de l’environnement urbain contemporain. La traduction jardinière de la durabilité, en lien avec le référentiel « écoquartier », est une forme qui incarne spécifiquement l’idée selon laquelle l’aménagement doit désormais aussi être un remède aux externalités négatives, aux risques et nuisances globalisés, produits par la société moderne et ses villes (pollution, réchauffement climatique, etc.). En lien avec les comportements éco-citoyens mais pas seulement, le jardin collectif traduit une forme de conjuration urbaine (Mathieu et al. 2010). Le jardin est pensé, discuté et souvent vécu, comme un opérateur qui permettrait de passer d’un « individu-victime » à un « individu-acteur ». Mais il est aussi un milieu censé faire que « la qualité de vie passe par un dialogue renoué avec la nature » (Claval, 1994) autour d’activités associées au temps libre et agréables, liées au désir de se relaxer, d’expérimenter les rythmes du monde naturel, rappel de l’exploration enfantine, « retour à la terre » – etc. – : les espoirs et les enjeux portés par les jardins collectifs sont de taille, entre rejet d’une certaine « ville » et envie de retrouver le goût de vivre en milieu urbain, voire contribution à prévenir le stress et certaines maladies (Maas 2009).

B – Conflits et incertitudes : effets paradoxaux des dynamiques jardinières.

Lire le jardin collectif au seul prisme de ses promoteurs, toujours engagés, convaincus du bien-fondé de la démarche et procédant à des évaluations d’autant plus optimistes qu’elles sont stratégiques (positionnement, légitimité, maintien des soutiens municipaux, etc.), peut induire le masquage de certains processus plus ambigus qui sont parfois générés. La pérennisation des expériences, des effets positifs et des dynamiques sociétales à l’œuvre passe par une vigilance à garder à leur égard. Le premier risque est celui de l’artificialité des projets comme des liens qui sont censés se tisser à l’occasion de l’activité de jardinage collectif. En effet, faute d’une co-production participative favorisant l’émergence d’une intention commune par rapport à l’espace partagé, chaque type d’acteur peut conserver sa propre vision, éventuellement divergente. Et lorsque les perceptions du jardinage collectif et du bien commun afférent divergent et s’affrontent, les désaccords, les malentendus et donc une usure précoce des dispositifs sont susceptibles de voir le jour (Pashchenko 2011). Un autre point d’achoppement serait de croire artifice pourrait être de croire que le simple maniement de la pioche suffirait à engager, à développer spontanément la vie communautaire du jardin… Or provoquer la rencontre avec l’autre est souvent difficile, propices à des ajustements incessants, entre  vraie proximité sociale, cohabitation distante (Sansot 1993) voire  expression d’une « mutuelle étrangeté » : le risque serait alors que les jardiniers se contentent d’une sociabilité qui consiste juste « à créer de la distance entre les personnes, à se rendre poliment étrangers les uns aux autres » (Quéré et Brezger, 1992), voire celui d’un abandon précoce de la pratique.

La participation à un jardin collectif peut aussi avoir des effets non-intentionnels, notamment en termes de conflictualité directe. Le cas du quartier de Mérignac les Pins est à ce titre illustratif. Marqué par l’idée de « faire ensemble », voulue comme un « prélude au vivre ensemble », le projet d’aménagement d’un espace collectif de l’écoquartier, pourtant porté par le centre d’animation Cap Léo et des représentants d’habitants, n’a pas évité la cristallisation d’inquiétudes voire d’hostilité de la part des populations présentes. Au cours de réunions publiques, les propositions faites aux habitants se sont orientées vers plusieurs options, notamment celles d’un jardin d’agrément ou d’un jardin potager avec une partie florale. Au cours de l’enquête visant à mieux cerner le désir des futurs usagers, les personnes interrogées ont manifesté leur peur d’actes malveillants qui pourraient se produire dans un jardin potager collectif (vols, dégradation des plantes, ou disputes entre voisins), révélant la crainte d’un non-respect des espaces communs, de même que des rapports conflictuels entre les générations (de façon schématique, d’un côté les « anciens cultivant », de l’autre les « jeunes dégradant »). Argument supplémentaire invoqué pour justifier le refus majoritaire du jardin collectif : les habitants auraient « souhaité avoir leur propre parcelle pour jardiner ». Pour les auteurs de l’enquête « Les propositions faites ou choisies par les habitants du quartier des Pins sont pour la plupart des choix par défaut, car ils gardent toujours à l’esprit que quoi qu’il se fasse, cela finira par être dégradé par d’autres habitants du quartier. La présence d’un espace géré par Cap Léo au milieu du quartier, impliquera une permanence active de leur part pour que les habitants ne se renferment pas chez eux ».

Outre l’artificialité et la conflictualité, plusieurs autres « points de vigilance » sont identifiables. Par exemple celui d’une division exacerbée des rôles sociaux. Certains observateurs relèvent ainsi une « spécialisation sexuelle » des espaces collectifs jardinés : « le potager et l’activité vivrière apparaîtraient comme des domaines plutôt réservés à l’homme », tandis que la présence féminine serait « liée à celle des fleurs », se limitant parfois « à l’entretien des bordures et des allées » (Guyon 2008). Si la division spatiale recoupant un peu trop opportunément la division des sexes peut sembler quelque peu schématique, il n’est pas déraisonnable de penser que les jardins collectifs, comme tout espace d’interactions sociales, peuvent être des lieux de reproduction des rapports sociaux qui ne sont pas toujours favorables à une vraie mixité (sociale, culturelle, générationnelle, etc.). Enfin, pour clore cette liste non exhaustive, il y a des effets de « ségrégation volontaire » générés par le privilège souvent accordé à la dynamique collective, contre les motivations individuelles à jardiner. Ainsi, lors de l’attribution des parcelles individuelles au sein du jardin collectif, sont prioritaires ceux qui ont participé aux réunions publiques, à la concertation et au montage du projet. Les autres, qui rejoignent le jardin tardivement, doivent « prouver » leur implication dans le collectif, et patienter – parfois longtemps – avant d’espérer un lopin pour leurs propres cultures. Si le facteur « communautaire » prime pour attribuer la « récompense » d’un carré de terre individuel, on peut se poser la question d’une réintégration de critères sociaux (revenus, précarité, marginalisation, projet, etc.) dans les processus de répartition.

C – L’impératif de régulation, une opportunité et un défi pour l’« animateur jardin »

En guise de transition, notons que la question des possibles mobilisations et effets paradoxaux portés par le jardin collectif induit celle des régulations et des médiations à l’œuvre : elle place naturellement la figure de l’animateur socioculturel au cœur du « lieu jardin », des processus sociétaux dont il est porteur, pour peu que l’on veuille mieux garantir le développement optimal des pratiques et valeurs collectives. Un premier levier activable grâce au jardin de l’écoquartier est celui des pratiques artistiques. Pour l’animateur socioculturel, ces dernières sont un support essentiel, notamment autour de l’idée selon laquelle il y a un rapport entre l’engagement esthétique et l’expression de l’intérêt général, du sens de la communauté. Tout un courant de pensée (porté notamment par Emily Brady) a engagé une réflexion concernant le lien entre l’éthique et l’esthétique environnementale qui peut s’appuyer sur les jardins collectifs d’agrément. Il est question de valoriser une expérience esthétique et démocratique du paysage et de l’environnement en général : « cela peut être des pratiques de petits groupes en appui à des mobilisations sociales ou des pratiques invitant à une résistance contre l’aménagement brutal et sans recours de lieux publics populaires » (Lolive et blanc 2007). L’animateur a une place à tenir dans les alliances qui se nouent autour des jardins collectifs, entre associations de quartier, voisins et autres collectifs animés par des artistes notamment.

Le développement des jardins collectifs s’accompagne-t-il de l’émergence d’un métier d’animateur-jardin ? Trois limites doivent être prises en considération avant de postuler par l’affirmative. Premièrement, ces structures pariant le plus souvent sur la coopération bénévole n’impliquent pas forcément la création de postes de permanents. Et si tant est qu’elle se fasse, le recrutement peut être davantage axé sur la technique de jardinage que sur l’animation. Deuxièmement, l’animation n’a pas attendu l’essor des jardins collectifs pour s’intéresser au jardinage ; l’objet n’est pas fondamentalement nouveau, il figure parmi ses nombreux outils et supports de travail. Troisièmement, l’amplification éventuelle d’un besoin de professionnels spécialisés n’a pas pour effet automatique la création d’un champ professionnel distinct. Il n’est pas évident que la demande en résultant ne se résolve par l’introduction d’une compétence animation chez les jardiniers ou d’une compétence jardin chez les animateurs. D’ailleurs, il n’existe encore aucun diplôme spécifique ou thématique, dans le Répertoire National de la Certification Professionnelle (RNCP). Pour un constat plus avancé, l’analyse des programmes correspondant aux diplômes officiels pertinents reste à réaliser. Cependant, force est de constater que la catégorie « animateur jardin » existe : en témoignent les offres de formation professionnelle de courte durée qui se développent et semblent capter pour l’instant le créneau, ainsi que diverses offres d’emplois.

En définitive, il est clair que les formes les plus sociales de jardins collectifs impliquent fortement le travail d’animation. Dans le guide méthodologique « Jardinage et développement social », la figure de l’animateur est présentée comme un élément indispensable au fonctionnement, qu’il s’agisse de jardins familiaux de développement social ou de jardins d’insertion. Dans ce contexte précis, il serait préférable de confier l’encadrement social et technique à un animateur formé, compétent et attentif « plutôt qu’à un jardinier parlant mieux que les autres ». Les auteurs insistent sur le fait que l’animateur n’est pas un éducateur technique, le conseil en jardinage ayant éventuellement un statut de support de communication. Le profil idoine est celui d’un animateur qui se formerait suffisamment au jardinage, mais le technicien agricole ou horticole qui suit la démarche inverse peut être pertinent. Toutes les autres formes, jardins partagés,  jardins pédagogiques, jardins familiaux à l’ancienne doivent-ils alors faire l’objet d’un tel professionnalisme ? Il n’y a pas de réponse systématique et heureusement que le fonctionnement associatif permet à l’essentiel d’exister. Si toutefois la professionnalisation des jardins collectifs s’affirmait, cet effort de les positionner dans le contexte émergent des quartiers durables est de nature à préciser certaines fonctions stratégiques de l’animateur-jardin, au regard des enjeux de participation citoyenne.

Ouvrages cités
BAUDELET L., BASSET F., LE ROY A., 2008, Jardins partagés : utopie, écologie, conseils pratiques, Terre vivante.
CEREZUELLE D., JARDINS D’AUJOURD’HUI, 1999, Jardinage et développement social : du bon usage du jardin comme outil d’insertion sociale et de prévention de l’exclusion, guide méthodologique, Editions C.L..
Chevalier A., 2009, « Comment améliorer les conditions de vie en milieu urbain : les processus de la création des nouveaux espaces verts montréalais par des initiatives communautaires »,  Colloque de la relève 6e édition « Réalités et transformations des milieux urbains », École d’architecture de l’Université Laval, 7 et 8 mai.
Claval P., 1994, « Un préalable pour penser la ville de demain », in Gobin-Ghorra C. (dir.), Penser la ville de demain : Qu’est-ce qui institue la ville?, L’Harmattan, Paris, pp. 257-264.
COHEN C., 2008, « Les jardins partagés, jardins urbains de mixité sociale, de convivialité et de retour à la terre », Fiche thématique n°10 « Nature en ville, jardins partagés », 4D.
Delwiche P., 2007,   Du potager de survie au jardin solidaire : approche sociologique et historique, Les éditions namuroises.

Dubost F., 2007, « Introduction générale : évolution sociologique et questions de sémantique », in Du jardin ouvrier au jardin partagé : un rôle social et environnemental, Bibliothèque numérique de l’INP, n°4.
Duchemin E., Wegmuller F. et Legault A.-M., 2009. Urban agriculture: multidimensional tools for social development in poor neibourghoods. FACTS Reports, vol. 2, pp. 1-8.
EMELIANOFF C., 2004, « Les villes européennes face au développement durable: une floraison d’initiatives sur fond de désengagement politique », Cahiers du PROSES, n° 8, Sciences Po.
GUYON F., 2008, « Les jardins familiaux aujourd’hui : des espaces socialement modulés », Espaces et sociétés, vol. 3, n°134, pp. 131 à 147
GUIOMAR., 2010, « Les jardins d’insertion pacifient le paysage urbain : exemple à Sevran », La revue durable, n°43, aout-sept 2011, p. 42-43.
Hista J., 2007, Enjeux autour de l’agriculture urbaine contemporaine. Regroupement des Jardins Collectifs du Québec, http://www.caaaq.gouv.qc.ca/userfiles/File/MEMOIRE/13-12-L-Jardins_collectifs.pdf
Maicherak A.-L., 2004, Les jardins collectifs Entre paysage urbain et lien social, Rapport du stage effectué au bureau des paysages, MEDD.
MIRENOWICZ  J., 2009, « Qu’est-ce qu’un quartier durable, et comment peut-il contribuer à changer les styles de vie ?  La démarche de la Revue durable », conférence dans le cadre du Cycle de conférences « Les territoires durables. De l’écoquartier à la ville durable : quels outils d’évaluation ? », Paris, 17 novembre, Musée social, Institut de formation de l’environnement.
Paquette J., 2002, « Expérience spatiale et bien-être urbain : le cas des jardins communautaires montréalais », Ethnologies, vol. 24, n° 1, p. 45-74.
Paquot T., 2004, « Ville et nature, un rendez-vous manqué ? », Diogène, vol. 3, n° 207, p. 83-94
Pashchenko O., 2011, « Le jardin partagé est-il un paysage ? », publié le 13/07 sur Projet de Paysage – www.projetsdepaysage.fr
PASCHENKO O., CONSALES J.-N., 2010, « Les jardins collectifs. Derrière une seule notion, des réalités territoriales contrastées », Durabilis, n°11, sept 2010, « Les jardins urbains partagés », p. 8-13.
PREDINE E., 2009, Des jardins en partage, Rue de l’échiquier, Paris.
QUÉRÉ L. et BREZGER D., 1992, « L’étrangeté mutuelle des passants. Le mode de coexistence du public urbain », Les annales de la recherche urbaine, n°57-58.
Rumming K., 2007, « Développement urbain durable. L’éco-quartier exemplaire de Hannovre-Kronsberg », URBIA – Les Cahiers du développement urbain durable, n°4 « Éco-quartiers et urbanisme durable », juin.
SANSOT P., 1993, Jardin publics, Payot, collection « petite Bibliothèque ».
SOUGAREVA N., HOLEC N., 2010, « L’histoire des villes durables européennes. Émergence des villes durables dans la décennie des années 90-2000 », in CITEGO (coord.), dossier « Développement durable, paradigme du développement urbain ? », disponible à cette adresse :  http://base.d-p-h.info/pt/dossiers/dossier-1933.html
Tchekemian A., 2007, « Le citadin et la nature : entre représentations et pratiques sociales de la nature sauvage et domestique à Grenoble », in Viala L. et Villepontoux S. (dir.), Imaginaire, Territoires, Sociétés. Contribution à un déploiement transdisciplinaire de la géographie sociale, Montpellier, PU Montpellier III.
WEGMULLER F et DUCHEMIN E., 2008, « Multifonctionnalité de l’agriculture urbaine à Montéral : étude des discours sur la base du programme des jardins communautaires », colloque « innovation and sustainable development  in agriculture and food », Montpellier, du 28 au 1er juillet.
MAAS J., 2009, Morbidity is related to a green living environment, Epidemiol Community Health. Published Online, 15 October.
Mathieu N., Martouzet D., Guermond Y., 2010, Pour de nouvelles approches vers des villes durables, NSS Dialogues – EDP Sciences.